Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 15:49
Pourquoi voulais-je aller à Danba ? Le Lonely Planet expliquait que le National Geographic chinois avait désigné en 2005 Danba comme la plus belle bourgade de Chine. En fait, le Lonely Planet manque de précision, je pense. Danba est une ville ordinaire mais les villages alentours, par contre, sont effectivement magnfiques.

Mais reprenons dans l'ordre car la journée du 26 ne fut pas sans aventures. Avec mes compagnons de voyage, nous avons finalement réussi à obtenir un billet de bus pour une ville à mi-chemin. Environ 6h de trajet par des routes toujours aussi mauvaises que la neige rendait encore plus dangereuses.
Cela n'empêchait pas notre bus de slalomer entre les véhicules arrêtés un peu partout sans vraiment ralentir.









Mes amis avaient tout prévu car deux véhicules nous attendaient à l'arrivée pour nous conduire à Danba. Nous nous sommes mis d'accord sur le prix : 40 yuans par personne. Parfait. Nous nous sommes entassés dans les deux véhicules (car entre temps, notre groupe s'était agrandi et avait été rejoint par 4 autres Chinois rencontrés dans le bus). Au bout de 10 minutes, le chauffeur s'est arrêté. Il a commencé à discuter avec mes compagnons de voyage. Je me demandais ce qui se passait car la conversation durait. L'un des Chinois m'a expliqué que le chauffeur refusait de nous conduire à Danba comme prévu .... à moins qu'on le paie 100 yuans chacun ! Il avait fait exprès de nous conduire en-dehors de la ville; si bien que nous nous trouvions au beau milieu de nulle part et que nous n'avions guère de lattitude pour négocier. Je bouillais. Je n'en revenais pas d'une telle méchanceté. Rétrospectivement, je prends les choses avec plus de philosophie en me disant que finalement, il y a de la justice : les Chinois n'arnaquent pas seulement que les "laowai" !
La situation commençait à s'éterniser - plus d'une heure et demie - mais le chauffeur restait inflexible. Il faut dire qu'il était en position de force. A ce moment-là, un autre véhicule s'est arrêté par curiosité et mes amis ont commencé à discuter avec le conducteur. Peu après, ils ont décidé qu'on partirai avec lui. Le premier chauffeur a exigé que nous le payions 10 yuans chacun pour nous avoir conduit dans cet endroit perdu ! Le pire, c'est que mes compagnons se sont exécutés. Moi de même bien que je ne comprenne pas qu'ils aient accepté. Après tout, qu'aurait-il pu nous faire ? Certes, le bonhomme était costaud mais nous étions quand même 10...
Le second homme avec qui mes compagnons ont discuté demandait 100 yuans lui aussi mais on a préféré traiter avec lui car qui sait si le premier ne nous aurait pas arrêtés encore un peu plus loin pour nous rejouer le même scénario. Le second homme a appelé un ami ou je ne sais qui car nous avions besoin de deux véhicules et nous sommes repartis sans encombre, cette fois. Par contre, la route était encore plus mauvaise - si c'est possible. Ce n'était plus des ornières ou des nids-de-poule mais carrément des cratères avec en plein milieu des gros rochers. Il faisait nuit, il pleuvait mais cela n'empêchait pas le conducteur de rouler à toute allure - euh, c'est relatif, en fait, on ne faisait pas plus de 30km/h vu l'état du chemin - et de freiner brusquement lorsque nous tombions sur un de ces énormes rochers. Nous n'avions qu'une centaine de kilomètres à faire mais, partis vers 18h, nous n'avons atteint le village de Jiaju (à 7km de Danba) que vers 22h30 !
Et pour finir cette journée riche en émotions, il y a eu l'épisode de la marche de sioux (que j'ai racontée dans mon premier article bilan) ou comment éviter de payer les 30 yuans d'entrée dans le village.

Mais ce voyage mouvementé valait bien la peine. Je m'en suis aperçue le lendemain lorsque j'ai découvert sous un beau soleil le plus beau village de la Chine. Mais avant de vous le montrer, je vous présente le lieu où nous avons logé. Nous étions hébergés chez l'habitant (50 yuans pour une nuit, le dîner et le petit-déjeuner) dans une maison très rustique mais charmante.

Mon lit (un peu dur car nous de matelas...point) mais si joliment décoré qu'on en oubliait le relatif inconfort.













Les toilettes














Les toilettes suite...

Ne cherchez pas la salle de bain car il n'y en avait évidemment pas. Un lavabo était quand même installé à l'extérieur.
















La cuisine














Le garde-manger...














La famille chez qui nous logions










Partager cet article

Repost 0
Published by armel - dans Sichuan
commenter cet article

commentaires

Maï 15/02/2009 03:03

Et c'est vrai qu'au moins c'est individuel ! Pour ma part je sais que je ne pourrais pas faire pipi à côté d'une autre personne, c'est bloqué ;-)

armel 16/02/2009 10:03


Lol Je n'imaginais que je le pourrais non plus, mais il faut croire que l'on finit par s'adapter... En tout cas, quand on n'a pas d'autres choix !


Maï 14/02/2009 14:32

John, dont les parents vivent pourtant modestement, n'en croit pas ses yeux ! Les toilettes sont assez hallucinants ! Il y en avait encore il y a une vingtaine d'années en Thaïlande, mais vraiment dans les endroits reculés.

armel 14/02/2009 16:51


Et pourtant, je les trouve pas si mal ! Si, si, sérieusement, ils sont plutôt propres, en fait, par rapport à bien d'autres que j'ai vus !


Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives