Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 16:02

Les jours se rapprochent avant mon départ de Chine...

Vivant à Shenzhen, puis à Guangzhou, j'ai eu plein d'occasions avec mon mari de passer des week-ends à Hong-Kong. 

Je suis beaucoup plus critique que je n'ai pu l'être par le passé quant à l'accueil et aux services à Hong-Kong. Certes, les infrastructures sont vraiment développées, les restaurants variés, les paysages sympas, mais les employés travaillant dans les services sont tellement désagréables !

Je crois presque que les serveurs parisiens sont battus en terme de rudesse. C'est bien simple : c'est un territoire où les employés et les serveurs ne savent pas sourire. Sans parler de leur froideur et de leur indifférence. Quant aux vendeurs, ils sont très pénibles car ils font de la vente forcée et les produits qui nous intéressent sont bizarrement souvent en rupture de stock. 

S'ajoute à tous ces désagréments, la question du pourboire. En Chine, cela n'existe pas. En théorie, à Hong-Kong, ce n'est pas une coutume non plus. Sauf que, sans doute en raison de riches "expatriés" - des Blancs occidentaux plein aux as -, c'est beaucoup plus flou dans la réalité. Ainsi, il n'est pas rare que les serveurs ne nous ramènent pas la monnaie alors que parfois cela monte à plusieurs dollars (de Hong-Kong). Cela m'énerve !! De toute façon, l'idée du pourboire est dégradente au possible. Je ne comprends pas qu'on ne réforme pas cette habitude en France. 

 

Il y a également une chose qui me choque beaucoup et dont vous ne vous apercevrez pas si vous n'allez à Hong-Kong qu'en semaine. Ou alors, si. En semaine, vous remarquerez beaucoup de femmes philippines ou indonésiennes qui promènent des chiens en laisse ou des enfants blancs (pas en laisse) en portant des sacs de course. Et le dimanche, vous verrez toutes les passerelles, les parcs, les ponts, les dessous d'escalators occupés par des centaines de femmes - ces mêmes femmes - pour s'abriter de la chaleur comme du froid. En effet, venues gagner leur vie comme domestiques - oups, je voulais dire foreign domestic helpers - elles se retrouvent presque esclaves. Elles sont payées environ 400 € par mois, mais logent chez leurs employeurs (d'où des abus en tout genre) et ne disposent souvent pas d'espace privé. Certaines doivent dormir dans le couloir ou d'autres pièces. Elles doivent s'occuper de toutes les tâches domestiques, des enfants, etc... On estime qu'elles travaillent environ 70 heures par semaine. Leur seul jour légal de repos est le dimanche qu'elles doivent passer à l'extérieur. C'est pourquoi nous pouvons voir ces rassemblements incroyables de femmes (on estime leur nombre à 300 000) qui passent la journée en groupe, assises sur des cartons, se protégeant du froid ou du vent avec leur parapluie tout en partageant des plats, en discutant, en jouant parfois. Elles ne sont pas mal habillées, elles ont des téléphones ou des smartphones, elles parlent et rient avec leurs compagnes; mais il n'en reste pas moins qu'il est très choquant de les voir là toute la journée pendant que nous passons à côté d'elles. Elles sont invisibles en semaine et, soudain, elles deviennent ultra-visibles mais de façon extrêmement négative. Je ne comprends pas que le gouvernement de Hong-Kong n'agisse pas. Et le dimanche soir, vers 18h - 19h, elles remballent tout soigneusement car elles doivent être de retour chez leurs patrons à 20h. 

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Pourtant, en dépit de tout cela, mon mari et moi avons toujours adoré passer des week-ends à Hong-Kong. Je ne vais pas refaire la description de ce territoire, mais juste insister sur les aspects qui me plaisent.

 

optant comme leurs consœurs philippines pour des parcs, des ponts, des passerelles, des dessous d’escalators géants pour s’abriter de la chaleur comme du froid.Pourtant, cela ne nous a pas dégûtés complètement car je suis incapable de compter le nombre de week-ends que nous y avons passé. 

Le centre de Hong-Kong est vraiment extraordinaire. J'ai un tout petit peu voyagé mais je ne connais aucun endroit qui présente 

 

optant comme leurs consœurs philippines pour des parcs, des ponts, des passerelles, des dessous d’escalators géants pour s’abriter de la chaleur comme du froid.

Pourtant, cela ne nous a pas dégûtés complètement car je suis incapable de compter le nombre de week-ends que nous y avons passé. 

Le centre de Hong-Kong est vraiment extraordinaire. J'ai un tout petit peu voyagé mais je ne connais aucun endroit qui présente 

 

optant comme leurs consœurs philippines pour des parcs, des ponts, des passerelles, des dessous d’escalators géants pour s’abriter de la chaleur comme du froid.

Adieux à Hong-Kong

Le centre - Central, sur l'île de Hong-Kong - est vraiment extraordinaire. J'ai un tout petit peu voyagé mais je ne connais aucun endroit qui présente cet étonnant paysage de mer, de forêt de gratte-ciel et de forêt vierge avec en arrière-plan des montagnes. 

Adieux à Hong-Kong

Même en s'écartant de Central, on retrouve ce mélange spectaculaire.

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong

 Et la nuit, c'est magique (ce que mon smartphone ne peut pas rendre).

Adieux à Hong-Kong

J'aime également le contraste entre les avenues embouteillées, celles avec des marques célèbres et les petites rues envahies par la foule et aux boutiques qui vendent des produits plus locaux.

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong

Je me régale à chaque fois que nous prenons le tramway. Il existe à Hong-Kong depuis plus de 110 ans mais il semble terriblement exotique et désuet, perdu au milieu de ces géants de verre ultra-modernes. Il s'agit d'un moyen de transport bon marché et qui permet de profiter agréablement du paysage urbain.

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong

J'apprécie également les mélanges architecturaux parmi lesquels se cachent de vieux temples au toit richement décoré.

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong

Et puis, Hong-Kong, ce n'est pas que Central et Kowloon, c'est Aberdeen, Repulse Bay, Stanley, ses ports, ses montagnes (on peut y faire plein de petites randonnées qui offrent de superbes points de vue), ses plages et ses centaines d'îles.

Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong
Adieux à Hong-Kong

Même si nos photos ne sont pas terribles et ne rendent pas justice aux paysages, voilà pourquoi j'aime Hong-Kong.

Ceux qui y font une escale rapide entre deux vols s'arrêteront surtout dans le centre très urbanisé et les quartiers commerciaux avec de grandes enseignes, mais prenez le temps de vous perdre dans les quartiers moins touristiques et surtout prenez le bus pour aller au sud de l'île de Hong-Kong, dans les Nouveaux Territoires ou sur les autres îles. Et on mange tellement bien à Hong-Kong (par contre, il faut avoir un portefeuille bien garni....).

Ce territoire partage peut-être le même climat et la même culture cantonaise que Shenzhen et Guangzhou, mais Hong-Kong est unique (je sais, c'est cliché au possible) et me charme de façon inconditionnelle. 

Partager cet article

Repost 0
Published by armel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives