Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 14:51
 

Pendant ces vacances, j'étais donc invitée chez Agnès, une de mes étudiantes de 3ème année, qui s'entend également très bien avec Jeanne, une de mes anciennes 4ème années, qu'elle avait conviée à nous rejoindre.

Agnès habite à Feicheng, une petite ville à 6h de bus de Qingdao, tout près du Taishan. C'est une ville récente et qui a donc plus de charme que Jimo, par exemple, où habite la famille de Jeanne chez qui j'étais allée, car les rues sont assez propres et arborées.

La famille d'Agnès me semble plutôt aisée en comparaison des familles que j'ai déjà rencontrées; la preuve en est qu'Agnès a déjà visité plusieurs sites en Chine, notamment Hong-Kong. D'autre part, ses parents possèdent une belle voiture (avec vitres noires et tout, je ne sais pas pourquoi mais c'est le cas de beaucoup de voitures en Chine), un grand écran télé, des chaînes câblées, un deuxième appartement qu'ils comptent louer .... . Sa mère est une responsable dans une banque et son père un fonctionnaire dans le domaine de l'éducation.

Les fonctionnaires en Chine ... vaste sujet ! Etre fonctionnaire, c'est d'abord le souhait de tout parent pour son enfant; non pas que le salaire soit des plus élevés mais le fonctionnaire a plein d'avantages en nature qui compensent largement une rémunération moyenne. Mais c'est surtout que la corruption est telle et si peu contrôlée que les fonctionnaires profitent sans limites de ces privilèges. Ainsi, les factures de plein d'essence, de péage, de restaurant, ... passent en notes de frais; et voilà le tour est joué ! Loin de moi d'accuser le père d'Agnès de s'adonner à de telles pratiques mais on m'a dit que les dépenses de ce type sont telles qu'elles pourraient financer chaque année deux voies de chemin de fer Pékin-Canton. En tout cas, le statut de fonctionnaire a bénéficié à la famille d'Agnès pour au moins une chose : leur appartement a coûté 10 fois moins cher car il appartenait en fait à l'administration où travaille son père, comme tous les autres appartements dans leur immeuble d'ailleurs.

 

 

comme d'habitude on laisse les chaussures à l'entrée









 


 

le salon












la cuisine















Autre chose intéressante que j'ai apprise sur un autre sujet : les élèves chinois passent un concours pour entrer au lycée et un autre pour l'université en espérant à chaque fois être admis dans les meilleures écoles. Si d'aventure l'élève échoue et ne parvient pas à entrer dans l'école de son choix, il a toujours la possibilité de payer pour y être accepté. 1000 yuans lorsque les notes sont entre 50 et 59 (la moyenne étant à 60 sur 100 en Chine); le tarif est majoré  en fonction des notes. Cette pratique est plus rare à l'université car les prix sont exponentiels. En tout cas, c'est un des domaines dont s'occupe son père et ses collègues.
Comme m'a déclaré Jeanne : "La Chine est le paradis des riches" même si des mesures sont prises pour lutter contre cette situation. Par exemple, une loi interdit de louer un appartement avant 5 ans pour éviter que les gens riches n'en achètent plusieurs et que les pauvres se retrouvent sans rien ou obligés de louer ces appartements à un prix exhorbitant. Ainsi, si ceux qui achètent un appartement ne peuvent le louer immédiatement et donc ne peuvent pas gagner d'argent aussitôt, peut-être vont-ils renoncer à en acheter d'autres; ce qui donne un peu d'air au marché immobilier.

Pour en revenir à mes vacances, pas grand chose à dire en fait : je retiens surtout que j'ai beaucoup mangé, trop mangé. Rien ne fait plus plaisir à une mère de famille chinoise que d'entendre dire que l'on est repus; ce qui a été le cas chaque jour. Mis à part les pieds de porc que je n'apprécie guère, le reste était délicieux et différent de ce que l'on trouve dans les restaurants. J'ai eu droit à une soirée raviolis comme d'habitude mais je ne m'en lasse pas.

Autrement, nous avons fait quelques visites dans les alentours : une sortie en vélo dans la ville, une excursion dans une petite montagne et près d'un lac avec deux autres familles, des collègues du père d'Agnès. C'était d'ailleurs intéressant car - c'est encore une des particularités de la Chine, tout est affaire de "guanxi", relations - le père d'Agnès a un parent qui travaille à la mairie de la ville où se trouvent ces 2 sites. Cet homme nous a accompagnés toute la journée et s'est occupé de tout, même des factures (billet d'entrée de la montagne, balade en bateau sur le lac et restaurant). Nul doute que ces frais auraient pu servir à poser quelques rails et traverses....


Temple taoïste sur la petite montagne près du lac Dongping













 

 

Plus loin un temple bouddhiste. Les chiffres impairs  semblent importants dans la religion car les gens doivent s'incliner 3 fois quand is prient; ils doivent faire sonner la cloche et taper sur le tambour 5 fois...









 

 

En-dehors de ces visites, rien d'exceptionnel mis à part des fous rires avec mes amies,  des soirées télé où j'ai appris à reconnaître deux des 4 icônes masculines du cinéma chinois,


des dégustations de pêches - la spécialité locale -



 

 

 

 





et avoir fait faire calligraphié mon prénom avec des caractères chinois mais représentants des fleurs, des plantes et des animaux; donc difficles à reconnaitre mais très jolie peinture au final.








 


 


 


 

J'ai été surprise d'observer les relations qu'entretient Agnès avec ses parents : un mélange de tendresse démonstrative avec sa mère et de boutades et de piques avec son père. En fait, c'est assez différent des autes familles chinoises que je connais qui sont plus réservées et où les relations sont plus distantes. Mais les parents d'Agnès sont apparemment assez ouverts car ils ne voient aucun inconvénient à ce qu'elle étudie à l'étranger et l'encouragent même à être indépendante; ce qui est très rare de la part de parents chinois.


Ils m'ont traitée avec une grande gentillesse bien que nous ayions très peu échangé en chinois (je ne comprenais rien à leur accent dû à leur dialecte qui pourtant ne diffère pas trop du mandarin mais quand on prononce "lei" au lieu de "lai" et que je comprends donc "fatigué" au lieu de "venir", évidemment, tout le sens de la phrase change!).

 

 

 

De droite à gauche, Jeanne, Agnès, son père, sa mère et la waijiao (prof étrangère, façon dont me désignent généralement les étudiants)

Partager cet article

Repost 0
Published by armel - dans Shandong
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives