Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 09:08

Une des raisons pour lesquelles je suis heureuse d'habiter à Shenzhen, c'est parce que je peux me rendre si facilement à Hong-Kong. Mon copain et moi y allons d'ailleurs assez souvent. 

 

DSCN1701.JPG 

 

Hong-Kong me fascine. C'est tellement cliché ! La plupart des Occidentaux adorent Hong-Kong et je n'aime pas aimer tout ce que tout le monde aime. Vous suivez ?

 

DSCN1814.JPG

     

Je pense que tout le monde tombe sous le charme de Hong-Kong car c'est plus qu'une ville très moderne où l'on peut acheter des produits détaxés !  

 

Hong-Kong, c'est la Chine, genre image d'Epinal. La Chine fantasmée telle qu'en rêvent les Occidentaux.   Et je pense que je partage - malheureusement - ce fantasme. C'est la Chine mais si différente de la "vraie" Chine ! C'est la Chine sans ces "mauvais" côtés (point de vue d'Occidentale). En écrivant cette phrase, je me sens coupable car si Hong-Kong ne ressemble pas à la Chine continentale actuelle, c'est dû en grande partie à sa colonisation anglaise. La faute aux Occidentaux, donc. 

A Hong-Kong, les Occidentaux se sentent sans doute à l'aise car ils y retrouvent des repères, ils sont moins déroutés et moins choqués par les différences culturelles tout en ayant l'impression d'être dans un environnement exotique. Je vis à Shenzhen, située à la frontière du territoire de Hong-Kong; pourtant lorsque je passe la frontière, j'ai vraiment le sentiment d'arriver dans un nouveau pays qui n'a rien à voir avec la Chine.

 DSCN1874

   

Essayons de détailler.  

 

Hong-Kong est un territoire composé d'îles montagneuses. L'espace laissé le long des côtes est couvert d'immeubles. En effet, Hong-Kong est un des territoires les plus peuplés au monde avec une densité de 6 700 habitants/ km¹. Si l'on tient compte que, du fait des reliefs, seulement un cinquième du territoire est constructible, la concentration urbaine atteint donc en moyenne plus de 30 000 habitants/ km². C'est le premier aspect qui me rappelle le Japon.

 

DSCN1672.JPG

 

Le relief oblige donc à une forte concentration des habitations, des commerces, des activités, de sorte que tout est accessible très facilement à pieds. Au Japon, c'est pareil : tout est regroupé et on trouve tout ce dont à besoin dans sa rue ou la rue avoisinante. En Chine, le plan des villes est à l'échelle de la taille du pays : tout est gigantesque et éloigné.

 

En outre, à Hong-Kong comme au Japon, les transports en commun sont très développés. Certes, de plus en plus de villes chinoises ont leur métro maintenant, mais le réseau ne peut pas encore rivaliser avec Tokyo ou Paris. Cela dit, c'est comparer l'incomparable puisque les villes chinoises sont tellement plus étendues.

 

L'un des points forts de Hong-Kong, c'est son internationalité. Diversité des peuples, diversité de l'architecture, diversité de la cuisine, diversité des langues... L'anglais est encore très présent, pas mal parlé, les bâtiments et restaurants occidentaux nombreux. Tout ceci est évident au regard de l'histoire de Hong-Kong.

 

DSCN1651

 

Mais Hong-Kong est également très tourné vers le Japon. Tout est presque aussi souvent (plus ?) sous-titré en japonais qu'en anglais, il y a pléthore de restaurants et de produits japonais, les commerçants sont souvent capables de parler japonais. La qualité des services et des aliments dans les restaurants japonais est équivalente ou presque à ce que l'on peut voir au Japon. Pour moi qui aime tellement le Japon, je me régale - dans tous les sens du terme.

 

Et la Chine, dans tout ça ?

Les Japonais et les Occidentaux ne fréquentent pas vraiment les mêmes lieux que les Chinois. Ceux-ci se trouvent dans des quartiers plus populaires où se situent plus de marchés et de petits commerces. Toutefois les prix, la qualité des services, la nourriture et la propreté sont très différents avec la Chine continentale. C'est difficile de généraliser car c'est vrai que lorsque l'on se rend dans les villages ou les coins un peu plus reculés de Hong-Kong, cela ressemble déjà plus à la Chine que je côtoie tous les jours.  

   

DSCN2879.JPG

 

Toutefois, dans l'ensemble, les comportements et les services diffèrent.

- les gens respectent les feux rouges (véhiculent comme piétons)

- pas de coups de klaxons intempestifs

- personne ne hurle dans son téléphone dans les moyens de transports

- les gens attendent que les passagers descendent du bus ou du métro pour y monter

- personne ne crache par terre

- pas de chauffeur de bus qui ouvre sa vitre pour cracher dehors

- les gens ne jettent rien par terre

- personne ne fume dans les lieux publics

- les gens tirent la chasse d'eau et les toilettes ne sentent pas à 50 mètres

- des bols et des baguettes propres

- personne qui ne vous dévisage pendant 3 minutes en vous fixant du  regard

 

Cette liste pourrait sans doute être complétée; en tout cas, ce sont les aspects principaux qui parfois m'agacent en Chine et qui rendent un séjour à Hong-Kong si agréable. Mais, encore une fois, c'est de mon point de vue d'Occidentale. Si plus d'un milliard de Chinois vivent de cette façon, c'est que cela leur convient.  Et j'admets tout à fait que ce soit triste que les Occidentaux - moi y compris - prisent autant Hong-Kong par rapport à d'autres villes chinoises alors que si Hong-Kong est différente, ce n'est pas par choix mais parce que cela lui a été imposé.

 

Dernier point à évoquer : ceux qui vivent à Hong-Kong apprécient sans doute aussi la liberté et la démocratie qui y existe. A Hong-Kong, il n'y a pas d'internet censuré; par ailleurs, Hong-Kong critique souvent dans ses journaux la politique de Beijing. Dans les librairies ou les boutiques de DVD à Hong-Kong, vous trouvez facilement des livres ou des DVD sur la place Tian'an men en 1989. C'est un truc incroyable quand même que ce principe de "un pays, deux systèmes". Hong-Kong a sa propre monnaie, son propre gouvernement, ses propres lois. Pour aller à Hong-Kong, les Chinois ont besoin d'un permis spécial et tous ne peuvent pas s'y rendre. On n'a vraiment pas l'impression que ce soit "un" pays. Et que se passera-t-il dans 35 ans lorsque le statut particulier de Hong-Kong prendra fin ? Le week-end dernier, à l'occasion des 15 ans de la rétrocession du territoire au sein de la Chine, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour faire part de leur inquiétude vis-à-vis de la Chine et de leur sentiment que la liberté  d'expression et de la presse recule (autocensure des journalistes, répression des manifestations par volonté du gouvernement de plaire à Beijing,...). Sincèrement, je n'imagine pas ce qui se passera en 2047. Je ne vois pas comment les habitants de Hong-Kong pourraient accepter de perdre leur liberté, mais je ne vois pas plus Beijing céder. Affaire à suivre...

 

DSCN1810.JPG   

Partager cet article

Repost 0
Published by armel - dans Vie à Shenzhen
commenter cet article

commentaires

Alexis 20/07/2012 13:46


Salut Armelle,


En tant que "hongkongais", je suis pas mal d'accord avec tout ce que tu as dit.


Tous les comportements que tu decris ci-dessus existent a Hong Kong toutefois mais restent quand meme marginaux par rapport a ce que nous pouvons voir en Chine.


J'imagine que tu dois ressentir, malgre la pollution presente, comme une bouffee d'air quand tu viens par ici.


A l'inverse, j'ai plaisir a aller en Chine pour ressentir un peu ce choc culturel qui manque a HK. La vie ici est extremement confortable mais est aussi parfois trop simple.


Prochaine fois que tu passes, n'hesites pas a faire signe qu'on se planifie un petit sushi bar :)


Pareil pour mon prochain passage a Shenzhen.


A bientot

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives