Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 12:09

 

Comme tous les ans, nous avons eu le droit à trois jours de vacances à l'occasion de la fête de la Mi-Automne.

 

Enfin, trois jours... Il faut que je vous explique mon emploi du temps des prochaines semaines.

 

Nous avons donc eu trois jours (jeudi, vendredi, aujourd'hui samedi) pour cette fête. Seul jeudi était férié puisque nous devons rattraper la journée du vendredi, demain dimanche.

 

Comme tous les ans, nous avons 7 jours de vacances au mois d'octobre pour la fête Nationale, du 1er au 7. Mais là encore, seuls 3 jours sont fériés (mardi 1er, mercredi 2, jeudi 3). Le samedi 5 et le dimanche 6, c'est le week-end. Restent donc le vendredi 4 et le lundi 7. Et bien, figurez-vous qu'ils nous les font rattraper. Ainsi, je travaillerai le dimanche 29 septembre pour rattraper le vendredi 4 et  le dimanche 12 pour rattraper le lundi 7.

 

Autrement dit, à partir de demain, j'ai une semaine de 6 jours de travail, repos le samedi, travail dimanche et lundi; puis 7 jours de vacances puis 4 jours de travail, repos le samedi, et enfin 6 jours de travail avant de retrouver un rythme hebdomadaire normal. Ce n'est pas tant le fait d'avoir des week-ends tronqués qui m'agacent que le fait qu'ils nous collent ces journées n'importe comment. Qu'est-ce que je déteste ce système de "vacances". Je préfère autant n'avoir qu'un jour férié et qu'ils nous laissent nos semaines se dérouler normalement.

 

Comme je n'ai reçu la notification pour ces congés qu'en fin de semaine dernière, mon copain et moi n'avions rien réservé; c'est pourquoi nous avons opté pour  Hong-Kong pour ces 3 jours.

 

De plus en plus de Chinois du continent se rendent à Hong-Kong (moins pour le tourisme que pour le shopping). D'ailleurs, c'est bien simple, 80 % des boutiques sont des pharmacies, des magasins de cosmétiques, de produits de luxe (montres, bijoux, sacs) et technologiques. Hong-Kong a deux avantages : les articles sont détaxés - donc moins chers que sur le continent (en même temps, si quelqu'un a les moyens de s'offrir un sac de telle ou telle marque, détaxé ou pas, cela reste cher, non ? Enfin, il n'y a pas de petites économies, je suppose...). Second avantage : les Chinois ne font pas confiance aux marchandises vendues en Chine continentale (et à juste raison paraît-il); d'où les achats importants de lait en poudre, par exemple, ce qui a conduit HK à établir des quotas.

 

J'ai été témoin de ce rush vers HK jeudi matin lorsque j'ai traversé l'une des frontières entre Shenzhen et le territoire de HK. Des centaines de personnes étaient massées aux portes de la douane. C'était affolant. Une vraie pagaille. Une situation d'état de siège. Des hurlements, des gens qui tentaient d'escalader les barrières, des bousculades, des attroupements, des courses dès qu'un nouveau guichet s'ouvrait, des gens qui tapaient aux portes vitrées lorsque les gardes les fermaient pour réguler le flot des touristes... Bref, la guerre. C'était impressionnant et effrayant, en fait. On imagine tout à fait qu'à la moindre vague de panique, on puissse mourrir piétiné, écrasé, étouffé par une foule aussi agressive.

 

Après de longues heures de queue, j'ai finalement atteint HK où j'ai rejoint mon copain. Nous avons fuit le centre et les foules pour le calme des montagnes - petites, certes - mais des montagnes tout de même. Par contre, il faisait très chaud, pas un souffle d'air, et le taux d'humidité était au moins de 400 %.... L'horizon n'était pas très dégagé et, en plus, je n'avais pas mon appareil photo, mais voici - par temps idéal - ce que l'on aurait pu voir.

 

http://www.discoverhongkong.com/fr/images/see-do/great-outdoors/large/1.5.3.2-Dragons-Back-Hiking-Tour_03.jpg

 


Si j'aime autant HK, c'est le fait que l'on puisse accéder si facilement à des sentiers de randonnée sympas, tout en ayant vue sur la mer, les montagnes, les îles et, jamais très loin, les gratte-ciels. Et puis, on redescend et l'on retourne dans la "civilisation" aussi rapidement que l'on s'en était éloigné.


La fête de la Mi-Automne est une fête  traditionnelle chinoise célébrée le 15ème jour du 8ème mois lunaire. La Lune, cette nuit-là, est particulièrement brillante, plus ronde et plus belle que le reste de l'année. Les Chinois considèrent la pleine lune comme symbole de la réunion familiale, et c'est pour cette raison, que ce jour est aussi appelé "Fête de la Réunion". C'est aussi pour cela que les Chinois dégustent des pâtisseries appelées gâteaux de Lune, symboles de retrouvailles et de rassemblements familiaux. Le modèle traditionnel contient une pâte sucrée de haricots rouges ou de dattes, enrobant un jaune d’œuf qui rappelle la lune. La surface est décorée de motifs symbolisant des légendes lunaires. Il se décline à l’infini: saveur lotus, durian, thé vert, mais aussi chocolat, café ou noix de coco. Pour être honnête, c'est plutôt dégueu. Jusqu'à maintenant, je ne me souviens pas en avoir goûté un que j'ai pu terminer... Des étudiants m'en ont offert mercredi mais je n'ai pas encore osé les ouvrir... Je trouve ces gâteaux horriblement secs avec des saveurs assez nauséabondes.

 

A Hong-Kong, des festivités particulières ont lieu à l'occasion de cette fête. C'était la première fois que nous y allions à cette période, cela a donc été une découverte.

 

D'abord, des centaines de lanternes de toutes les couleurs,

 

tailles et formes illuminent les parcs et les rues.

http://www.scmp.com/sites/default/files/styles/980w/public/2013/09/19/hongkong_hkg02.jpg?itok=ktxvUd6Y

Ensuite, nous avons assisté à la danse du dragon de feu dans le quartier de Tai Hang. C'était génial !

Au 19ème siècle, les habitants de Tai Hang firent pour la première

 

fois une danse du dragon afin d'arrêter une série de malheurs qui s'étaient abattus sur leur village. Plus d'un siècle plus tard, le village a disparu mais la tradition perdure et cette danse a été classée sur la troisième liste du patrimoine culturel immatériel de la Chine.

Tout commença quelques jours avant la fête de la Mi-Automne, il y a environ 100 ans. Un typhon s'abattit sur le village de pêcheurs et de paysans de Tai Hang et fut suivi d'une épidémie, puis de l'apparition d'un python qui dévora tout le bétail. Un devin décréta que la seule manière d'arrêter cette avalanche de désordres était d'organiser une danse du feu pendant trois jours et trois nuits pendant la fête de la mi-automne. Les villageois confectionnèrent un énorme dragon en paille et le couvrirent de bâtons d'encens qu'ils allumèrent. Ils dansèrent alors pendant trois jour et trois nuits au son des tambours et des pétards et l'épidémie disparut.

De nos jours, les habitants de Tai Hang continuent à faire la danse du dragon durant trois jours pendant la fête de la mi-automne avec une troupe de 300 danseurs, 72 000 bâtons d'encens et un dragon long de 67 mètres, pour un spectacle incroyable de feu, de fumée et de danse dans les petites ruelles de Tai Hang.

 

 

http://www.strippedpixel.com/wp-content/uploads/2012/10/2012-Sept-Hong-Kong-3523-copy.jpg

http://www.strippedpixel.com/wp-content/uploads/wow-slider-plugin/40/images/tai_hang_fire_dragon_dance.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.thaiworldview.com/hongkong/feast/jpg/feast266.jpg


 

http://farm9.staticflickr.com/8169/8037933345_fa6a0440c3_o.jpg

 

Je trouve que c'est bien qu'HK conserve ce genre de traditions. En fait, j'ai l'impression que la culture chinoise se vit et se voit plus  à HK qu'en Chine continentale.

 

En tout cas, super petites vacances ! Et demain, boulot...
Repost 0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 05:41

Le 5 du 5e mois lunaire (vers juin), les Chinois célèbrent le festival des Bateaux Dragons.

 

Cette année, la fête des Bateaux-Dragons est tombée le 23 juin. A cette occasion, mon copain et moi avons passé le week-end à Hong-Kong où sont organisées des courses de bateaux à plusieurs endroits. Nous avons opté pour Aberdeen (port au sud de l'île de Hong-Kong). L'ambiance était sympa et les rameurs étaient impressionnants. Ce sont en fait de multitudes de courses qui rassemblent à chaque fois 3 ou 4 bateaux (selon leur taille, par exemple).

 

DSCN2813         DSCN2831

 

DSCN2821         DSCN2849

 

Mais au fait pourquoi ces courses ?  


L'origine de cette fête a plusieurs versions, parmi lesquelles, honorer la mémoire de Qu Yuan est la plus reprise.

Qu Yuan fut ministre du royaume de Chu pendant la période des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.). Il fut aussi un grand poète patriote. En effet, face à la pression du royaume puissant de Qin, Il proposa de faire prospérer le pays et de renforcer les forces militaires afin de résister à la menace de ce royaume. Mais sa proposition subit l'opposition des aristocrates ayant à leur tête Zi Lan. Par conséquent, Qu Yuan fut destitué de ses fonctions et expulsé de la capitale par le roi. En exil, il composa plusieurs poèmes illustrant ses sentiments inquiets sur le sort de la nation et du peuple. En 278 av. J.-C., l'armée du royaume de Qin s'empara de la capitale de Chu. Après avoir appris cette nouvelle, Qu Yan écrivit son dernier poème Huai Sha (Regretter Changsha) et se suicida le 5 du 5e mois lunaire en se jetant dans le fleuve Miluo. Selon la légende, après la mort de Qu Yuan, les gens du peuple de Chu affluèrent au bord du fleuve pour lui rendre un dernier hommage et les pêcheurs conduisant leurs bateaux firent des va-et-vient dans le fleuve pour chercher sa dépouille mortelle, mais sans résultat. Pour éviter qu'il fut mangé par les poissons, on jeta alors des boulettes de riz gluant et des œufs dans le fleuve. Un vieux médecin y versa même du vin de riz pour soûler les animaux aquatiques.

Dès lors, la course de bateaux-dragons, les boulettes de riz gluant et le vin de riz sont devenus des us et coutumes populaires en Chine.

Chaque année, lors de la fête des Bateaux-Dragon, dans toutes les régions on organise une course de bateaux-dragons. Une fois le signal donné, les rameurs canotent de concert au son des tambours et les bateaux en forme de dragon avancent à toute allure vers le fil d'arrivée.

 

DSCN2826                    DSCN2838

 

La légende dit que ce jeu date du moment où l'on cherchait en bateau Qu Yuan, mais selon les recherches scientifiques, c'était une activité à la fois religieuse et divertissante à l'époque des Royaumes Combattants (475-211 av. J.-C.). Depuis des millénaires, ce jeu s'est popularisé non seulement dans les diverses régions de Chine mais également à Taiwan et à Hongkong. 

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 14:24
Depuis le temps que je prévoyais de me faire un week-end à Hong-Kong !

J'ai profité de m'être avancée dans mes cours pour passer deux petites journées là-bas samedi et dimanche. Sur la carte, Shenzhen touche HK mais dans la réalité, il m'a fallu près de trois heures pour atteindre ma destination. Il faut dire que mon campus étant très excentré, il me faut déjà au moins une heure pour rallier la frontière. Ensuite, j'ai dû faire la queue pendant près d'une heure à l'immigration chinoise puis hong-kongaise. Apparemment, je n'étais pas la seule à vouloir profiter du week-end et du beau temps (c'est incroyable ce qu'il peut faire encore chaud à cette épqoue de l'année; c'est vraiment super agréable !) pour partir en excursion ! Après avoir passé la frontière (à pied), j'ai pris le métro pour rejoindre le centre de HK.

Il n'y a rien à faire. J'adore cette ville / ce territoire (car c'est bien plus qu'une ville, en réalité). Elle me fascine littéralement : la modernité, les lumières la nuit, l'activité incessante, le côté "brittish", le cosmopolitisme,... Samedi après-midi, je me suis donc baladée dans le centre, le Hong-Kong que tout le monde connaît.

Mais dimanche, je suis partie à la découverte du Hong-Kong que l'on connaît moins et qui me plaît tout autant. J'ai pris le ferry pour aller sur une des innombrables petites îles dont est composé le territoire de Hong-Kong et que l'on a tendance à ignorer. On pense que Hong-Kong, c'est juste cette ville ultra-moderne que l'on voit dans les reportages ou les photos. Mais ce n'est en réalité qu'une toute petite partie du territoire qui est largement inoccupé.

L'île de Lamma sur laquelle je me suis promenée toute la journée de dimanche a la particularité de ne pas autoriser les voitures. De toute façon, c'est bien simple : il n'y a pas de route ! Il y a quelques chemins mais ce sont plus des sentiers de promenade qu'autre chose. L'île est donc particulièrement calme et propice à des excursions à pied. Il n'y a rien de très particulier car les villages de "pêcheurs" sont  plus touristiques qu'autre chose, mais pour ceux qui aiment marcher, les balades sont vraiment sympas et le paysage laissé au naturel sur presque toute l'île; c'est exactement ce que je cherchais. Je n'ai pas été déçue.




































J'ai l'intention de passer quelques autres week-end là-bas : il me reste de nombreuses îles à explorer !

Repost 0
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 14:09
Entre deux journées à HK, j'ai choisi de faire une excursion à Macao que l'on rejoint en une heure environ en ferry depuis HK.

Macao est célèbre pour ses casinos - la Las Vegas de l'orient - mais ce n'était pas ce qui m'a incitée à y aller : je me suis plutôt intéressée à son patrimoine, héritage de son passé colonial.

Même si la majorité de sa population est d'origine chinoise, l'atmosphère de Macao est vraiment particulière avec ses églises, ses maisons colorées aux tons pastels, ses ruelles... L'influence portugaise est omniprésente jusqu'au nom des rues qui sont écrits dans les deux langues.

D'autre part, la vie semble beaucoup plus tranquille qu'à HK, le rythme y est moins effréné et, somme toute, plus agréable. Le mélange de cuisine (on trouve de délicieux flans portugais), de modes de vie, de peuple, d'architecture fait de Macao une destination bien particulière et très sympathique.

J'ai commencé ma visite de Macao en me rendant sur l'île de Taipa où se trouve le village de Taipa, "vitrine du passé" selon le Lonely Planet.


undefinedCe n'est pas tout à fait mon avis mais, par contre, le musée des Maisons de Taipa installé dans 5 villas qui présente le mode de vie des classes moyennes macanaises au début du 20ème siècle est intéressant.















Dans le village, j'ai sympathisé avec une jeune Chinoise de Guangzhou très sympathique et qui parlait un excellent anglais et qui voulait se rendre à Coloane elle-aussi. J'étais bien contente qu'elle soit là d'ailleurs car ça a été un peu la galère pour trouver le bus pour y aller. Elle a dû demander (en cantonnais) à plusieurs personnes avant que quelqu'un ne nous indique le bon arrêt et le bon bus.

Le village de Coloane est vraiment minuscule et loin de toute ville, contrairement à Taipa. La rue principale borde la mer et l'on peut y voir une jolie place, une petite église catholique, des temples bouddhistes et taoïstes.... et c'est à peu près tout. Un peu "mort" - même un dimanche - mais charmant. Pardon ! Je voulais dire un plaisant village où le temps semble s'être arrêté et un des seuls villages qui semble préservé et inchangé.


undefinedla plus jolie place, du village l'un des attraits de Coloane




















undefinedainsi que la chapelle St François Xavier, érigée en 1928



























undefinedVous remarquerez à droite de la photo les trois lampions (rouges à l'origine), comme quoi la Chine n'est pas aussi loin qu'on pourrait le penser....
























undefinedTemple Tam Kong et observez les grands cônes d'encens.



























Retour sur la péninsule de Macao et visite du centre-ville, classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis   2005.

undefinedLe Largo do Senado, la plus jolie place de Macao, entourée de bâtiments coloniaux.

Décorations et illuminations qui rappellent que le nouvel an chinois n'était pas loin.
















undefined




















undefined




















undefinedUn peu plus loin, l'église St Dominique, église baroque du 17ème siècle.


























Et pour terminer, quelques photos de ce qui fait la célébrité de Macao : les casinos. Ils ne sont pas aussi originaux et kitchs que ceux de Las Vegas, à mon avis, à part le Vénitien qui est sur Taipa et qui se veut être une reconstitution de Venise avec canaux, gondoles... mais que je n'ai vu que de loin et du bus.


undefined





















undefinedLe Grand Lisboa



























Je serais bien restée une journée de plus à Macao pour flâner dans les ruelles pavées et admirer les anciennes demeures coloniales. Je garde un excellent souvenir de cette escapade et Macao vaut bien autant le détour que HK, si ce n'est plus...

Le retour vers HK fut mouvementé car une mini tempête s'est levée en cours de route et le roulis sur le ferry était assez fort; par conséquent les 3/4 des passagers rendaient tripes et boyaux. C'était un spectacle...  déconcertant : je n'avais jamais vu autant de personnes vomir en même temps ! Heureusement que la ventilation fonctionnait ! Et moi, pendant ce temps-là, je lisais tranquillement mon Lonely Planet. Ah, ces Chinois ! vraiment pas solides...
Repost 0
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 15:58
Sachant que les cours ne reprenaient que le 3 mars et que je n'étais pas encore lasse de voyager, j'ai alors décidé de quitter Nanjing pour une autre destination : Hong-kong. Avant le début des vacances, j'avais pensé à aller à Harbin pour voir les sculptures de glace mais traumatisée par le froid que j'ai connu dans le Yunnan, j'ai opté pour un lieu aux températures moins extrêmes. Il est certain que ce  n'était pas le chemin le plus direct pour retourner à Qingdao mais j'avais, en plus, trouvé un billet d'avion pas très cher pour Guangzhou (Canton) et donc à deux pas de Hong-Kong. 

Le 22 février, j'ai donc passé ma journée dans les transports pour rejoindre Hong-kong. J'ai quitté mon hôtel à Nanjing, pris le bus, puis le métro pour arriver à la gare routière sud pour prendre un mini-bus pour l'aéroport. J'ai ensuite pris l'avion direction Guangzhou. Arrivée dans la capitale de la cuisine cantonaise, j'ai à nouveau pris un bus pour rejoindre le centre-ville qui m'a déposée près de la gare ferroviaire principale. Là, j'ai pris le métro pour rejoindre la gare de l'est où j'ai pu acheté aussitôt un billet de train Guangzhou/Kowloon (Canton/un des quartiers de Hong-kong).

Autant le chaos règne aux abords de la gare principale de Guangzhou, autant la gare de l'est est un modèle d'organisation. Et j'ai vraiment été surprise de savoir qu'il y avait un train qui reliait directement les deux villes. Je m'attendais à devoir changer de train à Shenzhen et "poireauter" pendant des heures à la douane. Au contraire, tout s'est passé très simplement et rapidement.  Une fois le billet de train en poche, on passe par la douane avec contrôle du passeport (pas besoin de visa pour les Français pour aller à HK) et voilà ! 
1h30 plus tard j'étais à Kowloon, dans le centre de HK ! ouf ! quelle journée !

Je ne suis théoriquement pas fan des grandes villes modernes mais j'ai vraiment beaucoup apprécié HK. Je ne pense pas que j'aurais été aussi enthousiaste si je ne venais pas de passer 6 mois et, surtout, fait 4 semaines de voyage en Chine. Autrement dit, les 3 jours que j'ai passés à HK et Macao ont été de "vraies" vacances. Je m'explique : HK et Macao ne sont pas du tout chinoises. Oh, certes, on y voit des caractères chinois (qui sont non-simplifiés et ne sont pas utlisés en mandarin), des gens qui parlent chinois (cantonnais, en réalité, c'est-à-dire une langue bien différente le mandarin), des temples bouddhistes,... mais c'est un saupoudrage pseudo-culturel. Je ne parviens pas à déterminer la véritable identité de HK : ni chinoise, ni anglaise.... Elle est internationale : on y voit autant d'étrangers que de Chinois et je dirais même qu'elle est internationale à tendance japonaise (beaucoup de touristes Japonais et d'enseignes en japonais). Cette ville étonnante est multiculturelle et très ouverte sur l'étranger.

Mais j'ai perdu le fil de ma pensée : pourquoi de "vraies" vacances ? Car je n'étais plus en Chine; ce qui avait pour conséquences : une ville propre, respectueuse des règles et des autres et une ville où il est facile d'être touriste.

1) une ville propre : personne qui crache ou qui se mouche en pleine rue, pas de poubelles à ciel ouvert ou de gens qui jettent leurs déchets par terre comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

2) une ville respectueuse des règles et des autres : personne qui ne fume dans les lieux publics (il faut dire que HK est très sévère sur ce point : j'ai vu beaucoup de spots publicitaires qui faisaient la morale et qui se terminaient par cette note... incitative, une amende de 5000 dollars HK pour ceux qui bafoueraient l'interdiction); personne pour couper les files d'attente; pas de bousculades dans les moyens de transport; des voitures qui s'arrêtent devant les piétons (à mon arrivée à Hk, lorsque j'ai voulu traverser une rue sur le passage piéton, je n'ai pas compris pourquoi la voiture s'est arrêtée avant de réaliser qu'elle attendait que je traverse ! le choc ! cela faisait 6 mois que je ne traversais plus une rue - même si le feu était vert pour les piétons - sans regarder et m'arrêter à plusieurs reprises pour laisser passer les voitures. Le traumatisme de me retrouver dans un univers civilisé différent. Je suis méchante car, comme me l'expliquent doctement mes étudiants : "ce n'est pas possible que les voitures s'arrêtent pour laisser passer les piétons en Chine, il y a trop de gens !".... Cette réflexion est amusante car j'ai remarqué que mes étudiants utilisent très souvent l'argument de la population trop nombreuse pour expliquer la plupart des problèmese en Chine.)

3) une ville pratique et silencieuse : ah ! les transports à HK ! bateaux, trains, métro, bus (un peu moins) tout est sous-titré en anglais partout; tout le monde comprend l'anglais; on trouve des plans de la ville dans chaque rue ou presque; tous les sites sont parfaitement bien fléchés.... Et puis, surtout, personne en train de brailler dans son téléphone et pas de concert de klaxons dans les rues.... Au début, je me demandais bien pourquoi les rues étaient si calmes avant de m'apercevoir que les conducteurs à HK savent ce qu'est un levier de vitesse....)

Et voici, en partie, pourquoi HK m'a tant plu. Vous allez me dire que ce ne sont décidément que des détails ridicules, il n'empêche que les différences m'ont sauté aux yeux.

Autre différence notable mais moins réjouissante par rapport à la Chine : les prix. Si le coût de la vie à HK reste très abordable pour des étrangers, il est plus élevé qu'en Chine et j'ai dépensé en 3 jours une somme presque équivalente au coût total de mes 10 jours dans le Yunnan. Il faut dire que j'avais décidé de vivre "luxueusement" et de me prendre une chambre seule (j'en avais un peu marre de dormir en dortoir) dont le prix d'une nuit équivalait au coût d'une journée entière de tourisme en Chine, tout frais compris.

HK, encore plus que Shanghai, est le paradis du commerce. Le nombre de magasins, surtout à Kowloon, est effarant et ils sont ouverts très tard la nuit. On a d'ailleurs l'impression que c'est une ville qui ne dort jamais. Il y règne une effervescence incroyable, c'est un spectacle assez amusant à observer. Cela dit, je n'étais pas là pour faire des achats (pas de place dans mon sac à dos et surtout tenter de respecter un budget journalier relativement raisonnable) et je suis donc partie à la découverte de la ville et des sites alentours.

La spécificité de HK, en-dehors de ses boutiques, ce sont ses gratte-ciel. C'est d'ailleurs assez inimaginable de voir comment une ville s'est développée et enrichie à ce point alors que son environnement ne s'y prête guère. En effet, le territoire de HK n'est constitué que d'îles montagneuses et pourtant la ville a trouvé le moyen de s'épanouir sur les minces bandes de terre au pied des montagnes. Evidemment, dans ce contexte, ne pouvant s'agrandir horizontalement, HK a fait le choix de la verticalité et elle en joue.

undefinedVue sur Central depuis le pic Victoria après avoir pris le "peak tram", attraction très courue par les touristes. Pas de chance, cependant, car ce jour-là le temps était très brumeux.

















undefinedVue sur Central et Admiralty depuis "l'avenue des étoiles", clin d'oeil à Hollywood bd à Los Angeles sans doute, où l'on peut voir l'empreinte des mains des acteurs et réalisateurs représentatifs de l'île, tels que Wong Kar-wai.















undefinedAu crépuscule tombé, les villes se parent de leurs plus belles lumières et HK maîtrise cet art à la perfection !

D'ailleurs, tous les soirs à 20h, on peut assister un spectacle "son et lumière" - la Symphonie des Lumières - qui met en scène les gratte-ciel de Central et d'Admiralty, chacun s'illuminant d'une façon particulière sur fond musical, le tout pendant une quinzaine de minutes, peut-être.









undefined























undefinedLes immeubles les plus importants sont tous brillamment éclairés, surtout au moment du nouvel an chinois (même s'il venait de se terminer, ils n'avaient pas encore enlevés les illuminations et autres décorations).
















Cela dit, on ne trouve pas que des gratte-ciel à HK; on peut y voir également d'anciens bâtiments de style occidental dont certains sont des vestiges de l'époque coloniale.


undefined























undefinedLe Western Market























Et puis, le territoire de HK, c'est également des plages, des villages de pêcheurs, des montagnes... bien loin de la concentration urbaine du nord de l'île principale.


undefinedAu sud de l'île de HK, on peut faire un petit tour à Stanley où il n'y a pas grand-chose à voir, pour être sincère. Mais cela fait du bien d'échapper un peu à la foule des touristes et de revoir des coins de nature.
Beaucoup d'étrangers se rendent à Stanley pour son marché qui n'est rien d'autre qu'un piège à touristes. Ne vous attendez pas à y voir de vieilles dames vendrent du poisson ou acheter leurs légumes; tout ce que vous trouverez, ce sont des marchants de vêtements, de bijoux ou de souvenirs traditionnels chinois.






undefinedA Aberdeen, on peut observer un port animé et surtout les célèbres restaurants flottants (en réalité, pas très intéressants); c'est sans doute plus joli la nuit lorsqu'ils sont illuminés.















Toujours dans ma recherche d'un HK moins connu, j'ai passé ma seconde journée sur l'île de Lantau que l'on atteint facilement par ferry (ou train). Dès que l'on débarque sur l'île, on se trouve dans un autre univers : plus un gratte-ciel en vue. On doit prendre des petites routes sinueuses qui nous font traverser des vallées et grimper sur des collines verdoyantes sans aucune habitation.

undefinedL'une des attractions touristiques de l'île de Lantau est l'immense bouddha en bronze Tian Tan (30m) que l'on peut approcher après avoir gravi 260 marches.

Pour ceux qui auraient le temps, il est tout à fait possible de partir en randonnée depuis ce site qui est situé sur un plateau à 500m d'altitude et entouré de petites montagnes.




















undefinedAprès le bouddha, j'ai repris un bus pour me rendre au village de pêcheurs de Tai O, réputé pour ses maisons sur pilotis.



















undefined























undefinedEvidemment, dans un village de pêcheurs, on vend.... du poisson !






















undefinedUne chose qui m'a beaucoup surprise parce que je n'ai jamais vu ce phénomène en Chine, c'est le grand nombre de petits autels (bouddhiques ?) dans la rue, presque pour chaque maison, avec offrandes, encens,  statuettes....

J'aime particulièrement celui-ci. Observez bien le support .... et oui, c'est une boîte de gâteaux !























En résumé, si j'ai bien aimé HK, c'est parce que l'ambiance me changeait de la Chine et c'est également parce que si l'on quitte un tant soit peu la partie la plus urbanisée, on découvre des criques, des plages, des montagnes et des petits villages assez tranquilles.


Vous avez peut-être remarqué que lorsque je visite un site, j'aime voir les endroits les plus touristiques et les plus connus, mais je recherche toujours aussi les lieux moins courus et plus calmes. Et, ce sont souvent ces endroits là que je préfère car je n'en avais jamais entendu parler avant ou je n'avais jamais vu de photos auparavant et donc ils apparaissent comme plus surprenants et exotiques.

Repost 0

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives