Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 09:59

Vendredi 31 août : mon voyage touche à sa fin. Je compte revenir à Qingdao dimanche. Plusieurs options s'offrent à moi : prendre l'avion dimanche et donc rester à Xi'an une journée de plus mais s'il continue de pleuvoir, cela ne me dit trop rien. Prendre l'avion dimanche d'une autre ville : remonter à Taiyuan ? m'arrêter à Jinan ?
Finalement, je me décide : aujourd'hui, Xi'an et ce soir je prendrai le train de nuit pour me rendre à Luoyang qui est, plus ou moins, sur le chemin de Qingdao. Le seul léger détail : personne n'est capable de me dire s'il existe un train Luoyang-Qingdao. Bah, je me dis que j'aviserai sur place ! J'ai pu acheter mon billet de train Xi'an-Luoyang  pour le soir même à un guichet de .... banque, moyennant 5 yuans de commission (c'est l'hôtel qui me l'a indiqué car c'était l'endroit le plus proche).

P8311197.JPGPour cette dernière journée, toujours pluvieuse malheureusement, je vais me réfugier toute la matinée dans un musée : le musée d'Histoire du Shaanxi. Il est très intéressant car il est surtout consacré aux périodes anciennes de la Chine, de la préhistoire à la dynastie des Tang, et c'est une bonne introduction à l'histoire de la région. On peut même y voir 4 guerriers originaux de l'armée de terre de Qin Shi Huangdi.















P8311208.JPGL'après-midi, j'ai rejoint mes deux amies anglaises pour visiter la pagode de la Grande Oie Sauvage. Erigée en 652, c'est en fait une tour de briques de 64m avec de légères ouvertures. Elle est encore de forme carrée alors que les pagodes par la suite seront construites sur un plan octogonal. Les bâtiments autour de la pagode ont été restaurés. Le nom de la pagode "oie sauvage" est une appellation populaire qui remonte à une histoire rapportée d'Inde par un célèbre pélerin chinois du 7ème siècle. Lors d'un de ses voyages, il avait rencontré un temple portant ce nom; lorsqu'il en avait demandé la raison, les moines lui avaient expliqué que c'était pour se rappeler une promesse qu'ils avaient faite un jour. En effet, une fois, les moines s'étaient plaints au Bouddha de manquer de viande; c'est alors que le Bouddha sacrifia et précipita dans la cour du monastère l'oiseau qui volait en tête d'un groupe d'oies sauvages. Horrifiés, les moines jurèrent de ne plus jamais manger de viande et donnèrent le nom d"oie sauvage" à leur monastère.





P8311212.JPGNous avons terminé notre journée en nous promenant à nouveau dans le centre ville de Xi'an (quartier musulman, au pied des remparts, la rue des antiquaires,....), entre les gouttes de pluie. Mais, trempées, transies et fatiguées (presque 15 jours par monts et par vaux, je commençais à en ressentir les contre-coups), nous sommes donc retournées assez tôt à notre hôtel. 








On dira ce que l'on voudra, mais voyager de cette façon n'est pas vraiment des vacances ni de tout repos !  Cependant, ce que c'est excitant !

Repost 0
Published by armel - dans Shaanxi
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 18:25

Jeudi 30 août : voilà la pluie qui nous a à nouveau rattrapés. Au programme d'aujourd'hui : l'armée d'argile de Qin Shi Huangdi, le premier empereur de Chine. Je vais y aller avec mes deux amies anglaises et nous allons profiter du circuit proposé par l'hôtel (c'est moins économique que de prendre le bus par nous-même mais c'est tellement plus simple !).
Nous commençons la journée avec un arrêt au village néolithique de Banpo. Il y a 6000 ou 7000 ans, une cinquantaine de familles vivaient là, dans ce village fortifié. Pour être honnête, il n'y a pas grand chose à voir. On peut surtout observer des trous dans le sol, là où à l'origine étaient les fondations des maisons, quelques débris de jarres et des sépultures.

P8300985.JPGEnsuite, notre minibus (nous sommes seulement 6 avec une guide chinoise qui parle assez bien anglais) nous dépose devant .... un magasin ! Cet arrêt, c'est pour nous montrer la fabrication des guerriers de terre que l'on va pouvoir admirer un peu plus tard. C'est une blague car la démonstration ne dure guère plus de 30 secondes. En réalité, il ne s'agit rien d'autre que d'une boutique pour touristes : on y vend, évidemment des guerriers mais également des poteries, des porcelaines, de la soie, des meubles, des bijoux, du jade... 



Cela m'a vraiment rappelé les voyages organisés avec les arrêts obligés dans les boutiques d'objets manufacturés. Les marchands ne s'intéressaient guère à nous, heureusement : nous ressemblions plus à des étudiants fauchés qu'à de riches retraités américains plein aux as... et, de toute façon, c'était le cas !


P8300988.JPGPause déjeuner : pour nous remonter le moral, assombri par le mauvais temps, nous nous offrons un repas de roi et, notamment, une soupe de ... tortue ! (pour info, ce n'est pas moi qui ait commandé ce plat, mais je n'allais pas faire ma mijaurée en refusant de goûter...)
Bon, le problème, c'est qu'aucun de nous ne savait comment manger la bête. Elle est entière au milieu de la soupe : concrètement, comment fait-on avec nos deux malheureuses baguettes ? L'un de mes compagnons de voyage a pris les choses en main (au sens propre et figuré) et a réussi à découper plus ou moins la tortue en petites parties. En fait, ça n'a pas vraiment de goût, la viande est un peu dure; cela ressemble à du poulet, finalement ! En revanche, la soupe était délicieuse. J'ignore si c'était grâce à la tortue ou pas mais je me suis régalée en avalant plusieurs bols. Au final, cela a été mon repas le plus cher de tout mon voyage (la soupe de tortue coûtait à elle-seule dans les 200 yuans, me semble-t-il, partagés entre nous 6, heureusement, mais sans compter les autres plats commandés en plus !).

Ce n'est pas tout ça, mais l'armée de terre, alors ? Nous y arrivons, justement. Mais, d'abord, un peu d'explications historiques pour les néophytes en histoire de Chine. En 1974, des paysans découvrent par hasard, en creusant un puits, la fabuleuse armée de guerriers d'argile (plusieurs milliers) qui monte la garde autour de la tombe du premier empereur de Chine, Qin Shi Huangdi (mort en 210 av. J.C). Son mausolée, commencé dès son accession au trône, a exigé pas moins de 36 années de labeur  (et 700 000 ouvriers selon certaines estimations) : il devait être à l'image du statut et du rang qu'il avait occupé de son vivant en Chine. On imagine donc l'importance de cet empereur à l'époque ! D'autant plus que seules trois fosses ont été dégagées et ouvertes au public, mais il est probable qu'une grande partie soit encore enfouie. Son palais souterrain est demeuré inviolé mais les armes réelles qui équipaient son armée de terre cuite ont été dérobées au cours d'anciennes guerres. Pas fous ces Chinois !

P8300992.JPGEt malgré tout, j'ai été déçue par ma visite. Est-ce le fait d'avoir vu ces guerriers des milliers de fois dans des reportages, sur des cartes ou des photos ? Est-ce parce que les fosses sont protégées par des structures couvertes qui rompent l'authenticité du site ? Est-ce parce que nous sommes assez loin et en hauteur et que l'on ne perçoit donc pas bien la taille réelle des statues ? Est-ce parce qu'il s'agit d'une vraie usine à touristes ? 
J'ai essayé de me motiver, de remettre les choses en contexte (toute cette extravagante armée réalisée pour un seul homme et cela il y a fort longtemps), mais, non, rien n'y a fait. Je le déplore mais pour moi, il ne s'agit pas de la huitième merveille du monde ! 

P8300994.JPGLa fosse 1, la plus vaste,  présente une véritable armée en ordre de marche, environ 6ooo guerriers dont plus de 1000 ont été dégagés. Les fantassins, les arbalétriers un genou à terre pour bander leur arc, les cavaliers, les conducteurs de chars ainsi que les généraux et les conseillers : ils sont tous, là, déployés sous nos yeux en formation de bataille selon la stratégie militaire de l'époque.







P8301031.JPGOn affirme que chaque guerrier est différent et que leurs traits du visage ont été individualisés.













La seconde et la troisième fosse sont beaucoup plus petites et moins impressionnantes.P8301027.JPG 

La seconde renferme un assemblage de quatre corps d'armée indépendants (archers, chariots de guerre, cavalerie, infanterie. 











P8301054.JPGLa troisième n'a que peu d'intérêt : on n'y voit pratiquement que des débris de statues; en revanche, quelques guerriers présentés dans des caissons de verre sont très bien conservés.
















Nous avons terminé la visite avec une salle où sont exposés deux chariots de bronze. A 1km des fosses se trouve un tumulus (que je ne suis pas allée voir) sous lequel reposerait Qin Shi Huangdi. J'utilise le conditionnel car, en vérité, il n'a jamais été ouvert : nul n'a osé y pénétrer. Superstition ou problèmes techniques de conservation ? Allez savoir....un peu des deux sans doute....
Je serais curieuse de savoir ce qu'ont pensé les gens qui ont vu l'armée de terre. Est-ce un sacrilège de ne pas tomber en pâmoison devant ce site ? Je suis consciente qu'il s'agit d'un trésor inestimable et d'une grande richesse historique, mais.... c'est tout, en ce qui me concerne. Ce site ne m'a finalement pas tellement marquée...

P8301075.JPGMalgré la pluie, nous avons fini notre journée aux sources Huaqing (dont tous les bâtiments ont été reconstruits récemment). En 747, un empereur fit aménager un parc d'agrément, autour des sources d'eau chaude jaillissant du mont Li, avec pavillons, kiosques, pièces d'eau ombragées par des saules. 









P8301078.JPGC'est là également que le souverain aurait rencontré la belle et sulfureuse Yang Guifei, concubine qui fut indirectement à l'origine d'une rébellion et qui fut contrainte au suicide. 
J'ai un faible pour ce genre d'histoires...










P8301152.JPGLa pluie n'ayant pas cessé, j'ai décidé d'aller voir le soir même un spectacle au théâtre Tang Dynasty. C'est un peu l'attrape-touriste de Xi'an mais il n'empêche que j'ai adoré ! Le spectacle présente une troupe de danseurs et un orchestre classique, composé d'une vingtaine de musiciens. Les costumes et les danses, inspirés de l'époque des Tang, sont magnifiques. Regardez plutôt :

 

Repost 0
Published by armel - dans Shaanxi
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 15:34

Le quartier hui (musulman) - il paraît qu'il y aurait quelques 100 000 musulmans à Xi'an - n'est pas très étendu mais il tranche avec tout ce que j'ai pu voir en Chine : ici, les enseignes sont bilingues, on peut y voir des femmes chinoises voilées (un voile couvre leurs cheveux mais pas leur visage), des hommes avec une calotte, on peut y manger des pâtisseries sucrées qui rappellent les sucreries des pays du Maghreb, on peut goûter également à différentes brochettes et plein de bonnes choses...
Enfin, last but not least, l'incroyable Grande Mosquée de Xi'an  -  quintessence du mélange de deux cultures et l'archétype d'une fusion architecturale réussie.

Commençons par le début. 

Après être sortie de la tour du Tambour, on pénètre immédiatement dans la rue Beiyuan men. Elle n'est pas intéressante du point de vue historique car rien n'y est bien ancien mais tout y est amusant. 
Elle est faite pour les touristes, c'est évident, car on y trouve tout ce qui plaît aux touristes; et, évidemment, j'ai succombé au plaisir d'y chiner et d'y marchander (bracelets, timbres, cartes postales, sacs chinois...).






P8290908.JPG Je crois d'ailleurs que je suis définitivement incapable de bien marchander car tous les commerçants m'ont dit que je pouvais revenir quand je voulais ! C'est mauvais signe, j'en ai peur.... L'un des marchands, par contre, m'a fait un bon prix parce que j'étais Française. En effet, il parlait un peu français parce que sa fille fait ses études en France. En fait, je me demande comment les marchands devinaient que je n'étais pas américaine : ai-je à ce point un accent frenchy ? ou est-ce ma façon de m'habiller ? En tout cas, beaucoup ont deviné que j'étais Française. Il faut dire que le nombre de touristes occidentaux est assez impressionnant et qu'ils ont l'habitude d'en voir.


P8290917-copie-1.JPGMais ce n'est pas cette partie qui m'a le plus intéressée. Non, ce que j'ai aimé, c'est la rue principale avec tous les marchands ambulants qui proposent différents mets, entre autres de délicieux gâteaux de pois verts garnis d'amandes ou de sésame... ou encore toutes ces galettes, brochettes et autres pâtisseries... 








gargotte-xian.jpgIl est intéressant de s'éloigner de cette rue principale et de s'égarer dans les ruelles adjacentes où l'on trouve les gens "normaux" (et non plus les touristes) et où l'on peut remarquer que les marchands proposent des plats un peu différents : il s'agit moins de pâtisseries ou sucreries et plus de galettes, brochettes, poissons, fèves ...













P8290941.JPGet d' OVNI (oh! viande non identifiée), telle que vous pouvez voir sur la photo. Ne cherchez pas de couvercle, de réfrigérateur ou de ventilateur... je vous laisse deviner les remugles lorsque l'on passe devant (mais pas tant que cela, en fait)... En tout cas, c'est justement ce qui me plaît : c'est authentique !









Enfin, parlons de la Grande Mosquée. Elle a été construite en 742 durant la dynastie des Tang, à l'époque où la Chine accueillait nombre de cultes et cultures étrangères. Sa date fait d'elle la deuxième fondation musulmane dans l'Empire du Milieu. 

P8290928.JPGLes éléments traditionnels comme le minaret (qui n'en est pas un) et la salles des prières sont d'inspiration musulmane; en revanche, les toitures recourbées, les arcs et les pavillons sont de style chinois. 

Remarquez la toiture verte vernissée : petit détail qui nous rappelle que nous sommes bien dans un lieu dévolu à l'islam !






P8290930.JPG














P8290927.JPGOn peut admirer également les différentes écritures visibles un peu partout au sein de la mosquée : les caractères arabes et chinois, tous calligraphiés de fort jolie façon.
















Après ce petit panorama de l'ensemble du quartier, vous aurez compris que j'ai particulièrement apprécié cette partie de Xi'an. Un autre univers, entre deux mondes et deux cultures....

Repost 0
Published by armel - dans Shaanxi
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 03:49

Mercredi 29 août : arrivée sur le quai de Xi'an ("gzian" comme le prononce la plupart des Français; ce qui est incompréhensible, ici) vers 8h. Je retrouve mes deux amies anglaises (qui ont réservé dans le même hôtel que moi sans nous être consultées !). L'un des employés de l'hôtel vient nous chercher gratuitement. L'auberge de jeunesse Xiangzhimen est sans conteste l'hôtel le plus joli, le mieux situé et le plus agréable de ceux dans lesquels j'ai séjourné; et ceci pour seulemement 40 yuans. A une minute à pieds de la porte sud de Xi'an, on ne peut rêver mieux ! 
Après avoir posé mes affaires et m'être lavée (cela faisait quand même deux nuits de suite que je dormais en train couchettes ! bon, je vous rassure tout de suite, j'avais quand même pu prendre une douche à Pingyao dans la guesthouse, moyennnant finance, évidemment .. ), je quitte mes amies - qui préfèrent faire un petit somme - et m'en vais découvrir la ville. 

P8290885.JPGJe commence par les remparts puisque l'hôtel est à côté. Les murs, d'une hauteur de 12m, font majestueusement le tour de la ville et lui donnent le cachet qui manque à Beijing (malgré tout le bien que je pense de la capitale). Ici, à Xi'an, on a vraiment l'impression d'être dans une ville historique grâce à ces 12 km de remparts. 









P8290882.JPGJe pénètre par la porte sud et j'ai la chance de tomber sur une agréable surprise : un petit spectacle se déroule au moment où je débouche dans la cour de la porte sud. C'est en fait une reconstitution costumée de combats entre guerriers. C'est amusant et permet de voir la façon dont ils étaient vêtus.  








Ma visite des remparts est malheureusement écourtée pour une raison ridicule : j'avais posé mon guide sur le bord et en me penchant pour prendre une photo, je n'ai rien trouvé de mieux à faire que de pousser mon livre dans le vide qui a dégringolé de 12m. Il est tombé sur le trottoir d'une rue peu passante, je ne pouvais donc demander à personne de le ramasser et d'attendre que je vienne le chercher. Je me suis donc précipitée pour  trouver la première porte qui me permettrait de descendre des remparts et j'ai couru récupérer mon guide qui m'attendait sagement au pied du mur. Comme les remparts sont payants, j'ai renoncé à l'idée d'y retourner. Fin un peu brutale de la visite des remparts !

P8290892.JPGJ'ai donc poursuivi ma promenade et j'ai gagné le temple de Confucius ou la forêt des stèles. J'avoue avoir été un peu déçue par ce temple car il s'agit moins d'un temple que d'un musée qui expose des centaines de stèles calligraphiées. J'imagine que pour les Chinois et ceux qui s'y connaisent en calligraphiqe, ce musée doit être une source inépuisable d'admiration, mais en l'occurrence, pour moi, ce n'est pas le site que j'ai préféré. Le musée renferme quelques 2000 stèles et pierres tombales gravées du temps des Han, Wei, Sui, Tang, Song, Yuan, Ming et Qing. On peut y observer, par exemple, les "douze textes classiques" (650 000 caractères) gravés sur 114 stèles (en 873). Outre ces stèles, on peut également visiter le musée Lapidaire où sont exposés un cercueil du 7è siècle, des bas-reliefs de chevaux, des sculptures religieuses....






L'après-midi, je me suis dirigée vers la tour de la Cloche et la tour du Tambour qui sont le coeur de la ville. Dans chacune des deux tours, j'ai pu assister à un petit concert-démonstration de musique (15 minutes environ) dont voici des extraits : 



 



De ces deux tours, on a également un bon point de vue sur la ville, les grandes artères (depuis la tour de la Cloche) ou sur le quartier musulman (depuis la tour du Tambour). C'est justement là que j'ai terminé ma journée : pour voir le "souk" et la grande mosquée de Xi'an. Mais je crois que je vais consacrer une page spéciale pour ce quartier tellement il m'a enchantée car je dois bien vous avouer une chose : si j'ai tellement adoré Xi'an, c'est notamment en raison de ce quartier (mais, surtout, pour les pâtisseries sucrées que l'on peut trouver un peu partout là-bas ! et qu'en incorrigible gourmande je me suis empressée d'acheter !). Je suis consciente que résumer la ville de Xi'an à des pâtisseries musulmanes peut sembler une hérésie pour les puristes attachés à l'histoire (cette ville a été le centre de gravité de la Chine pendant plus de 1000 ans!); cependant l'un n'empêche pas l'autre : j'ai également été très impressionnée par le côté historique de la ville et de ses sites, rassurez-vous !
Ce sont tout cela, ces mélanges de tradition et de modernité, de culture et d'histoire, ce cosmopolitisme, qui donnent à Xi'an cet indéfinissable charme....

Repost 0
Published by armel - dans Shaanxi
commenter cet article

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives