Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 15:51
C'est exactement le sentiment qui m'animait cet après-midi en cours : j'étais comme Don Quichotte se battant contre des moulins à vent. Sauf que moi mes moulins s'appellent : propagande - nationalisme - aveuglement - patriotisme - communisme ....

Il faut dire que je n'avais pas choisi un sujet anodin. Mais est-ce de ma faute ? Je suis chargée d'un cours sur la presse, alors je suis l'actualité, cela semble logique, non ? Or, qu'y avait-il cette semaine dans les news ? Des grèves en France, mais ça, cela n'a rien d'inhabituel; la victoire d'Obama contre Clinton, ... non, vous ne voyez pas ? Le 4 juin ? toujours pas ? 1989 ? Ah oui, 1989 + Chine = Tiananmen.
En fait, j'ai été surprise de voir si peu d'articles dans la presse à ce sujet alors que dès qu'il s'agit de taper sur la Chine au sujet des DH, on voit toujours une pléthore d'articles.

Bref, après avoir longuement peser le pour et le contre, j'ai décidé de continuer à mettre les pieds dans le plat. En fait, si j'hésite de plus en plus à évoquer ce genre d'articles en cours, ce n'est pas tant que je craigne leur réaction mais plutôt leur absence de réaction. En essayant de leur présenter un autre point de vue sur des sujets concernant leur pays, j'ai le sentiment qu'ils se ferment et deviennent de plus en plus méfiants vis-à-vis de la presse étrangère. Pourtant, j'essaie de prendre toutes les précautions oratoires possibles avant de présenter chaque article. Mais, les étudiants ont un sentiment d'overdose car ils ont lu trop de critiques (pas qu'en cours; ce n'est pas que de ma faute !) des étrangers et de la presse occidentale à l'encontre de la Chine, du régime chinois et des Chinois : les émeutes au Tibet, la flamme olympique, la critique des DH, le massacre de Tiananmen,....

Quoique l'on dise et que l'on tente désormais, les étudiants sont persuadés que les occidentaux sont prévenus contre le  régime chinois et que l'on ne peut parler de la Chine sans la critiquer; ce qui n'est pas infondé. Depuis que je suis ici, je n'ai jamais autant lu la presse et je ne me souviens pas d'avoir vu un article entièrement positif : même les textes qui soulignent les qualités de l'empire du milieu ne peuvent s'empêcher de mettre en exergue ses défauts.

Je comprends donc les doutes de mes étudiants mais cela me choque de les voir aussi réceptifs à la propagande. Quelques soient les sujets problématiques évoqués, ils me ressortent toujours les mêmes arguments éculés qui reflètent un discours bien rôdé : la Chine a évolué et a fait des progrès en 30 ans alors qu'il en a fallu 100 aux pays occidentaux; laissez du temps à la Chine; pourquoi vous préoccupez-vous de sujets qui concernent la politique intérieure de la Chine; ne croyez-vous pas que c'est plus important pour la Chine de s'occuper d'abord du bien-être économique des Chinois (les DH ne donnent pas à manger aux pauvres); avez-vous des preuves et des images de gens en train de se faire tuer
(en parlant du massacre de Tiananmen); comment les journalistes occidentaux osent-ils parler de sujets et d'événements auxquels ils n'ont pas assisté directement; ....

Je me sens très mal à l'aise : une partie de moi comprend leurs arguments ou plutôt comprend pourquoi ils opposent ce type d'arguments; en même temps, je reste Française et je suis hallucinée lorsque j'entends des remarques comme celle qu'a faite une de mes étudiantes cet après-midi : "si les manifestants sont violents, c'est normal que les soldats réagissent. Vous savez qu'ils ont brûlé un soldat ?! Si les gens sont violents, on ne peut pas les laisser faire". Mais pire "De toute façon, leur manifestation était illégale." a-t-elle assené comme si cette phrase mettait fin à tous les débats. J'ai eu envie de hurler : Tiananmen, c'était avant tout des manifestations d'étudiants qui demandaient plus de liberté,. En tout cas, c'est ce que j'ai toujours appris. Or, légales ou pas, ces manifestations, on s'en fiche ! Ils ne demandaient pas plus d'argent, pas de changement de régime, juste plus de liberté ! C'est une exigeance humaine, c'est un droit ! Comment peut-on qualifier de telles aspirations d'illégales ? Et surtout comment des étudiants de 20 ans, aujourd'hui, au 21ème siècle dans la 4ème puissance économique mondiale peuvent-ils proférer de si terribles paroles ! Ne trouvent-ils pas bizarre tous les non-dits et les silences de leur gouvernement sur les sujets délicats ? Et la censure sur internet ? Si le régime n'avait rien à se reprocher, pourquoi éviterait-il aussi systématiquement d'aborder les sujets à débat ?

Je me sens aussi démunie que Don Quichotte face à ses moulins car lorsque j'écoute mes étudiants, je me dis : qui suis-je ? Jusqu'où suis-je censée aller ? Je ne veux pas faire passer les occidentaux pour des donneurs de leçons car nous avons nous-aussi des erreurs et des massacres à nous reprocher; et en même temps, n'est-ce pas mon rôle en tant que représentante d'un pays dont le mode de pensée est différent d'essayer de faire comprendre que l'on peut penser justement différemment sans renier son pays ? Juste essayer de comprendre le monde ?

Je pense que plus on critique la Chine, plus le patriotisme se réveille et les Chinois prennent tous les choses très à coeur. Ne rien dire alors ? Dans ces cas-là, les Chinois ne se sentiraient plus agressés et se concentreraient sur leur pays et reconnaîtraient peut-être plus facilement les problèmes.

J'ai du mal à expliquer mon malaise de cet après-midi : il n'y avait pas de problèmes pour discuter avec les étudiants; ils acceptaient parfaitement le débat; c'est juste que je sentais qu'ils restaient campés sur leur position. Et je crains d'en être en partie responsable sans le vouloir. A force de choisir des articles sur la Chine, j'ai peur d'avoir braqué les étudiants qui n'y lisaient que des choses plutôt négatives. En même temps, j'essaie toujours de faire la part des choses et je sélectionne également des articles qui présentent des aspects négatifs en France : les banlieues, le racisme, les sans-papiers;.... Je veux leur montrer que nul n'est parfait et qu'il est tout à fait normal de parler de n'importe quel sujet librement. Que dois-je faire ? ou ne pas faire ?

L'interculturel mélangé à la politique; ça ne fait pas bon ménage. Je n'avais pas pensé à cet aspect des choses avant de venir enseigner ici. Je n'imaginais pas que la propagande pouvait autant marquer et formater les esprits. C'est même un peu effrayant....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives