Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 12:31
Voilà quelques semaines que je comptais écrire cet article mais il me fallait d'abord attendre la fin de l'aventure.

Au second semestre, les étudiants de 4ème année n'ont plus cours mais ils ont un stage à effectuer et un mémoire d'une vingtaine de pages à rédiger en français - of course.

Pour le stage, pas de problèmes : la moitié d'entre eux ne le font pas, ils se débrouillent d'une façon ou d'une autre pour avoir une attestation. Pas la peine de vous faire un dessin, je vous rappelle qu'on est en Chine; autrement dit, le pays des contrefaçons et de la corruption où tout est possible. Pendant la période de stage, ceux qui ne le font pas commencent à chercher du travail.

Pour le mémoire, c'est une autre affaire.... quoique non, en fait. Ils peuvent choisir le sujet qu'ils veulent et doivent se faire superviser par un professeur. Evidemment, les étudiants ont eu 3 mois pour rédiger leur mémoire mais la plupart s'y sont mis au dernier moment. Enfin, l'année se termine avec la soutenance de leur mémoire.

Pour résumer plus clairement :
1) les étudiants se rendent compte deux semaines avant la date de remise de mémoire qu'ils n'ont pas commencé malgré les emails incessants de leur prof
2) ils se mettent alors à surfer sur internet pour voir sur quel sujet ils vont trouver le plus d'informations
3) ils font du copier-coller sur wikipedia et autres sites
4) ils mettent en page le tout en rédigeant à la va-vite une introduction, une conclusion, un résumé et des transitions pleines de fautes qui tranchent avec la partie principale du mémoire que, elle évidemment, le prof n'a pas eu besoin de corriger puisqu'il s'agissait déjà de "bon" français
5) ils échangent quelques emails avec leur prof pour parfaire le tout
6) ils apprennent par coeur le résumé de leur mémoire et le récitent tel quel lors de la soutenance
7) ils se trouvent évidemment incapables de répondre correctement aux réponses des profs puisque soit ils ne maîtrisent pas vraiment leur sujet ou alors leur niveau est tellement faible que, de toute façon, compris ou pas, ils n'ont pas les compétences linguistiques nécessaires pour répondre de façon convaincante

Voilà, il me semble que j'ai bien précisé le schéma global.

Certes, il se trouve quelques cas particuliers mais ils sont trop rares. Prenons les cas des étudiants qui m'ont choisie pour être la directrice de leur mémoire.
Il y a d'abord Jeanne - mon étudiante préférée et surtout ma meilleure amie ici (vous allez tout de suite crier au favoritisme, mais non, je fais vraiment attention à séparer cours et le reste; il est vrai que j'ai toujours mis de bonnes notes à Jeanne mais c'est uniquement parce que c'est la plus brillante et tous les autres profs s'accordent à le dire !). Elle a choisi de comparer dans son mémoire les étudiants français et chinois. Elle a eu le grand mérite de tout rédiger, d'un bout à l'autre, toute seule; autrement dit sans rien copier sur internet contrairement à ses camarades. Je lui ai reproché de s'être contentée d'exprimer sa propre vision des choses sans se référer aux études ou articles qui avaient déjà peut-être été publiés sur le sujet.

Second étudiant. Il a traité le sujet de la crise alimentaire. Son thème m'intéressait beaucoup car il est d'actualité. Il a probablement trouvé les 3/4 de ce qu'il a mis dans son mémoire sur internet mais il a eu l'intelligence de faire un plan structuré, de reformuler certaines parties que j'avais donc à corriger;.... Son travail était trop technique sur certains points et il était truffé de chiffres qui noyaient le lecteur sous l'information; cela dit, c'est l'un des mémoires que j'ai lu avec le plus d'intérêt.

Troisième étudiante. Elle a parlé de l'histoire politique culturelle de la France. Si vous vous demandez ce qu'on peut en dire, il vous suffit d'aller sur wikipedia et de taper "politique culturelle" et vous aurez le contenu de son mémoire. Elle a vraiment fait fort, elle ne s'est pas contenté de copier les informations essentielles : elle a repris dans son entier l'ensemble du contenu de l'article de wikipedia. J'en viendrais presque à regretter que cette encyclopédie ne soit plus censurée ! Du plan à la dernière phrase, j'ai tout retrouvé. Mais le pire, c'est que malgré tout, j'ai réussi à trouver des coquilles dans son devoir. A voir, si elles existent dans le texte original. Evidemment, en voyant cela, je lui ai envoyé quelques emails bien sentis lui faisant remarquer que je n'étais pas dupe mais, sans effets.

Dernière étudiante. Etudiante très sérieuse et surtout qui s'intéresse toujours à des sujets particuliers. Elle ne m'a pas déçue : elle a rédigé un mémoire sur "Le développement de la philanthropie en Chine". Et oui, elle a réussi à tenir une vingtaine de pages avec ça. Certains chapitres de son mémoire viennent directement de sites français, mais une grande partie a été rédigée par elle-même ou en tout cas traduite de sites chinois par elle-même. Je suis donc plutôt satisfaite de son travail.

Quant à la soutenance, nous avions réparti les étudiants en deux groupes : dans une salle, moi et deux autres profs avec les étudiants dont nous dirigions les mémoires et de l'autre, les 4 autres profs dont la directrice et leurs étudiants. Les 1ère et 2ème années étaient également conviés au "spectacle". Chaque étudiant devait faire une présentation de 5 à 10 minutes puis les profs pouvaient lui poser des questions ensuite.







Je sais nous n'avons pas l'air joyeuses sur la photo mais croyez-moi ça demande de la concentration ce genre d'exercice - et pas seulement de la part des étudiants - surtout que certains  récitent tout d'une traite ou maltraitent la prononciation ou les deux à la fois !


La fête a débuté avec mon étudiant qui a fixé un point imaginaire toute la durée de sa récitation soutenance. Il a cependant bien répondu aux questions; on voyait qu'il avait bien travaillé son sujet. Bon, je lui ai posé une colle car je lui ai demandé ce qu'il pensait du sommet de la FAO qui s'est tenu à Rome la semaine dernière : je n'ai pas été surprise de voir qu'il n'en savait rien car je suis sûre que depuis la fin de son mémoire, il s'est contenté de répéter inlassablement ce qu'il avait écrit dedans. C'est dommage car lorsque l'on traite un sujet d'actualité tel que celui-ci, on devrait au moins faire mine de se tenir au courant. A part ce détail, ce n'était pas trop mal.


Nous avons eu ensuite un exposé très brillant sur les vins... du Valais. On se demande où les étudiants vont chercher ce genre de sujets mais, dans ce cas précis, l'étudiant avait une explication tout à fait convaincante : il a séjourné 2 mois en Suisse chez un ami l'été dernier. En tout cas, l'étudiant a su rendre sa soutenance très vivante et il a su ne pas rentrer dans les détails trop techniques.

Etudiante suivante, Jeanne que vous avez déjà vue en photo et allez revoir dans un prochain article. Elle a été très bien à son habitude, parlant avec naturel, répondant bien aux questions. Rien à dire.

L'étudiante suivante a parlé de la "Recherche de l'enseignement supérieur français"; c'était plutôt un historique et une liste de réformes, le tout fut soporifique et totalement dénué d'intérêt. Je n'ai évidemment pas pu résister à l'envie de faire la "méchante" en lui demandant ce qu'elle pensait de la réforme des universités lancée l'année dernière (elle en avait touché un mot). Et sans surprise, elle était incapable de répondre. Passons.

Nous avons ensuite eu droit a une "comparaison entre la vie et les oeuvres de Maupassant et Lu Xun" (écrivain chinois très célèbre en Chine). Ce n'était pas inintéressant mais elle a récité sa présentation à toute vitesse; donc je n'ai pas suivi la moitié de ce qu'elle a dit. Je n'ai pas été particulièrement convaincue par le choix de la comparaison des 2 auteurs, mais bon, elle a pas mal travaillé par elle-même; donc c'était plutôt bien.

Encore de la littérature avec "l'humanisme dans
"Quatre-vingt treize" de Victor Hugo". Le sujet me plaisait mais j'ai été déçue par la présentation orale. L'étudiante a d'abord fait un résumé détaillé du livre, puis elle a présenté la notion d'humanisme et enfin elle a développé assez longuement l'idée de l'importance de l'humanisme et a fait référence au séisme dans le Sichuan. Par contre, je n'ai pas entendu le moment où elle a parlé de l'humanisme dans le roman de Hugo; c'est un peu dommage car c'était quand même le titre de son mémoire. Comme de bien sûr, c'est la première question que je lui ai posée mais je n'ai pas trouvé que sa réponse était très claire. Décevant, donc.

Ma troisième étudiante est passée devant l'impitoyable jury. Elle s'est contentée de mettre bout à bout des phrases tirées telles quelles de son mémoire : je le sais puisque je l'ai lu ! Donc, une présentation inintéressante. Et la séance de questions fut une véritable torture autant pour elle que pour nous : elle ne maîtrisait pas du tout son sujet et n'a pas su répondre correctement à une seule question. Nous avons vite cessé le massacre.

Ensuite, une étudiante a présenté une "recherche comparative sur la Nouvelle vague et la Rive gauche". Je n'ai compris que vers la fin qu'elle parlait cinéma. Bon, je connais la Nouvelle vague mais elle était si peu claire que j'ai eu des doutes pendant un bon moment. Je n'ai toujours pas compris ce qu'elle comparait, d'ailleurs. Le problème, c'est que les étudiants avancent des idées qu'ils n'ont pas bien préparées. Par exemple, celle-ci a terminé avec une conclusion bateau qui affirmait que ces deux courants continuaient d'influencer le cinéma actuel. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander de quelle façon, par exemple. Grand blanc puis un vague balbutiement où elle s'est contentée de répéter comme un joli perroquet ce qu'elle avait dit 2 minutes plus tôt. Bref, rien à sauver.

Avant-dernière étudiante : "le parfum : représentant de la mode culturelle française". Encore un perroquet qui nous a parlé en 10 minutes de la fabrication détaillée du parfum en passant par la description de quelques marques, à l'origine... Bref, ce fut très dense et peu compréhensible. A tel point que je n'ai trouvé aucune question à poser.

Ma dernière étudiante. Elle a eu l'intelligence d'écarter de sa présentation tous les détails trop techniques de son sujet et nous a livré un exposé assez clair et bien construit. J'ai été agréablement surprise, d'ailleurs; d'autant qu'elle a bien répondu aux questions. Ouf, on a pu finir sur une impression positive.









Je regrette que les étudiants ne comprennent pas qu'on ne leur demande pas un travail de recherches sur un sujet pointu et précis mais qu'on exige juste d'eux un devoir en français car après tout leur spécialité, c'est le français; ce n'est ni la linguistique ni l'histoire ou l'anthropologie !
De même qu'on ne leur demande pas de s'exprimer à l'oral avec du vocabulaire compliqué : on souhaite juste une présentation claire et bien structurée en français. Ce n'est pas parce qu'ils oublient un article où conjuguent mal un verbe qu'ils vont avoir une mauvaise note !
Facile de critiquer car dans la même situation, je serais certainement tentée de choisir la même solution de facilité mais je suis de l'autre côté de la barrière maintenant, et cela change tout. J'ai pu sembler très mordante dans ma description des soutenances mais je n'ai rien d'une prof sadique : seulement, je n'aime pas perdre mon temps et avec ces 4ème année, j'ai vraiment ce sentiment et cela m'agace. En outre, je leur ai dit dès le début du second semestre que j'étais là pour les aider pour leur mémoire; or ils ont tout fait au dernier moment, dans la précipitation; donc j'ai dû me coucher à des heures impossibles pour corriger leurs travaux.

Voici quelques exemples des autres sujets dans le second groupe (attention, je vous les propose sans modifications donc avec les erreurs non corrigées par les profs) :
- la culture bretonne et ses particularités
- le juste milieu - le guide spirituel de Montaigne pour se sortir de ses situations embarrassantes (tout un programme !)
- l'attachement du réalisateur Jia Zhangke pour les roturiers révélé dans son film "Still life"
- la pollution de l'eau en Chine
- le fromage en France
- l'esprit de trace un nouveau chemin dans les "Nourritures terrestres" de Gide

A vrai dire, ma description ne serait pas complète sans critiquer les profs elles-mêmes. J'avoue que j'aurais bien aimé être une petite souris pour voir comment ça se passait dans le groupe à côté car il s'agissait des profs les moins douées en français et donc je suis à peu près certaine qu'elles ne comprenaient pas la moitié des exposés. Comment puis-je me montrer aussi sardonique - moi qui parle chinois comme une vache espagnole (je déteste cette expression) ? Certes, je critique mes collègues, mais c'est surtout le système que je condamne : un système qui permet à des personnes d'enseigner alors qu'elles ne sont jamais allées dans le pays dont elle est enseigne la langue, qui permet qu'une personne dirige un département de langue sans bien maîtriser celle-ci et sans connaître le pays non plus. Bref, dans mon groupe, si Alice est presque bilingue, la deuxième prof n'a presque jamais posé de questions et en tout cas jamais aux étudiants dont elle ne dirigeait pas les mémoires. Je suis à peu près certaine que c'est parce qu'elle ne comprenait pas bien même si nous avions sous les yeux un résumé en chinois et en français de chaque mémoire.

Enfin, pour dédouaner les étudiants, je peux leur trouver une bonne excuse qui est encore liée au système. J'ai déjà évoqué à la fin du premier semestre que les étudiants avaient presque tous de bonnes notes, que la plupart obtenait leur diplôme facilement; d'où un manque de motivation ressenti notamment à la fin des études en 4ème année. Ce sentiment ne peut qu'être encouragé par un tel système qui par exemple donne le diplôme aux étudiants avant même qu'ils ne passent l'examen final ! Si, si, je peux témoigner !

En effet, la directrice m'a annoncé en début de semaine qu'à 9h mercredi matin nous avions rendez-vous devant la bibliothèque pou prendre des photos. "Ah, d'accord." Je reviens sur mes pas : "Euh.... des photos de quoi, au fait ?". Elle a précisé qu'il s'agissait des photos de fin d'année avec les 4ème année. "Une photo de classe, quoi !" me suis-je dit.

Certes, mais quelle ne fut ma surprise de voir ce matin-là les étudiants vêtus de pied en cape comme lors des remises de diplômes aux Etats-Unis avec toge et coiffe. La totale. En fait, c'était plutôt amusant car les classes se succédaient à un rythme effrené et les étudiants se passaient le "déguisement" tandis que le directeur de la section du parti communiste jouait les potiches en posant au centre (évidemment) et au premier rang sur chaque photo.
Je n'ai pas encore reçu la photo de classe mais voici déjà une photo des profs; de gauche à droite : Hélène, ma modeste personne, Sylvie, Mme Meng - la directrice-, Claire, Natacha et Alice. Elles sont toutes sympas mais à part Alice, je préfère la compagnie de mes étudiants.


Mais je n'ai pas fini sur le chapitre des photos. En effet, les étudiants n'étaient pas seulement costumés, ils tenaient également à la main leur diplôme, c'est-à-dire que la séance de photos avait lieu le mercredi matin, la veille du jour de la soutenance. N'y a-t-il pas un truc qui cloche ??? Si, si, je ne fais pas erreur sur la date. Autrement dit, les étudiants ont été diplômés avant même de passer la soutenance; ce qui signifie donc qu'ils étaient sûrs de réussir.
Ces Chinois, ils sont forts, y a pas à dire ! Dans ces conditions, on comprend qu'ils n'aient pas besoin de "se fouler".

Le pire dans toute cette gigantesque mascarade, c'est que l'on est obligé de faire comme si c'était du sérieux. Ainsi, après la correction des mémoires et la soutenance, on m'a précisé que je devais remplir pour chaque mémoire que j'avais dirigé plusieurs feuilles de commentaires et analyses.
- feuille 1 : commentaires sur la période de préparation du mémoire (semaine 1, description de l'état d'avancement, recherche documentaire, blabla, semaine 2, semaine 3,...)
- feuille 2 : commentaires de la personne qui a dirigé le mémoire = moi
- feuille 3 : commentaires de la personne qui a lu le mémoire = moi
- feuille 4 : commentaires sur la soutenance = moi toujours, même si je n'étais pas toute seule
- feuille 5 : remarques générales ("Euh... je dois vraiment remplir cette dernière page ? parce qu'après 4 feuilles où j'ai reformulé les mêmes idées de toutes les façons possibles, je manque un peu d'imagination...." . Réponse : toutes les feuilles, oui. Super !)
- feuille 6 : les notes avec 3 tableaux. Le premier à remplir par la personne qui a dirigé le mémoire = moi; le second par la personne qui a lu le mémoire = moi; les personnes qui ont participé à la soutenance = moi pas toute seule mais moi quand même

Alors pour les notes, c'est encore toute une histoire. En réalité, on décide des notes après la mention. Oui, je sais, je sais. Ne cherchez pas la logique : je le répète, nous sommes en C.H.I.N.E. Bref, après la soutenance, chaque groupe a discuté le cas de chacun de ses étudiants. On devait les classer en 4 catégories : très bien, bien, assez bien passable. Sachant qu'il y a une sorte de quotas (du genre pas plus de 3 ou 4 TB, ça ferait louche et pas non plus trop de passables car ce serait tout aussi bizarre). Donc, une fois les mentions attribuées, on doit se débrouiller pour faire correspondre les notes. J'ignorais que prof de français voulait dire prof de maths.

Armée de ma calculatrice, j'ai donc dû jouer avec les 3 tableaux, soit 16 notes (différents critères dans chaque tableau) avec différents coefficients, puis faire les sous-totaux auxquels correspondaient d'autres coefficients et calculer la note finale en additionnant les sous-totaux. Tout cela pour arriver à une note entre 90 et 100 pour les mentions très bien, par exemple. Si après calculs, je m'apercevais que ça ne correspondait pas, je devais me débrouiller pour remonter ou baisser une note par-ci par-là pour que tout concorde. J'ai dû faire des brouillons avant de mettre les notes finales sur chaque feuille car c'était vraiment prise de tête.

Le pire du pire, c'est qu'on ne donne même pas les notes aux étudiants : on ne leur dit que leur mention. Alors pourquoi remplir toute cette paperasserie et cette feuille de notes ? C'est pour les archives du département en cas de contrôle. Je précise - ce serait dommage de ne pas vous faire part de cette information savoureuse - qu'il est prévu que les contrôleurs à l'avenir parlent la langue du département contrôlé, français dans notre cas; ce qui signifie qu'à l'heure actuelle, il est tout à fait possible qu'un département de français soit inspecté par un fonctionnaire ne parlant pas français. Donc incapable de lire mes commentaires par exemple.... Ce n'est jamais rien d'autre qu'une des nombreuses contradictions de la Chine....

J'ai été un peu longue, je crois. Mais, j'étais très remontée ces derniers jours : toute cette perte de temps et d'énergie pour rien puisqu'on donne au sens littéral et figuré le diplôme aux étudiants de 4ème année avant même qu'ils n'aient passé tous leurs examens !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives