Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 16:52

Cet article ne vise pas spécialement les Chinois car il s'agit-là d'un trait universel que l'on peut rencontrer n'importe où chez n'importe qui (ne serait-ce pas le cas même à la tête de la 5ème puissance mondiale ?). Cependant, comme j'habite en Chine, ce sont les Chinois qui vont faire les frais de ma frustration. En outre, mon titre est exagéré, il faudrait plutôt parler de manque d'investissement au travail ou de manque d'efficacité.


On se plaint souvent en France du faible niveau scolaire, du manque de connaissances des élèves, de l'université française qui prépare mal les étudiants au monde du travail, etc.. Mais, franchement, la Chine connaît ces problèmes également pour des raisons contraires, en fait.

En France, le niveau baisse car la société s'appauvrit et, on le sait, la réussite scolaire est liée notamment à la catégorie socio-professionnelle des parents.

En Chine, la réussite (ou l'échec scolaire) est également liée à la catégorie socio-professionnelle des parents; sauf que cela fonctionne à l'inverse. Plus on est riche, moins on fait d'efforts et moins on réussit. Alors, on envoie les jeunes dans des écoles comme celle où je travaillais ces dernières années et où le diplôme est quasiment offert sur un plateau. Les étudiants qui ont entre 18 et 21 ans ont la mentalité d'adolescents de 14-15 ans. Ils sont incapables de se projeter dans l'avenir - ils n'ont aucune idée de ce qu'ils veulent faire et ne s'en inquiètent pas vraiment, d'ailleurs. Ils n'ont aucune opinion sur aucun sujet d'actualité ou de société. Quand je leur demande quels sont leurs loisirs, c'est soit "dormir", "manger" ou "jouer ou regarder un film sur internet". Il est très difficile de discuter avec eux parce qu'ils ne s'intéressent pas à grand chose... Et le pire, donc, c'est qu'ils sortent tous ou presque diplômés. La mauvaise nouvelle, c'est que seuls 3 ou 4 peuvent se débrouiller un peu en français (de là à travailler en français...); la bonne nouvelle, c'est qu'à part ces 3 ou 4 lumières, les autres n'ont jamais souhaité étudier le français et encore moins l'utiliser dans leur vie future. Donc, mon honneur est sauf : il y a peu de chances qu'un DRH français leur fasse passer un entretien et leur demande qui était leur prof français qui leur a si mal enseigné cette langue ! Mais trêve de plaisanteries, ces diplômés vont donc devoir trouver un travail sans avoir de réelles qualifications. Je sais bien que le diplôme n'est pas tout... Mais, si le niveau n'est pas plus élevé dans les autres matières; c'est un peu effrayant. Imaginez un étudiant qui sorte diplômé d'une école de médecine et qui ne sache même pas faire un diagnostic. Bon, heureusement, je sais que le niveau dans les universités chinoises est plus élevé que ces écoles privées à cycle court. Toutefois, je trouve qu'il y a un certain laxisme même à l'université. Comme en Chine la sélection se fait après le bac chinois, les efforts se relâchent dans l'enseignement supérieur car les étudiants sont quasiment sûrs d'être diplômés. Et si le niveau est généralement plus élevé dans les universités, c'est moins la rigueur des profs et la difficulté des études que la motivation et le sérieux des étudiants qui font fonctionner le système.

 

Dans l'école où je travaillais jusqu'à cette année, plusieurs raisons expliquent que la plupart des étudiants sortent diplômés même s'ils sont - soyons francs - nuls.

D'abord, la direction de l'école fait pression pour que les résultats soient bons. Ainsi, ma directrice s'est vu réprimandée lorsque l'année dernière deux de nos étudiantes n'ont pas été diplômées.

En plus, les profs chinois doivent avoir - si je ne dis pas de bêtises - un taux de réussite des étudiants aux examens  qui doit être dans les 70%.

D'autre part, si en dépit de tout ça, les étudiants échouent, ils peuvent passer des rattrapages plusieurs fois. Par exemple, j'ai un étudiant de 3ème année qui a échoué à 8 de mes examens dont celui d'oral du 2ème semestre de la 1ère année. En deuxième année, au 2ème semestre, il aurait dû suivre ce même cours avec les 1ère année; mais il ne s'est jamais présenté; donc 0/100. En 3ème année, 2ème semestre, les étudiants de 3ème année n'avaient plus cours, mais j'ai dû préparer des rattrapages pour ceux qui avaient échoué dans les différents cours qu'ils avaient eu avec moi. Donc, j'ai organisé des examens de rattrapages spécifiques pour ce cours d'oral pour cet étudiant. Il est venu; mais il n'a pas réussi évidemment. Alors, en juillet, j'ai dû préparer une nouvelle batterie de rattrapages pour ceux qui ne s'étaient pas inscrits ou qui avaient échoué aux rattrapages précédents (uniquement cet étudiant, dans mon cas). Ces rattrapages auront lieu en septembre. Si les étudiants réussissent, ils pourront être diplomés; sinon, ils auront encore la possibilité pendant 3 ans de passer des rattrapages et, finalement, d'être diplômés. Il y a donc des chances que mon remplaçant doive préparer des rattrapages encore une fois l'année prochaine pour cet étudiant et peut-être pendant 2 années encore par la suite. Vous avez suivi ?...

Quand je vous dis qu'on "donne" les diplômes, je n'exagère pas. Et comme certaines collègues sont beaucoup plus laxistes, ça n'aide pas. Par exemple, une collègue a donné un 75/100 à l'examen de rattrapage à cet étudiant (celui qui avait 8 examens à rattraper avec moi). J'étais abasourdie. Le garçon ne sait même pas épeler son nom; comment pouvait-il avoir cette note ? Quand la collègue m'a montré l'examen, j'ai compris. Elle avait choisi parmi les exercices les plus simples du manuel de 1ère année et elle m'a même dit qu'elle avait prévenu l'étudiant de ce qu'il aurait plus ou moins le jour du test. Ca me tue. Si on ne peut compter ni sur le sérieux des étudiants ni sur la rigueur des profs, pas étonnant que des incapables sortent diplômés de cette école.

Enfin, il y a la question des "relations" qui est si importante en Chine. Ainsi, comme je l'ai évoqué dans mon précédent article, un collègue professeur dans un autre département de langue a demandé à ma directrice si elle pouvait laisser la fille d'un de ses amis qui étudiait le français dans notre département être diplômée. Dans une autre genre, le fameux étudiant aux 8 examens de rattrapages a envoyé un message à ma directrice lui demandant carrément de le laisser obtenir son diplôme. Ni plus ni moins. J'ai d'ailleurs moi-même reçu ce genre d'emails de la part d'étudiants par le passé. Ils ne me le demandaient même pas en français, mais en anglais ! Ma directrice était vraiment en colère contre ces deux-là et je crois qu'elle a décidé de ne pas se laisser faire et ils n'auront sans doute pas leur diplôme cette année. 

 

Par ailleurs, je me plains souvent du manque d'organisation du système et, surtout, de cette manie du "tout au dernier moment". Plusieurs cas :


- Un vendredi à 16h45, les profs étrangers reçoivent un email du bureau des affaires internationales de l'école nous informant que des billets sont disponibles pour assister à un concert de musique qui aura lieu le soir-même dans l'auditorium sur le campus. C'est bien si on n'a pas fait de plans...


- Un mercredi matin, message urgent de ma collègue me disant de lui fournir l'évaluation des mémoires que j'ai dirigés ce semestre et de la lui envoyer par email avant son premier cours le lendemain. Heureusement, comme ça faisait déjà plusieurs années que je travaillais dans cette école, j'étais au parfum; donc je l'avais déjà préparée et je la lui envoie le mercredi après-midi. Je revois cette collègue le mardi suivant, je lui demande si l'évaluation convenait, elle me répond qu'elle ne l'a pas encore regardée !! Mercredi midi, elle me dit de rester là l'après-midi car elle doit ajouter des commentaires sur mon évaluation et me la faire signer ensuite. Je lui réponds que j'ai cours tout l'après-midi jusqu'à 17h15. Alors, elle avoue qu'elle doit rendre l'évaluation avant la fin de la journée (sachant qu'elle voulait quitter le bureau avant 17h pour attraper la navette de l'école). Je lui suggère que je peux signer tout de suite, mais non. Elle me dit de demander à une étudiante de s'absenter de ma classe vers 14h30 pour venir chercher les évaluations, me les faire signer puis les lui rapporter au bureau (ce qui ferait perdre une bonne quinzaine de minutes à l'étudiante voire plus). J'accepte en soupirant intérieurement. J'envoie l'étudiante à 14h30; elle revient 10 minutes plus tard les mains vides. Devant mon étonnement, elle m'explique que ma collègue a signé à ma place, en fait. Merci à ma collègue de ne pas m'avoir prévenue...

Je ne compte plus les fausses urgences de cette collègue. Elle me demandait toujours de remplir tel ou tel document pour le lendemain alors qu'elle n'en faisait rien pendant plusieurs jours.


- Avec une autre collègue : un jeudi midi, elle me prévient que l'école veut que chaque département de langue étrangère présente sur un document des activités pour une journée culturelle. Elle me demande de trouver des idées, de préparer un plan détaillé et de le lui envoyer pour le lendemain absolument. Je m'y attelle et lui envoie le document le soir même. Le lendemain, je la croise à la cantine et je lui demande ce qu'elle a pensé de ma présentation. Elle me répond qu'elle était, en fait, à rendre pour le mercredi et que, la veille, elle a donc copié/collé des idées d'activités qu'on avait faites à d'autres occasions. Elle a ajouté que, de toute façon, c'était juste un projet et qu'il ne verrait sans doute pas le jour - autrement dit, personne ne va lire ce qu'on a préparé. Elle avait raison, on n'en a plus réentendu parler. A nouveau merci pour m'avoir informé de tout ça à l'avance...


 - Il semble que je vais être confrontée au même genre d'organisation erratique au sein de l'université de Canton. Ainsi, pour renouveler mon visa, il faut d'abord préparer un "Foreign expert certificate". C'est l'école qui nous emploie qui s'en occupe. La directrice du département de français de l'université de Canton (appelons-la Mme Z.) m'a contactée soudain un lundi après-midi de juin me demandant de lui envoyer par courrier express une copie de mon certificat d'expert actuel et une lettre de recommandation remplie en chinois par mon école à Shenzhen. Vu qu'elle m'a contactée à 15h, que j'avais déjà quitté le bureau et que ma directrice à Shenzhen n'avait pas cours le lundi après-midi et était absente du bureau également, c'était impossible que le courrier parte ce jour-là. Alors, Mme Z., après avoir téléphoné au bureau des affaires internationales de l'université, m'a recontactée pour me demander finalement de lui scanner le tout pour le lendemain à la première heure. J'ai eu beau lui expliquer que je ne pourrais pas faire ça avant le midi car j'avais cours toute la matinée; elle n'arrêtait pas de de me répéter le plus tôt possible. Ne pouvait-elle pas me prévenir de préparer tous ces documents plus tôt ??

Quelques jours plus tard, pour finaliser le certificat d'expert, je devais signer mon contrat de travail. Mme Z. me téléphone un mardi me disant de venir le lendemain à l'université pour le signer. Saufque j'avais cours toute la matinée et, exceptionnellement, tout l'après-midi pour rattraper des cours que j'avais manqués... pour me rendre à l'université quelques semaines auparavant !! Du coup, après coups de fils multiples, il s'est avéré que je pouvais dans un premier temps me contenter de le signer et le scanner. 

Je n'ai pas décrit toutes les étapes mais ça a été chaotique à chaque fois car Mme Z. ne répondait pas à mes messages puis se réveillait au dernier moment,car l'employée du bureau des affaires internationales (Mme C.) est très bureaucratique et car tout le monde délègue aux autres alors pour avoir une réponse à une question, il faut téléphoner à 50 personnes.

Par exemple, début juillet, mon certificat d'expert était enfin prêt et je devais aller à l'université pour le récupérer et m'occuper des démarches pour faire renouveler mon visa. Je devais donc d'abord me rendre au bureau de Mme C. Comme j'ignorais encore tout de l'université et ne savais pas où se trouvait son bureau, elle m'a demandé de me faire guider par des étudiants. Mais, pour trouver des étudiants disponibles, il fallait que je contacte une certaine Mme L. (la directrice du département des langues étrangères). Sauf que Mme C. ne m'a pas donné le numéro de téléphone de Mme L. Elle m'a dit que je devais demander le numéro de téléphone de Mme L. à Mme Z, la directrice du département de français. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !! Comme si Mme C. ne pouvait pas trouver le numéro de téléphone de Mme L. et me le donner directement. Dans cette université, tout à l'air vraiment très compartimenté. On m'a déjà fait le coup plusieurs fois. La personne A me dit d'appeler la personne C pour avoir tel ou tel renseignement mais on me demande d'abord d'appeler la personne B pour avoir le numéro de téléphone de la personne C. Super ! 

Je reconnais que ce dernier exemple n'est pas en soi une vraie difficulté; sauf qu'on perd du temps à expliquer à B pourquoi et comment on a eu son numéro et pourquoi on a besoin du numéro de C. Comme ils travaillent tous dans des bureaux proches les uns des autres, n'ont-ils vraiment pas les numéros de téléphone des uns et des autres ? Cela me semble un peu bizarre...


En France, on a l'image de Chinois qui travaillent beaucoup et sont très sérieux. Je ne doute pas que ce soit le cas dans un certain nombre de métiers et d'entreprises. Toutefois, à l'école, dans les administrations, dans les restaurants, dans les hôtels, dans les magasins, c'est plutôt cool. Les vendeurs et serveurs passent leur temps à jouer sur leur téléphone. Ils ne s'en cachent même pas ! En plus, comme il y a plus d'employés que de clients, on ne les voit jamais se presser. 

Il faut dire que la relation client/employé n'est pas la même entre les deux pays. L'exemple du restaurant est intéressant. Ainsi, dans un restaurant en France, le serveur vous installe, vous apporte la carte, vous laisse réfléchir, revient prendre la commande qui se fait assez vite à moins qu'un client n'ait des questions sur certains plats. Mais, c'est généralement assez efficace. En Chine, ça commence pareil puis le serveur reste au pied de votre table en attendant que les uns et les autres se décident. Et, comme on commande plusieurs plats, c'est un peu long le temps que tout le monde discute, se mette d'accord, change d'avis... En plus, les Chinois demandent des tas d'explications et font plein de remarques. Quand je vais au restaurant avec des Chinois, la prise de la commande dure toujours de longues minutes. Pendant ce temps-là, le serveur est monopolisé. Cet exemple n'est pas bon car il s'agit moins de travail que d'habitude culturelle.

Toutefois, on retrouve cette façon de faire dans beaucoup de services.

D'abord, je pense que les clients chinois ne sont tous faciles à gérer car ils ont souvent plein d'exigences. Ils mettent du temps à examiner un produit, ils posent 10 000 questions, ils essaient toujours d'otenir quelque chose en plus et, avant de payer, le vendeur doit sortir l'objet de la boîte pour en faire une démonstration pour prouver que ça marche bien. Problème également de confiance dans les gens et les choses....

D'autre part, les clients s'en fichent des autres et, tant qu'ils n'ont pas obtenu ce qu'ils veulent, ils vont rester là même s'il y a 5 mètres de queue derrière qui s'est formée à cause d'eux.

Mais, il y a également un problème au niveau de la compétence des employés. Ils ont souvent du mal à délivrer une réponse rapide ou à exécuter une action. C'est en partie dû, à mon avis, au turnover incessant qui a lieu dans tous les secteurs en Chine. Pour un salaire plus élevé, les employés quittent très facilement leur travail.

Du coup, les employés ne s'investissent pas à fond et n'ont aucune forme de loyauté envers leur entreprise. C'est un vrai challenge pour les entreprises étrangères, notamment japonaises où la loyauté est la base de tout. Je suis bien placée pour le savoir puisque j'ai un mari japonais qui travaille en Chine ! Mon mari se désole souvent de voir que ses assistants n'ont aucun scrupule à tout laisser en plan à 17h30 car c'est l'heure à partir de laquelle ils peuvent quitter le travail. C'est une chose impensable pour des Japonais ! Cela dit, sur ce point, les Chinois sont dans la tendance mondiale générale. C'est plutôt les Japonais qui sont uniques à ce niveau-là.


En tout cas, voilà, on se plaint toujours de ses collègues et du système. C'est pareil ici. Mais, encore une fois, il ne s'agit pas de blâmer en particulier les Chinois. Si j'étais en France, je suis sûre que je trouverais matière à m'emporter...

Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 15:29

Alors, je vous détrompe tout de suite, il ne s'agit pas du tout de parler la place de nos amis canins dans la société chinoise; je souhaite, ici, évoquer un sujet  qui me trottait dans la tête depuis fort longtemps : le détournement (la contrefaçon ?) de marques ou plutôt la copie imparfaite de marques dont l'avantage est de ne pas être tout à fait conforme à l'originale, justement.

 

Je peux témoigner que c'est un fait extrêmement fréquent et apparent. En fouillant sur internet, j'ai même appris que ce phénomène portait un nom : le "shanzhai".

 

Le terme de "shanzhai" a d'abord désigné les villages de montagnes rebelles qui dans la Chine impériale échappaient au pouvoir des autorités locales. Il y a près d'un an il a été repris pour décrire les téléphones portables sortis de petites fabriques de la province de Canton. Ces appareils, griffés NCKIA ou Anycoll, reprennent le design et les fonctionnalités des grandes marques de mobiles. Fabriqués sans licence, échappant aux taxes, ils sont revendus à un prix bien inférieur à ceux des modèles qu'ils singent.

 

Le mot est depuis largement employé et désormais tout est susceptible d'avoir en Chine sa version "shanzhai". Ordinateurs, vêtements et même pâtes instantanées, un produit dès qu'il connaît le succès peut se trouver repris. Ces versions, fausses copies, diffèrent toujours à quelques détails près de l'original.

 

A vrai dire, j'ai trouvé sur internet les images car je n'avais pas forcément d'appareil photo sous la main lorsque j'ai rencontré des exemples de ces "shanzhai".  Le premier cas qui me vient à l'esprit, c'est une marque française : Lacoste. Vous connaissez tous le petit crocodile et bien vous le retrouvez sous différentes formes en Chine.

 

http://pic.d-seller.com/piju/eyuxu/EYX-CB37-05-302FZ2-07-5.jpgVoici une de ces formes (nom pas très original...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://attachments.motorfans.com.cn/day_090609/200861610340416_atrT222EIOWi.jpgAutre version dérivée de la première imitation (vous suivez ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- marque Kappa


http://img1.ppsj.com.cn/249/2494/1886771724.gif

http://www.fjnet.cn/images/attachement/jpg/site2/20091026/00248c2f0a620c4f620958.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- marque Puma (résultats très fantaisistes) :


 

http://bbs.ahradio.com.cn/1089218051/Fid_420/420_69427_99d0bce2b1e384d.jpg

http://www.tongzhuo168.com/UpFiles/Article/admin/Upfiles/BeyondPic/2009-03/20093143371984216.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.chinashoes.com/products_img/AutoTackFile/2009/10/26/BjWqzzAzJbz673802.jpg

http://file1.qidian.com/jpg/2009-8-16/9/30164.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- marque Nike :


 

http://www.gz0797.com/info/Article/UploadFiles/200904/20090416125354349.jpg

http://hiphotos.baidu.com/yay203344/mpic/item/683b19fe536627105d600850.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- marque Adidas (beaucoup de variations) :


 

http://www.iyaxin.com/sy/attachement/jpg/site2/20090222/00138f97abc80b0b207f17.jpg

http://img.ifeng.com/hres/200904/09/09/f180a40263a5941ca1877199f0507d1d.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.gz0797.com/info/Article/UploadFiles/200904/20090416125355642.jpg

http://www.jxyule.com/attachments/0906/0f501307d717c95c61d5341fa7f9efe8.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Ca marche aussi pour les produits de beauté :

 

Viazhi VS Vichy                                                                      Chcedo VS Shiseido (marque japonaise)

 

 

 

http://www.gog.com.cn/pic/0/10/46/21/10462125_840928.jpg

http://www.gog.com.cn/pic/0/10/46/21/10462128_756146.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon, il y a des centaines de cas; je ne vais donc pas donner plus d'exemples pour l'instant (surtout que je ne suis pas du tout branchée marques). C'était juste pour vous montrer ce qu'est ce phénomène.

 

Comme vous le voyez, il ne s'agit pas d'une vraie contrefaçon (qui est omniprésente en Chine également), c'est plutôt une imitation - qui soulève cependant la question de la propriété intellectuelle. L'intérêt c'est que les vendeurs ne peuvent pas prétendre que c'est une vraie marque et que le prix est donc très bon marché tout en permettant au consommateur de posséder un produit qui ressemble à celui de la marque originale.

 

Dans beaucoup d'exemples, on remarque que c'est parfois le changement d'une seule lettre ou l'inversement des lettres qui forment un nouveau nom. Je pense que si ces pseudos-marques ont du succès c'est parce que les Chinois ont parfois des difficultés à orthographier correctement les mots occidentaux. On sait bien que le "chinglish" est très présent en Chine et que des milliers d'affiches, de panneaux de signalisation, de publicités, d'explications dans les musées,... comportent des erreurs ou plutôt des coquilles liées à l'orthographe des mots étrangers. C'est pourquoi, je me dis que peut-être pour un Chinois "Adidas" et "Odidos", c'est du pareil au même. Mais ceci n'est qu'une hypothèse.

 

Quant à savoir s'il s'agit d'une question de manque de créativité ou, au contraire, d'une imagination débridée, je laisserai les spécialistes en débattre. Pour ma part, cela m'amuse, tout simplement.

 

Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 09:09

Je suis en Chine depuis un certain temps déjà et n'ai guère évoqué un sujet oh combien essentiel, si ce n'est le plus important : la cuisine !


Ne me posez pas la question "Quel est le plat représentatif de la Chine ?" puisque les Chinois eux-mêmes seraient bien incapables de vous répondre.


La cuisine chinoise se répartit traditionnellement en quatre familles : la cuisine du Dongbei (nord-est),  shanghaienne, sichuanaise et cantonaise. Franchement, moi, je n'y connais rien en cuisine et je ne sais même pas percevoir les différences culinaires entre les régions... Peut-être parce que je mange la plupart du temps à la cantine (que ce soit à Qingdao ou, ici, à Shenzhen). ? Mais que l'on ne s'y trompe pas,  j'aime beaucoup la cuisine chinoise; notamment en raison de sa variété. En effet, elle utilise, par exemple, un grand nombre de légumes qu'on ne connaît pas en France; d'autre part, un même aliment peut être préparé de plusieurs façons différentes. En France, les haricots verts sont toujours cuisinés de la même façon; si c'était en Chine, on vous les servirait de 10 façons différentes.


J'ai quand même quelques coups de coeur bien précis. Allez, c'est parti pour le top 5 des mes plats chinois préférés :


http://kaleidoscope.cultural-china.com/chinaWH/upload/upfiles/2009-12/24/story_about_gongbao_jidingdb9caebc96ad6f8f538d.jpg

- En cinquième position : le gong bao ji ding (宫保鸡丁), plat du Sichuan composé de dés de blanc de poulet agrémentés de piments et de cacahuètes.

Très, très bon pour qui supporte les plats épicés, bien sûr.










 

http://www.timeoutsydney.com.au/restaurants/sydneysbestfood/large-sydneysbestchinese-marigold-yum-cha-38.jpg- En quatrième position : le yam cha (饮茶); bouchées à la vapeur, spécialité de la région de Canton. Large choix et sain puisque c'est cuit à la vapeur !









http://blog.ishopvideogame.com/wp-content/uploads/2009/05/zongzi.jpg- En troisième position : les zongzi (粽子); à base de riz gluant que l'on entoure de feuilles de bambou et cuit à l'eau ou à la vapeur. Les garnitures utilisées varient dans chaque région, mais on utilise uniquement du riz gluant.










 

J'en mange régulièrement à la cantine; mais c'est un plat souvent associé à une fête traditionnelle qui a eu lieu hier, d'ailleurs, la fête des bateaux dragons. Elle tombe le cinquième jour du cinquième mois du calendrier chinois (environ début à mi-Juin), commémorant la mort de Qu Yuan, un célèbre poète chinois du royaume de Chu qui a vécu au cours de la période des Royaumes combattants. Connu pour son patriotisme, il   a tenté en vain d'avertir son roi et ses compatriotes contre l'expansionnisme des Qin. Lorsque le général Bai Qi des Qing prit Yingdu, capitale du royaume Chu, en 278 avant J.C., le chagrin de Qu Yuan était si intense qu'il se suicida dans la rivière Miluo. Selon la légende, des paquets de riz ont été jetés dans la rivière pour empêcher les poissons de manger le corps du poète.


J'adore le riz gluant (ceux qui me connaissent bien ne l'ignorent pas); donc pas étonnant que je classe ce plat dans le trio de tête !


http://library.thinkquest.org/05aug/01714/Graphics/congee- En seconde postition : le porridge de riz (粥); c'est une sorte de bouillie de riz. Ces bouillies de riz sont aussi diverses que la Chine est grande. Elles peuvent être simplissimes (composées uniquement de riz et d’eau), ou au contraire très élaborées (comme les bouillies de riz de la région de Canton). Leur consistance (due à une plus ou moins grande teneur en eau) peut aussi varier considérablement d’une région ou d’une recette à l’autre. J'aime beaucoup car c'est  très sain comparés à de nombreux plats chinois qui utilisent beaucoup d'huile. Cela se déguste sans efforts.






http://www.chinesedontcountcalories.com/uploads/news/id35/Sichuan-Aubergine.jpg- Et le vainqueur est ...............le yu xiang qie zi (魚香茄tè子) !!!! Alors, si je traduis littéralement, vous allez pensez  que ce n'est guère ragoûtant car cela donnerait "aubergines saveur poisson"; sauf que de poisson... point ! En fait, c'est un plat extrêmement savoureux (cependant, très huileux). J'adore !!!! Je crois que d'ailleurs beaucoup d'étrangers l'apprécient.







 

http://beijing.runweb.com/images/page/941/ba-si-di-gua.jpg- Enfin, mention spéciale; grand prix du jury Armel : le ba di si gua (拔 丝地瓜); patates douces caramélisées. Sucre : 100% !!! Mais quel délice !!!!!! Que mes proches se rassurent; je raffole de ce plat mais je suis suffisamment raisonnable et n'en mange pas très souvent. En fait, maintenant que j'y pense, je n'ai pas vu ce plat depuis que je suis à Shenzhen. Il est vrai que de toute façon, je vois beaucoup moins de patates douces vendues dans les rues ici qu'à Qingdao; c'est peut-être régional ? Mmmmm; j'aimerais bien y regoûter...

Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 04:42
Je ne cesse de découvrir de nouvelles informations sur la Chine et d'approfondir mes connaissances empiriques sur ce pays au mystérieux fonctionnement.

J'avais déjà entendu parler qu'un "indic" du parti communiste était présent dans nos classes mais je n'avais jusqu'à maintenant jamais abordé le sujet avec mes étudiants. Je pensais toucher à quelque chose de vraiment taboo. Or, lors d'un coin français, nous avons été amenés à évoquer le sujet naturellement et de façon décomplexée. Ils ne m'ont peut-être pas tout dit mais, en tout cas, cela ne semble pas aussi redoutable qu'on pourrait le croire.

Sur le bureau d'une des étudiantes trainaient quelques feuillets couverts de chinois. J'ai demandé par simple curiosité de quoi il s'agissait. Une étudiante a répondu : "Oh, ça, c'est juste les phrases qu'il faut répéter quand on fait la promesse pour devenir membre du parti communiste." Ah, L... veut devenir communiste ? Tiens donc... A cet instant, l'étudiante dont il était question est entrée dans la classe. Sa moue comme réponse à mon interrogation m'a clairement montré qu'elle n'envisageait pas cette perspective avec beaucoup d'enthousiasme.

Je n'ai pas tout compris, pour être honnête. Mais, d'après leurs explications, dans chaque classe, deux étudiants sont importants : le chef de classe qui s'occupe des aspects administratifs (que je connais évidemment) et ... le représentant du parti communiste chargé de tâches différentes.
En fait, toute la société chinoise et tous les organismes sont bicéphales : par exemple, à l'université, vous avez le président de l'université mais également un représentant du parti communiste avec toute la hiérarchie qui va avec, bien sûr. Et ce représentant est aussi important voire plus que le président de l'université. Dans certains cas, les deux branches sont représentées au sommet par une seule et même personne (par exemple, le maire a les deux fonctions; ou Hu Jintao qui est à la fois chef de l'Etat, chef du Parti et chef des armées - 3 fonctions distinctes auparavant).

Bref, tout cela pour dire que la classe à l'université est un microcosme de la société chinoise et on retrouve donc cette séparation bicéphale. Quel est donc le pourquoi du comment ?
Les étudiants m'ont raconté qu'à leur entrée à l'université, les volontaires au poste de représentant du parti communiste - (je ne sais pas quel terme convient pour désigner cette personne) que je vais appeler désormais RPC - devaient faire un discours et que les membres du PC présents à l'université en choisissait un par classe.
A l'issue de leur parcours universitaire, ces "élus" ont la possibilité d'intégrer le PC. En effet, devenir membre du PC en Chine n'est pas donné à n'importe qui. Ils ont également le droit de refuser. Auparavant, avant d'être admis comme membre du PC, la famille du postulant faisait l'objet d'une enquête pour vérifier que sa famille ne recelait pas d'éléments perturbateurs. Selon mes étudiants, désormais, le PC serait plus souple et accepterait les postulants même si certains membres de la famille ne sont pas de "bons" communistes. Ils n'avaient pas l'air  d'en être si sûrs...

Quelles sont les fonctions de ce RPC à l'université ? Mon étudiante m'a répondu qu'il s'agissait essentiellement de participer à des réunions - très ennuyeuses a-t-elle ajouté - ainsi que de transmettre les directives données par le PC à ses camarades,...  . J'imagine que l'on pourrait résumer le tout par : relais de la propagande du PC.
Les étudiants n'ont pas évoqué u
ne autre fonction (dont j'avais entendu parler par des Français qui vivent en Chine depuis plusieurs années) qui consisterait à écrire des rapports sur les profs étrangers. Si c'est le cas, je me demande comment j'ai pu échapper à des représailles car j'ai quand même abordé plusieurs sujets frappés d'interdits : Tian an men, la dictature chinoise, la censure, le Tibet... Certes, je le faisais plutôt lors du coin français que pendant les cours, j'ai toujours fait attention à nuancer mes paroles en disant que "En France, certains pensent que..." et j'ai rarement pris position moi-même directement.

Pourquoi mon étudiante est-elle devenue RPC si cela ne l'intéresse pas ?
Elle m'a dit que son père l'y avait incitée et les étudiants ont reconnu unanimement que devenir membre du PC apportait des avantages considérables : meilleurs postes réservés à ceux-ci, facilités pour trouver un emploi, ... En réalité, beaucoup d'étudiants souhaiteraient avoir la chance de devenir membre du PC pour tous les avantages que la situation leur procurerait.

Il s'agit certainement d'une raison pour laquelle le PC n'est pas prêt de disparaître. La Chine ne reflète plus du tout l'idéologie communiste.
En fait, tous mes étudiants reconnaissent que la Chine n'est pas communiste, d'ailleurs. Finalement, si le Parti subiste, c'est que ceux qui postulent ne le font pas par adhésion à la politique mais y voient surtout un moyen d'atteindre plus rapidement et facilement une aisance financière et matérielle.

Je n'ai pas pu m'empêcher de demander le nom de ces RPC dans mes classes : les étudiants n'ont pas hésité à me dire de qui il s'agissait. J'avoue que je suis tombée des nues à l'énoncé de leur nom mais, à la réflexion, sachant les raisons qui poussent les étudiants à devenir membres du PC, n'importe lequel d'entre aurait pu être ce RPC...

Ce fut une soirée très instructive...
Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 10:28
Une de mes étudiantes m'a récemment envoyé ce document (certains d'entre vous qui la connaissez l'ont également reçu).

Dès que l'on parle des stéréotypes culturels, on généralise; c'est pourquoi on n'est pas forcément d'accord. Mais, dans l'ensemble, vous allez voir que c'est assez juste.

L'occident est en bleu, la Chine en rouge.
 
A92392696.jpgLes 3 repas de la journée

Je suis plutôt d'accord : c'est vrai qu'en Chine, il n'y a pas une aussi grande différence entre les repas qu'en France. Par exemple, le matin, les Chinois ont l'habitude de manger soit un bol de nouilles, soit des petits pains fourrés à la viande, aux légumes,etc.

Les relations interpersonnelles.









L'humeur et le temps


La pluie affecterait-elle moins les Chinois ? Peut-être... Je n'ai jamais prêté attention à ce phénomène.







Le mode de vie


Les études interculturelles ont toujours expliqué que les  pays occidentaux sont des sociétés individualistes. Mais dans la vie quotidienne, je ne me rends pas vraiment compte de la différence. C'est de toute façon certainement de moins en moins visible puisqu'il existe une corrélation entre la richesse d'un pays et l'individualisme.



Les transports


C'est plutôt bien vu, à mon avis. Autrefois, on utilisait les voitures, les Chinois le vélo. Or, maintenant, le vélo est à la mode en occident (plutôt Europe qu'Etats-Unis) - environnement oblige, alors que les Chinois ne rêvent que d'une chose : avoir au moins une voiture, symbole de richesse.


La vie des personnes âgées.


Assez bien vu également, non ?




Soi-même


Encore une vision liée à l'interculturel selon laquelle dans les sociétés communautaires, l'individu s'efface.




La rue le week-end


J'approuve sans réserve.
Il faut quand même nuancer en disant que c'est surtout vrai le dimanche. Alors qu'en France, les rues sont désertes ce jour-là, en Chine, c'est l'effervescenc, notamment car les commerces ne ferment pas. C'est même certainement le jour où les rues sont les plus animées car ceux qui travaillent les autres jours de la semaine en profitent justement pour faire les boutiques.

Les enfants


Encore une fois, c'est un bon reflet de la réalité. Les étudiants m'ont dit à plusieurs reprises que les enfants chinois sont trop gâtés surtout depuis la politique de l'enfant unique et qu'ils sont désormais de véritables enfants-rois.


Les critères de beauté


Je rejoins l'interprétation de mon étudiante qui pense que le noir fait référence au bronzage. Les Chinois sont toujours étonnés lorsqu'on leur dit qu'en France, on préfère avoir la peau bronzée. En Chine, la blancheur est considérée comme un réel critère de beauté. D'ailleurs, le meilleur exemple est d'observer la rue par un bel après-midi ensoleillé : toutes les filles se promènent avec une ombrelle !

La boisson en cas de mal de ventre


J'adore ce dessin. C'est encore une fois très vrai.
En Chine, le remède à toutes les maladies, c'est l'eau chaude. L'autre jour, j'ai éternué plusieurs fois en classe et mes étudiants - prévenants - m'ont répété : "Si tu as un rhume, il faut que tu boives beaucoup d'eau chaude". Mais si j'avais eu un mal de ventre, on m'aurait dit la même chose...


La ponctualité


Comme mon étudiante, je ne pense pas que ce dessin soit exact.
En France, on adopte souvent ce principe du "quart d'heure de politesse" alors qu'en Chine, la ponctualité est plutôt respectée.


Les voyages


J'approuve encore une fois. Les Chinois, comme les Japonais du reste, ont l'oeil collé à leur appareil photo ou de préférence préfèrent poser devant.  Dans tous les cas, les Chinois prennent des photos pour prouver qu'ils sont bien allés dans tel ou tel lieu alors que, nous, nous prenons plus le temps d'apprécier les paysages sans nécessairement poser sur les photos tous les 10 mètres.


La file d'attente


Que rajouter ?
Combien de fois ai-je pu grommeler contre ces Chinois qui ne respectent aucune file d'attente ? Combien de fois ai-je eu des envies de meurtre quand je voyais des Chinois débouler à droite et à gauche et se faire servir avant moi alors que j'étais juste en face d'un guichet ?



La douche


Ici, je n'ai pas d'opinion sur le sujet. Les Chinois se lavent-ils plutôt le soir et nous le matin ?



Le petit-ami idéal

Je ne sais pas trop comment interpréter cette image. C'est vrai que certaines Chinoises sont intéressées par les occidentaux (surtout pour l'aspect financier, à mon avis...). Mais les occidentaux ou occidentales ?



Les conseils


Les Chinois ne vont pas directement au but, c'est bien connu et quand je pense à la difficulté d'avoir des réponses claires de la part de mes collègues, je suis plutôt d'accord.



Une soirée

J'ai du mal à m'en rendre compte; c'est vrai qu'en France, on rejoint toujours ceux qu'on connaît et que l'on forme des petits groupes, quant aux Chinois, je ne sais pas trop.






Le bruit dans un restaurant

Tout à fait d'accord; je dirais même que ça s'applique à tous les lieux publics en Chine.




La résolution d'un problème














Mon étudiante a traduit par "l'attitude envers les nouvelles choses"

Cela signifierait-il que les Chinois sont moins réticents que nous par rapport aux nouveautés ? Peut-être ... Après tout, il a fallu pas mal de temps avant qu'internet entre dans les moeurs des Français, par exemple.




La colère contre quelqu'un

J'ignore si c'est vraiment le cas ou non.





A la mode

Je suppose que ce dessin veut montrer que la société chinoise s'occidentalise alors qu'on s'intéresse plus à la culture chinoise (le fengshui, le "taichi", ....)






Le chef


La hiérarchie serait-elle plus visible et le chef plus dominateur en Chine ?










 
Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 09:55
Depuis ce matin, je ne peux plus accéder à Google. Par curiosité, j'ai surfé sur le net pour voir s'il y avait des informations sur cette coupure. Apparemment, Google ne fonctionne plus en Chine depuis hier soir.

Chine: Google brièvement bloqué, nouvelles restrictions sur l'internet

 

Monde 25/06/2009 07:58

La Chine, lancée dans une grande campagne antipornographie, a décidé de restreindre encore l'accès aux informations à caractère sexuel, y compris scientifiques, sur l'internet, a annoncé jeudi le China Daily.

En vertu de nouvelles règles du ministère de la Santé, en vigueur à partir du 1er juillet, "les sites qui renvoient sur des études et recherches liées au sexe ne seront accessibles qu'aux seuls professionnels de la santé et chercheurs", a annoncé le quotidien en anglais, citant un porte-parole du ministère, nommé Yang.

Parmi le millier de sites fermés depuis le début de l'année pour pornographie et vulgarité, "certains se présentaient en sites basés sur la santé mais en fait propageaient de la pornographie", a expliqué Yang selon le quotidien en anglais.

Les sites "liés à la santé" doivent déjà être approuvés et enregistrés auprès des autorités.

Par ailleurs, le site en anglais de Google a été inaccessible pendant plus de deux heures en Chine mercredi soir, selon le China Daily.

Si aucune raison n'a été donnée, cette coupure intervient après la suspension la semaine dernière par les autorités chinoises de certains services du moteur de recherches, Google ayant été accusé de ne pas avoir installé les filtres de blocage de la pornographie exigés par la loi chinoise.

Google Chine a promis qu'il allait "s'efforcer de nettoyer les contenus vulgaires".

"Google a reçu des plaintes d'usagers sur l'inaccessibilité de google.com. Mais nous n'avons pas d'autre commentaire à faire", a indiqué à l'AFP une responsable de la société de relations publiques représentant Google, en requérant l'anonymat.

Le service de sa version chinoise, Google.cn, n'a toutefois pas été interrompu, a précisé le journal.

Le service semblait rétabli jeudi matin.


Le service "semblait" rétabli jeudi matin. Sauf que non. En tout cas, jusqu'à environ 16h, Google était inaccessible. Mais, ironie du sort, je viens de lancer une recherche et ça refonctionne. Dire que j'étais prête à déverser tout mon venin sur ce maudit contrôle d'internet qui se pare des atours de la moralité, il faudra que je réserve mon discours pour une prochaine occasion.

Cela dit, ce n'est qu'une partie visible de l'iceberg. Un de mes étudiants m'a raconté qu'à partir du 1er juillet, les ordinateurs vendus dans le pays seront équipés d'une sorte de logiciel qui bloquera l'accès à certains sites internet. Mais, évidemment, il ne s'agit nullement de censure; cette mesure est là uniquement pour protéger les jeunes internautes contre les sites nocifs pornographiques et autres. Evidemment.

Mouais... Je ne sais pas pourquoi mais j'ai du mal à croire à la totale innocence d'un tel dispositif....

Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 17:19
C'est un langage que vous rencontrerez certainement si vous vous promenez en Chine. Je suis tombée plusieurs fois sur plusieurs exemples de cette curieuse langue mais je n'ai pas pris la peine de les prendre en photo. Par contre, j'ai trouvé un site qui en recense un certain nombre. Le chinglish va de l'inversion de lettres à la faute de grammaire, en passant par des formulations assez incongrues. Appréciez !
















Poétique, non ?















No comment.















J'adore...





Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 12:45
Récemment, dans le cours sur la presse, j'ai proposé un texte sur la loi Création et Internet qui vise à freiner le piratage sur internet. Les étudiants se sont montrés vivement intéressés bien qu'interloqués. Est-ce que ce n'est pas normal de télécharger de la musique et des films sur internet ?

Il est évident qu'ls n'ont pas mauvaise conscience lorsqu'ils le font puisqu'en Chine, le piratage est omniprésent. D'autant plus qu'il est très facile de trouver des sites chinois qui le permettent tout comme il existe des sites où l'on peut visionner des films en entier en streaming. Bon, on y trouve surtout des films chinois et anglophones mais de plus en plus de longs métrages français aussi.

Ainsi, pendant que nos députés discutent de cette loi, le monde continue de tourner : j'ai vu sur internet que récemment Google Chine avait mis en place un service gratuit de téléchargement de musique. Il faut savoir qu'en Chine Google n'est que second dépassé par le moteur de recherche chinois Baidu.com qui lui offrait déjà cette possibilité. Google Chine a donc lancé ce service pour attirer les millions d'internautes chinois. Enfin, il faut savoir que Google n'a pas l'intention de proposer ce genre de service dans d'autres pays.

J'ai testé : on trouve quelques chansons françaises.

Une chose est sûre : une loi comme celle qui est actuellement en débat au parlement serait inapplicable en Chine.
Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 14:40
Quel est l'intérêt d'apprendre le français pour des Chinois ?

La question peut se poser d'autant plus lorsqu'une collègue américaine enseignant dans le département d'anglais m'a dit que certains de ses étudiants lui avaient dit que le français s'avérait plus utile que l'anglais. Voilà qui ne manque pas d'originalité...

A ces interrogations, un seul mot : l'Afrique.

Les étudiants ne connaissent pratiquement rien de ce continent mais la seule qui les intéresse, c'est : l'argent. Or, l'Afrique, c'est l'eldorado qui représente pour les étudiants chinois le meilleur moyen de se faire beaucoup d'argent en quelques années. Certes, certains déchantent lorsqu'ils se retrouvent sur place mais cela ne décourage pas les futurs diplômés de français.

Actuellement, au moins deux de mes anciens 4ème année se trouvent en Afrique, l'un au Sénégal, l'autre en Algérie. Celui qui se trouve au Sénégal me téléphone de temps en temps en me disant qu'il a l'impression qu'il "va mourir". Ses conditions de travail sont très dures, il travaille 7/7 excepté un dimanche par mois. Je n'ai pas bien compris son travail, je crois qu'il s'occupe des impayés : il se rend chez les particuliers pour réclamer les factures qu'ils n'ont pas payées.

Un autre ancien étudiant m'a dit qu'il avait été contacté pour aller travailler au Niger en tant qu'interprète pour des Chinois chargés de prospection pétrolière pour un salaire annuel de 150 000 yuans. En gros, 6 fois plus que ce que gagne cet ancien étudiant actuellement.

Cependant, il faut signer pour plus d'un an. En effet, les contrats prévoient généralement une durée de 2 ans voire même 4 ans. Il faut donc mieux être sûr de soi lorsque l'on accepte.

La motivation des étudiants ? Bien sûr, c'est gagner de l'argent mais, c'est surtout en gagner le maximum pour en ramener le maximum en Chine pour acheter un appartement, une voiture,.... Bref, pouvoir s'installer confortablement assez rapidement.

Ainsi, bien que certains étudiants parlent négativement de leur expérience sur leur blog ou autres sites, le vivier d'étudiants chinois prêts à s'envoler pour l'Afrique ne cesse de s'agrandir alimenté par la presse qui aime à évoquer tel ou tel sommet avec l'Afrique, telle ou telle rencontre entre les dirigeants chinois et africains, le développement des échanges, l'aide apportée par la Chine à tel ou tel pays africain....
Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 11:53
Dans une école primaire où j'enseigne, j'ai pris en photo quelques dessins d'enfants sur le thème du nouvel an.... chinois, évidemment. Découverte culturelle :

J'identifie les "trucs" jaunes sur la table comme étant des raviolis puisque c'est le plat que mangent traditionnellement les Chinois lors du nouvel an (qu'ils appellent "la fête du Printemps" et qui aura lieu le 26 janvier, cette année).
















Vous voyez un peu partout la couleur rouge : les lampions, les pétards (à droite du dessin qui sont souvent vendus en chapelet), les papiers sur lesquels sont écrit le mot "bonheur" et même les vêtements. Une des traditions lors de la fête du Printemps, c'est d'acheter de nouveaux vêtements pour symboliser le changement.










Sur ce dessin, on voit mieux le caractère du "bonheur" tracé sur la robe des jeunes filles, sur les lampions en haut et sur les feuilles en forme de losange aux extrémités.


















Et que sont les brochettes que l'on peut observer ?? C'est très populaire en Chine, on en trouve partout dans la rue en hiver. Les Tanghulu sont des brochettes de fruit caramélisées. Personnellement, je n'aime pas trop, mais j'imagine que c'est très apprécié des enfants puisqu'on les retrouve dans le deuxième dessin aussi.










Et que serait une fête du Printemps sans les pétards et les feux d'artifice (du moins je suppose qu'il s'agit de cela sur ce dessin...).






Repost 0
Published by armel - dans Généralités
commenter cet article

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives