Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 17:40
Je ne suis pas tout à fait la chronologie car après Shanghai, je suis allée à Tongli et Suzhou (que j'ai déjà évoquées dans un autre message) avant de rejoindre Nanjing. Après les jolies villes de Suzhou, Hangzhou, les bourgades lacustres de Wuzhen et Tongli ou la gigantesque Shanghai, Nanjing m'est apparue comme une ville un peu fade alors qu'en réalité, elle conserve quelques sites historiques vestiges d'un passé assez mouvementé.

Il faut dire qu'elle a été choisie comme capitale à plusieurs reprises : une fois au début des Ming puis au 20ème siècle par Sun Yat-sen en 1912, puis par le Guomindang en 1928 qui en refit à nouveau sa capitale après la guerre. Le 23 avril 1949, l'Armée Populaire de Libération a conquis Nanjing, mettant officiellement un terme à la République de Chine.  Petit détail linguistique : Nanjing correspond à la ville que l'on appelle Nankin en français. 

Je n'ai pas pleinement profité de la ville car je n'étais pas du tout en forme les deux journées que j'ai passées à Nanjing avec fièvre, mal de gorge et tout et tout. Bref, j'avais un peu de mal à me traîner, moi qui aie l'habitude de parcourir - de préférence à pied - les villes que je découvre pour la première fois.

undefinedA Nanjing, il y en a pour tous les goûts : remparts impressionnants, temples, sites communistes, parcs...
















Pour ma part, j'ai privilégié "le palais présidentiel" qui était à l'origine un palais et qui est devenu par la suite un ensemble de bâtiments administratifs sous les gouvernements de Sun Yat-sen et du Guomindang.

undefinedJardin de l'est dans l'enceinte du palais



















undefinedCe que j'aime le plus en Chine, c'est le spectacle permanent dans les rues et dans les parcs des habitants en train de jouer, de manger ou .... de danser !
Et oui, ici, dans un petit parc, pendant que  de vieux Chinois jouaient aux cartes ou aux échecs, d'autres un peu plus loin étaient en train de prendre des cours de danse.
Ce goût pour les activités en plein air fait partie des aspects que je préfère en Chine. Danser, chanter, jouer, manger, se laver (voire euh....plus), ils font tout cela avec un naturel déconcertant
, en public, en plein air, devant tout le monde.



A l'est de la ville se trouve le Mont Zijin qui renferme de nombreux sites historiques plus ou moins intéressants (plutôt "moins" d'ailleurs, en ce qui me concerne).

undefinedJ'ai notamment fait un petit tour au mausolée de Sun Yat-sen où .... il n'y a rien à voir à part une statue "du fondateur de la Chine moderne" et le tombeau.

Rien de tel que le tourisme pour donner envie de se replonger dans les livres d'histoire. Je ne m'étais jamais particulièrement intéressée à l'histoire de la Chine moderne après la fin de l'empire mais après une visite au palais présidentiel et au mausolée, j'ai senti que j'avais besoin de me mettre les idées au clair sur la période suivant la fin de la dynastie Qing et il faut dire que ce n'est pas simple.












Finalement, ce que j'ai préféré à Nanjing a été ma dernière soirée, le 21 février. La date est importante car, en effet, ce jour-là marquait la fin de la fête du printemps. Elle a débuté le 7 et s'est terminée par la fête des lanternes qui tombait le 21, cette année (15 jours après le nouvel an selon le calendrier lunaire).


undefinedA cette occasion, feux d'artifices, pétards et illuminations dans toute la ville.





A ce propos, ce panneau est intéressant. Ca ne nous viendrait pas à l'idée en France de mettre un panneau d'interdiction contre les pétards. Or, en Chine, plus que les feux d'artifice, ce sont vraiment les pétards qui sont le plus populaire au moment du nouvel an. A minuit ce soir-là et le soir de la fête des lanternes également, c'est une véritable explosion dans toute la ville. Je crois d'ailleurs que dans le centre de certaines grandes villes, les pétards sont interdits à ces occasions. Et, c'était donc le cas ici à Nanjing dans les rues autour du temple de Confucius. Je ne sais pas si c'est à cause du bruit ou en raison d'éventuels dangers surtout avec une foule dense.


L'auberge de jeunesse m'avait recommandé un lieu en particulier pour la soirée, près du temple de Confucius, et effectivement les rues autour étaient toutes illuminées avec des lanternes et des lampions. Et surtout, des gens, des gens, des gens, des gens partout. On ne pouvait même pas avancer ou reculer, on ne pouvait que se laisser porter par le flot. J'ai vraiment du mal à supporter les foules (je crois que c'est pire depuis que je suis en Chine; cela ne m'étonnerait qu'à moitié d'être devenue agoraphobique !) et comme en plus, j'étais malade, je suis rentrée tôt mais une promenade dans ces rues très animées valait vraiment le coup d'oeil.


undefinedTemple de Confucius avec le vénérable sage transformé en poupée gonflable illuminée...
























undefined



















undefined


















Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives