Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 17:54
Voici quelques articles à venir sur des sujets plus légers que ces derniers temps et que j'avais oubliés.

Le week-end du 10 mai, je me suis rendue à Beijing avec 4 de mes étudiants. Encore partie en vadrouille, cette Armel, allez-vous penser de suite. Non point ! J'y suis allée dans le cadre de mon travail. Si, si, c'est vrai !

Ce week-end inoubliable était .... celui du concours de la chanson dont je vous ai déjà parlé. Et ce fut tout une aventure.

Commençons par le commencement. 3 de mes étudiants (sur les 4) n'avaient jamais pris le train et l'aventure a débuté pour eux dès l'entrée dans la gare de Qingdao. Cette mention de ce petit détail me semble significative : je crois que je peux parler plus légitimement que d'autres expatriés des conditions de vie des Chinois car je fréquente une proportion assez représentative des Chinois moyens - voire pauvres. Beaucoup de mes étudiants sont issus de la campagne et rares sont ceux qui ont quitté la province du Shandong. Donc, il faut bien le reconnaître, l'objectif de mes 4 étudiants était moins de gagner le concours (ce qui était couru d'avance, sans vouloir être méchante :-) que de découvrir la capitale de leur pays, et ce gratuitement puisque l'ambassade remboursait les frais de transport et nous payait l'hôtel. On pardonnera ce péché véniel, qui n'a pas rêvé à 20 ans de voir du pays ? Toujours est-il qu'il ne faut pas nous laisser éblouir par la brillante façade qu'affiche la Chine : une grande partie de sa population vit encore très chichement. C'est assez inimaginable de penser que des jeunes de 20 ans n'ont jamais pris le train alors que c'est bien meilleur marché qu'en France.

Finalement, je me suis retrouvée tout naturellement à les guider dans la gare et à leur expliquer comment fonctionnait le système car mon expérience de "grande" voyageuse en Chine me désignait de fait comme le chef ide l'expédition !

Nous voilà dans le "TGV".

De gauche à droite : Catherine, moi-même, Hélène et Annie.















Ah oui, j'ai oublié un léger détail : n'ayant pas réussi à trouver une place dans le train de nuit de vendredi (environ 9h-10h de trajet pour arriver à Beijing), nous avons dû rabattre sur le TGV (soit 6h de route ce qui n'est pas extraordinaire) vers 17h30. Le problème, c'est que nous sommes arrivés à.... 23h30 ! Or, l'ambassade ne nous payait qu'une nuit d'hôtel, du samedi au dimanche, et mes étudiants - désargentés - ne voulaient pas payer un hôtel même bon marché. Nous avons donc passé la nuit au McDo, gratuitement. Cela faisait au moins 15 ans que je n'avais pas mis les pieds dans un McDo. En tout cas, je retiens l'adresse : c'est très pratique. car ils (peut-être pas tous) sont ouverts toute la nuit. Et, beaucoup de voyageurs attendant de prendre leur train ou venant d'arriver s'y installent même sans consommer. On peut donc bénéficier de sanitaires propres, d'un endroit bien chauffé pour se poser et le tout gratuitement car la nuit les clients sont peu nombreux et les employés laissent les voyageurs s'installer sans les chasser ou sans leur demander de commander quelque chose. Bref, le bon plan. Dommage qu'ils n'offrent pas de lits !

Nous avons donc passé le reste de la nuit à sommeiller, jouer aux cartes, lire, papoter.... C'était plutôt sympa en dépit de la fatigue. Nous avons quitté le McDo vers 4h30 car les étudiants voulaient assister au lever de drapeau sur la place Tian'an men. Nous n'étions pas sûrs de l'heure exacte car la cérémonie se fait au moment du lever du soleil; vers 5h du matin à cette époque de l'année. En fait, Pierre, mon 4ème étudiant, avait parlé au cours de la nuit avec un homme qui venait de sa région natale et qui lui avait dit qu'il ne fallait que 20 minutes pour rejoindre la place Tian'an men. Or, ayant parcouru Beijing de long en large, j'étais persuadée qu'il fallait au moins une demi-heure. Mais les étudiants faisaient plus confiance à un Chinois, donc nous avons dû courir une bonne partie du trajet; ce qui fut une bonne chose finalement car il faisait pluôt frisquet ce matin-là. La "Longue Marche" s'est donc transformée en course de vitesse.

A 5h01, nous avons atteint la place. La cérémonie avait à peine commencé mais il y avait foule et les étudiants - surtout Pierre, plutôt très patriote et pro-militaire - étaient très déçus de ne pas voir les soldats. Nous avons néanmoins vu le drapeau se lever. Beaucoup de Chinois présents appartenaient à des groupes organisés; donc même à 5h du matin, ne vous attendez pas à pouvoir échapper aux casquettes rouges.









Nous avons passé - ou plutôt les étudiants ont passé - la demi-heure suivante à se faire photographier sous toutes les coutures devant chaque monument de la place. J'ai été très surprise de voir le nombre de policiers présents. Il y en avait même dans les passages couverts pour traverser les rues mais le pire, c'est qu'ils contrôlaient tous les sacs un peu volumineux, genre sac à dos. Lorsque j'étais venue à Beijing l'été dernier, je n'avais pas remarqué une telle présence. Je me demande si la sécurité est renforcée lors de la cérémonie du lever du drapeau ou si c'est une mesure récente liée aux JO. Je ne suis pas repassée par là dans la journée donc je n'ai pas pu vérifier mes hypothèses.


A 6h du matin, malgré le soleil qui pointait, il faisait encore très frais, surtout que le vent soufflait fort. En outre, notre nuit blanche nous laissait épuisés. Nous avons donc décidé de rejoindre l'auberge de jeunesse et de nous y reposer même si les chambres n'étaient pas encore libres. Or, nous avons erré très longuement. L'ambassade avait eu la bonne idée de ne nous joindre ni plan ni explication. Les étudiants m'avaient dit qu'ils avaient vérifié l'adresse; mais je me suis aperçue qu'ils ne s'étaient renseignés que sur le genre de l'hôtel et non sur sa situation géographique. Heureusement, j'avais emporté un plan de Beijing, souvenir de mon premier voyage, qui ne nous a pas vraiment été utile car il n'était pas assez précis. Nous avons demandé notre chemin à de multiples reprises et avons beaucoup marché, pris le métro, plusieurs bus, dû téléphoner à l'auberge...
J'ai laissé les étudiants mener l'affaire parce que je les pensais plus capables que moi ayant la possibilité de demander le chemin et de se le faire expliquer clairement mais je vois que je m'en sors 10 fois mieux quand je me balade toute seule même sans bien maîtriser la langue de Mao (ça fait tout suite moins chic que la "langue de Shakespeare").

Bref, 2 bonnes heures plus tard, nous sommes parvenus à destination, épuisés. Nous avons enfin pu poser nos affaires et nous affaler sur de bons matelas. Nous avons dormi jusqu'à 11h du matin, avons déjeuné dans le quartier et avons gagné le Centre Culturel où se déroulait le concours. Mes étudiants devaient passer à 15h mais il y avait d'abord un concert d'un Français - dont j'ai oublié le nom, je chercherai à l'occasion - dont les chansons n'étaient pas mal du tout.








Et là, le titre de cet article trouve enfin son explication : star "accablement", surtout pour moi. "Euh, non non, je ne connais pas ces étudiants" étais-je tentée de répondre aux regards qui convergeaient vers nous une fois que les étudiants ont eu terminé leur prestation. Ce fut homérique : aucun doute que le jury se souviendra longtemps de ce groupe comme .... le pire ! Pour la défense de mes poulains, je dirais qu'ils sont passés les premiers; ce qui n'est jamais facile et pas moyen de comparer ou de rectifier certains détails en fonction des prestations des autres. Mais une part de cet échec me revient car j'aurais dû mieux les préparer au niveau scénique. Nous nous sommes surtout concentrés sur l'aspect purement musical de la chanson sans trop nous préoccuper de l'interprétation. Il faut dire que nous partions déjà de très loin pour la voix, alors pour l'interprétation ! En plus, mes étudiants n'ont pas pensé à décrocher le micro de son support; donc ils sont restés plantés, debout, sans un geste, devant leur micro, raides comme la justice. Zéro pour l'interprétation.

Mais même au niveau musical, ce fut assez catastrophique. Annie qui chantait "l'Alizée" de Alizée (pour ceux qui connaissent; c'est-à-dire les moins de 20 ans :-) ) était décalée par rapport au rythme; Hélène qui chantait "Moi, Lolita" de.... Alizée a passé les 3/4 de la chanson à fixer obstinément le tapis de la scène;



Pierre ne laissait passer aucune émotion pendant les moments musicaux de sa chanson "J'ai demandé à la lune" du groupe Indochine.

Enfin, last but not least, la palme revient à Catherine qui avait choisi - à mon corps défendant, je tiens à le préciser - une chanson de Mylène Farmer "Qi". Or, première chose, Catherine ne chante pas très juste et, en plus, cette chanson était trop aiguë pour elle. Mais, surtout, surtout, c'est une chanson très, très ....  disons pleine de sous -entendus, de jeux de mots très équivoques. Je lui avais dit qu'en optant pour une telle chanson, elle devrait jouer sur l'interprétation car sinon elle risquait d'être ridicule. Et cela n'a pas raté. Elle n'a jamais chanté aussi faux et elle donnait l'impression de ne pas comprendre ce qu'elle chantait alors que cette chanson était justement celle dont on ne pouvait pas ignorer le contenu.

Bref, j'ai laissé les étudiants choisir leur titre parmi les chansons proposées par l'ambassade mais l'année prochaine, je mettrai beaucoup plus mon grain de sel parce qu'entre les chansons que tous les étudiants prennent du genre "Alizée" (car c'est le tye de chanteuse gnan-gnan qu'ils apprécient), ou les chansons que personne ne choisirait, du style "Qi", sauf à faire une prestation exceptionnelle, nous n'avions aucune chance de gagner !

Cela dit, en sortant, les étudiants ne se faisaient guère d'illusions heureusement et étaient conscients qu'ils n'avaient pas été les plus remarquables, et c'est un euphémisme.

Le soir, pour nous changer les idées, nous sommes allés faire un tour à Wangfujin; un des quartiers commerçants de Beijing. Personnellement, c'est le genre d'endroit qui m'ennuie car il n'y a rien à y faire mais les magasins intéressent toujours plus les Chinois que les monuments.

Programme du dimanche : les étudiants sont allés à la Cité interdite mais je ne les ai pas accompagnés car je l'avais déjà vue et une fois me suffisait. En plus, il pleuvait et faisait froid; alors j'ai fait la grasse matinée et suis allée me balader dans un quartier que je ne connaissais pas encore, dans des hutongs, mais ce n'était pas très intéressant. J'ai rejoint les étudiants à 14h et nous avons passé le reste de l'après-midi à ne pas faire grand-chose car ils étaient fatigués de leur matinée (évidemment ! ce sont des Chinois, après tout, et marcher toute une matinée est un grand effort pour eux). Et comme il faisait froid, les filles ne voulaient plus faire de visites à l'extérieur donc ils n'ont même pas vu le temple du ciel ou le palais d'été. Pfff; je pensais que le fait de découvrir Beijing pour la première fois les enthousiasmerait tellement qu'ils auraient plein de projets, mais non (je critique mes étudiants mais je les adore et leur pardonne toutes leurs faiblesses !). Finalement, les filles ont obtenu gain de cause et nous avons passé tout l'après-midi à Xidan, autre quartier commerçant. Puis nous sommes retournés à la gare pour prendre le train de nuit pour Qingdao.





Somme toute, les étudiants ont été assez déçus par Beijing : ils ont trouvé la ville trop grande, les distances trop importantes; les gens démodés, les immeubles très vieux par rapport à Qingdao. Dans les quartiers commerçants, ils ont remarqué qu'ils pouvaient acheter la même chose à Qingdao et moins cher alors qu'ils s'attendaient à ce que tout soit plus exceptionnel, très différent,... .Ils ne savaient pas trop ce qu'ils découvriraient mais ils m'ont avoué que Beijing n'avait rien de si extraordinaire que cela.

Et le week-end s'est terminé sur cette remarque de Catherine à mon sujet : "En tout cas, c'est bien de voyager avec toi : on se sent très regardés". Je veux bien croire que ce soit amusant pour elle, on voit que ce n'est pas elle qui joue le rôle de monstre de foire !...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives