Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 15:58
Sachant que les cours ne reprenaient que le 3 mars et que je n'étais pas encore lasse de voyager, j'ai alors décidé de quitter Nanjing pour une autre destination : Hong-kong. Avant le début des vacances, j'avais pensé à aller à Harbin pour voir les sculptures de glace mais traumatisée par le froid que j'ai connu dans le Yunnan, j'ai opté pour un lieu aux températures moins extrêmes. Il est certain que ce  n'était pas le chemin le plus direct pour retourner à Qingdao mais j'avais, en plus, trouvé un billet d'avion pas très cher pour Guangzhou (Canton) et donc à deux pas de Hong-Kong. 

Le 22 février, j'ai donc passé ma journée dans les transports pour rejoindre Hong-kong. J'ai quitté mon hôtel à Nanjing, pris le bus, puis le métro pour arriver à la gare routière sud pour prendre un mini-bus pour l'aéroport. J'ai ensuite pris l'avion direction Guangzhou. Arrivée dans la capitale de la cuisine cantonaise, j'ai à nouveau pris un bus pour rejoindre le centre-ville qui m'a déposée près de la gare ferroviaire principale. Là, j'ai pris le métro pour rejoindre la gare de l'est où j'ai pu acheté aussitôt un billet de train Guangzhou/Kowloon (Canton/un des quartiers de Hong-kong).

Autant le chaos règne aux abords de la gare principale de Guangzhou, autant la gare de l'est est un modèle d'organisation. Et j'ai vraiment été surprise de savoir qu'il y avait un train qui reliait directement les deux villes. Je m'attendais à devoir changer de train à Shenzhen et "poireauter" pendant des heures à la douane. Au contraire, tout s'est passé très simplement et rapidement.  Une fois le billet de train en poche, on passe par la douane avec contrôle du passeport (pas besoin de visa pour les Français pour aller à HK) et voilà ! 
1h30 plus tard j'étais à Kowloon, dans le centre de HK ! ouf ! quelle journée !

Je ne suis théoriquement pas fan des grandes villes modernes mais j'ai vraiment beaucoup apprécié HK. Je ne pense pas que j'aurais été aussi enthousiaste si je ne venais pas de passer 6 mois et, surtout, fait 4 semaines de voyage en Chine. Autrement dit, les 3 jours que j'ai passés à HK et Macao ont été de "vraies" vacances. Je m'explique : HK et Macao ne sont pas du tout chinoises. Oh, certes, on y voit des caractères chinois (qui sont non-simplifiés et ne sont pas utlisés en mandarin), des gens qui parlent chinois (cantonnais, en réalité, c'est-à-dire une langue bien différente le mandarin), des temples bouddhistes,... mais c'est un saupoudrage pseudo-culturel. Je ne parviens pas à déterminer la véritable identité de HK : ni chinoise, ni anglaise.... Elle est internationale : on y voit autant d'étrangers que de Chinois et je dirais même qu'elle est internationale à tendance japonaise (beaucoup de touristes Japonais et d'enseignes en japonais). Cette ville étonnante est multiculturelle et très ouverte sur l'étranger.

Mais j'ai perdu le fil de ma pensée : pourquoi de "vraies" vacances ? Car je n'étais plus en Chine; ce qui avait pour conséquences : une ville propre, respectueuse des règles et des autres et une ville où il est facile d'être touriste.

1) une ville propre : personne qui crache ou qui se mouche en pleine rue, pas de poubelles à ciel ouvert ou de gens qui jettent leurs déchets par terre comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

2) une ville respectueuse des règles et des autres : personne qui ne fume dans les lieux publics (il faut dire que HK est très sévère sur ce point : j'ai vu beaucoup de spots publicitaires qui faisaient la morale et qui se terminaient par cette note... incitative, une amende de 5000 dollars HK pour ceux qui bafoueraient l'interdiction); personne pour couper les files d'attente; pas de bousculades dans les moyens de transport; des voitures qui s'arrêtent devant les piétons (à mon arrivée à Hk, lorsque j'ai voulu traverser une rue sur le passage piéton, je n'ai pas compris pourquoi la voiture s'est arrêtée avant de réaliser qu'elle attendait que je traverse ! le choc ! cela faisait 6 mois que je ne traversais plus une rue - même si le feu était vert pour les piétons - sans regarder et m'arrêter à plusieurs reprises pour laisser passer les voitures. Le traumatisme de me retrouver dans un univers civilisé différent. Je suis méchante car, comme me l'expliquent doctement mes étudiants : "ce n'est pas possible que les voitures s'arrêtent pour laisser passer les piétons en Chine, il y a trop de gens !".... Cette réflexion est amusante car j'ai remarqué que mes étudiants utilisent très souvent l'argument de la population trop nombreuse pour expliquer la plupart des problèmese en Chine.)

3) une ville pratique et silencieuse : ah ! les transports à HK ! bateaux, trains, métro, bus (un peu moins) tout est sous-titré en anglais partout; tout le monde comprend l'anglais; on trouve des plans de la ville dans chaque rue ou presque; tous les sites sont parfaitement bien fléchés.... Et puis, surtout, personne en train de brailler dans son téléphone et pas de concert de klaxons dans les rues.... Au début, je me demandais bien pourquoi les rues étaient si calmes avant de m'apercevoir que les conducteurs à HK savent ce qu'est un levier de vitesse....)

Et voici, en partie, pourquoi HK m'a tant plu. Vous allez me dire que ce ne sont décidément que des détails ridicules, il n'empêche que les différences m'ont sauté aux yeux.

Autre différence notable mais moins réjouissante par rapport à la Chine : les prix. Si le coût de la vie à HK reste très abordable pour des étrangers, il est plus élevé qu'en Chine et j'ai dépensé en 3 jours une somme presque équivalente au coût total de mes 10 jours dans le Yunnan. Il faut dire que j'avais décidé de vivre "luxueusement" et de me prendre une chambre seule (j'en avais un peu marre de dormir en dortoir) dont le prix d'une nuit équivalait au coût d'une journée entière de tourisme en Chine, tout frais compris.

HK, encore plus que Shanghai, est le paradis du commerce. Le nombre de magasins, surtout à Kowloon, est effarant et ils sont ouverts très tard la nuit. On a d'ailleurs l'impression que c'est une ville qui ne dort jamais. Il y règne une effervescence incroyable, c'est un spectacle assez amusant à observer. Cela dit, je n'étais pas là pour faire des achats (pas de place dans mon sac à dos et surtout tenter de respecter un budget journalier relativement raisonnable) et je suis donc partie à la découverte de la ville et des sites alentours.

La spécificité de HK, en-dehors de ses boutiques, ce sont ses gratte-ciel. C'est d'ailleurs assez inimaginable de voir comment une ville s'est développée et enrichie à ce point alors que son environnement ne s'y prête guère. En effet, le territoire de HK n'est constitué que d'îles montagneuses et pourtant la ville a trouvé le moyen de s'épanouir sur les minces bandes de terre au pied des montagnes. Evidemment, dans ce contexte, ne pouvant s'agrandir horizontalement, HK a fait le choix de la verticalité et elle en joue.

undefinedVue sur Central depuis le pic Victoria après avoir pris le "peak tram", attraction très courue par les touristes. Pas de chance, cependant, car ce jour-là le temps était très brumeux.

















undefinedVue sur Central et Admiralty depuis "l'avenue des étoiles", clin d'oeil à Hollywood bd à Los Angeles sans doute, où l'on peut voir l'empreinte des mains des acteurs et réalisateurs représentatifs de l'île, tels que Wong Kar-wai.















undefinedAu crépuscule tombé, les villes se parent de leurs plus belles lumières et HK maîtrise cet art à la perfection !

D'ailleurs, tous les soirs à 20h, on peut assister un spectacle "son et lumière" - la Symphonie des Lumières - qui met en scène les gratte-ciel de Central et d'Admiralty, chacun s'illuminant d'une façon particulière sur fond musical, le tout pendant une quinzaine de minutes, peut-être.









undefined























undefinedLes immeubles les plus importants sont tous brillamment éclairés, surtout au moment du nouvel an chinois (même s'il venait de se terminer, ils n'avaient pas encore enlevés les illuminations et autres décorations).
















Cela dit, on ne trouve pas que des gratte-ciel à HK; on peut y voir également d'anciens bâtiments de style occidental dont certains sont des vestiges de l'époque coloniale.


undefined























undefinedLe Western Market























Et puis, le territoire de HK, c'est également des plages, des villages de pêcheurs, des montagnes... bien loin de la concentration urbaine du nord de l'île principale.


undefinedAu sud de l'île de HK, on peut faire un petit tour à Stanley où il n'y a pas grand-chose à voir, pour être sincère. Mais cela fait du bien d'échapper un peu à la foule des touristes et de revoir des coins de nature.
Beaucoup d'étrangers se rendent à Stanley pour son marché qui n'est rien d'autre qu'un piège à touristes. Ne vous attendez pas à y voir de vieilles dames vendrent du poisson ou acheter leurs légumes; tout ce que vous trouverez, ce sont des marchants de vêtements, de bijoux ou de souvenirs traditionnels chinois.






undefinedA Aberdeen, on peut observer un port animé et surtout les célèbres restaurants flottants (en réalité, pas très intéressants); c'est sans doute plus joli la nuit lorsqu'ils sont illuminés.















Toujours dans ma recherche d'un HK moins connu, j'ai passé ma seconde journée sur l'île de Lantau que l'on atteint facilement par ferry (ou train). Dès que l'on débarque sur l'île, on se trouve dans un autre univers : plus un gratte-ciel en vue. On doit prendre des petites routes sinueuses qui nous font traverser des vallées et grimper sur des collines verdoyantes sans aucune habitation.

undefinedL'une des attractions touristiques de l'île de Lantau est l'immense bouddha en bronze Tian Tan (30m) que l'on peut approcher après avoir gravi 260 marches.

Pour ceux qui auraient le temps, il est tout à fait possible de partir en randonnée depuis ce site qui est situé sur un plateau à 500m d'altitude et entouré de petites montagnes.




















undefinedAprès le bouddha, j'ai repris un bus pour me rendre au village de pêcheurs de Tai O, réputé pour ses maisons sur pilotis.



















undefined























undefinedEvidemment, dans un village de pêcheurs, on vend.... du poisson !






















undefinedUne chose qui m'a beaucoup surprise parce que je n'ai jamais vu ce phénomène en Chine, c'est le grand nombre de petits autels (bouddhiques ?) dans la rue, presque pour chaque maison, avec offrandes, encens,  statuettes....

J'aime particulièrement celui-ci. Observez bien le support .... et oui, c'est une boîte de gâteaux !























En résumé, si j'ai bien aimé HK, c'est parce que l'ambiance me changeait de la Chine et c'est également parce que si l'on quitte un tant soit peu la partie la plus urbanisée, on découvre des criques, des plages, des montagnes et des petits villages assez tranquilles.


Vous avez peut-être remarqué que lorsque je visite un site, j'aime voir les endroits les plus touristiques et les plus connus, mais je recherche toujours aussi les lieux moins courus et plus calmes. Et, ce sont souvent ces endroits là que je préfère car je n'en avais jamais entendu parler avant ou je n'avais jamais vu de photos auparavant et donc ils apparaissent comme plus surprenants et exotiques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives