Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 13:17

Non contente de mes 12h de cours à l'université (en comptant au moins le double d'heures de préparation) et de mes 2h de cours par semaine à 3 fillettes françaises pour leur apprendre à lire et à écrire, voilà que depuis mardi, je donne, désormais, également 2h de cours d'initiation au français à des enfants chinois dans une école primaire de Qingdao (je mettrai des photos des bambins prochainement). En fait, j'ai une classe d'une quinzaine d'élèves de 7 à 9 ans.
Ces enfants n'ont jamais entendu un mot de français, il est même possible que je sois la première étrangère qu'ils n'aient jamais rencontrée (les cours d'anglais sont assurés par des professeurs chinoisj). Nous n'avons aucune langue commune : ils parlent à peine anglais et moi toujours pas chinois. Imaginez mon premier cours : comment faire pour communiquer alors qu'ils ignorent comment dire "oui", "non"  ou "je ne comprends pas" et qu'ils ne peuvent pas plus comprendre les consignes  telles que "lisez", "répétez", "parlez plus fort" ou "posez la question à votre voisin".... Alors comment faire ? Par le plus simple : j'ai commencé par répéter plusieurs fois "bonjour" en les saluant un par un. J'ai refait la même chose en leur faisant de signe de répéter la même chose; puis je leur ai montré leur voisin en leur faisant comprendre qu'il fallait dire le mot à leur voisin. Puis j'ai enchaîné sur mon prénom  : "je m'appelle Armel". Je l'ai écrit au tableau en même temps. Je me désignais en même temps pour leur montrer qu'il s'agissait bien de moi. Pour être certaine qu'ils comprennent, j'ai également écrit mon prénom sur une feuille que j'ai mise devant moi. Ensuite, j'ai écrit des prénoms féminins et masculins (petits dessins - très laids - d'une petite fille et d'un petit garçon au tableau) parmi lesquels ils devaient en choisir un. Comme ils ne pouvaient pas les lire, je les ai répété plusieurs fois et chacun son tour, les enfants devaient se lever et me désigner celui qu'ils avaient choisi et qu'ils devaient écrire sur une feuille, comme j'avais fait. Et pour finir, chacun répétait "je m'appelle ... + leur nouveau prénom". Voyant que cela fonctionnait bien, j'ai rajouté la question "Comment tu t'appelles?"Les 3 premiers élèves répétaient ma question mais n'y répondaient pas. Mais à force de répéter en faisant mine de jouer un dialogue, le 4ème élève a compris ce que je faisais et il a répondu à la question. A partir de ce moment-là, les élèves avaient compris et j'ai pu leur faire faire l'exercice par eux-mêmes, l'un posant la question et l'autre y répondant. La première leçon s'est terminée sur un au revoir ! A la fin du cours, je n'avais plus de voix et la gorge complètement sèche mais je me sentais ravie. Mes petits élèves sont charmants, très natures, pas si différents des enfants français si ce n'est qu'ils ont des habitudes dues à l'école chinoise; par exemple, ils se lèvent dès qu'ils 
prennent la parole que ce soit après avoir levé le doigt ou si je les interroge directement. De même, lorsqu'ils se mettent à parler un peu trop fort, il suffit de faire "chut" pour qu'ils se taisent immédiatement. Ah, quel plaisir de se faire obéir facilement, cela me change de mes 3 petites insupportables gamines françaises....

Deuxième cours ce vendredi. Avant de commencer, sourde inquiétude. Quelle va être l'hécatombe ? Combien d'élèves vont revenir en cours ? Qu'auront-ils retenu ? Vous allez me dire que je n'ai pas à m'angoisser excepté que je n'ai pas seulement 15 petits élèves : j'ai également 5 observatrices ! Et oui, n'ayant jamais côtoyer de professeur étranger, les institutrices de l'école sont curieuses de voir mes méthodes. Elles sont très amusantes car je les vois répéter avec application les mots que je prononce tous comme mes petits élèves. Elles ont très envie d'apprendre une autre langue dont elles ignorent tout. Même si je sais que leur observation est tout à fait amicale, j'avoue que ça m'ennuie un peu, surtout qu'elles seront là à tous les cours !!! Le problème, c'est que cela me met un peu mal à l'aise car, moi, je ne suis pas institutrice !!!! Je n'ai jamais travaillé avec des enfants (je n'ai ni Bafa, ni fait de baby-sitting ou ce genre de choses...). Je n'ai même jamais envisagé d'enseigner à des enfants car faire de la discipline ne m'intéresse pas et il me manque le partage que je peux avoir avec des étudiants adultes. Bref, je crains que les institutrices s'attendent à ce que j'aie des méthodes particulières, sauf que je n'ai AUCUNE idée de la façon d'enseigner à des enfants. Ok, il faut que ce soit ludique et il faut varier les activités, mais CONCRETEMENT, je fais comment , moi ????? Quelle idée de m'embarquer là-dedans me direz-vous alors ? Il faut croire que j'ai le goût du risque....

Donc, deuxième cours : je me retrouve avec 17 élèves et 7 profs en observation !!!! (mon cours a lieu sur une partie de la pause de midi, c'est pourquoi beaucoup d'instits sont libres...). Mes petits élèves rentrent dans la classe en me disant "bonjour". Ils le prononcent plutôt bien, cela me réjouit. Je commence à poser la question vue au dernier cours, tous les élèves répondent sans problèmes mis à part deux d'entre eux (que j'avais déjà repérés au premier cours : je vais avoir du mal avec eux, ils n'ont aucune intuition et je ne peux rien faire pour eux s'ils ne devinent pas du tout ce que je leur demande et alors que 10 de leurs camarades ont, pourtant, déjà répondu correctement). J'écris les 3 phrases au tableau car j'enchaîne sur l'alphabet. Frise avec lettres en couleur, faite par mes soins, répétition en coeur puis dans le désordre. Exercice de mise en application : je distribue les lettres sur des feuilles volantes à tous les élèves. Certains se montrent frustrés car ils n'ont qu'une lettre alors que certains en ont deux (évidemment ils ne sont que 17 et il y a 26 lettres dans l'alphabet, malheureusement). Je n'avais pas pensé à cela avant de rencontrer ce petit souci. Ce n'est pas grave, on échangera les lettres de toute façon, par la suite. L'objectif : reconnaissance du son. Lorsque je dis une lettre au hasard, l'enfant qui l'a doit lever la feuille et la montrer à ses camarades. Maitenant, même exercice mais je deviens spectatrice : ce sont les entants eux-mêmes qui doivent prononcer la lettre de leur choix. Pour finir, je distribue l'alphabet et on colorie chaque lettre en la prononçant en même temps. Et enfin, les dernières minutes sont consacrées à épeler quelques prénoms. Mais on continuera cela la semaine prochaine ! Pas plus qu'au premier cours je n'ai utilisé d'autre langue que le français et, néanmoins, nous parvenons à nous comprendre. C'est assez extraordinaire. Vous allez me dire que pour l'instant, ce n'est pas très compliqué. Certes, mais imaginez nos petits français de 7-8 ans avec une prof chinoise qui ne parle pas un mot de français et qui fait tout son cours en chinois ? Par rapport à cette prof imaginaire, j'ai une chance énorme : mes petits élèves apprennent l'anglais, ils connaissent donc les lettres latines; ce qui provoque quelques difficultés d'ailleurs puisqu'ils ont tendance à confondre les prononciations de l'anglais et du pinyin (transcription en lettres latines des caractères chinois) avec celles de l'alphabet français; l'avantage, c'est qu'au moins ils peuvent déchiffrer ce que j'écris au tableau alors que nos petits français seraient bien incapables de lire les caractères chinois ! 

Même si je sais qu'ils ne comprennent rien à ce que je dis, je parle français tout le temps même pour leur donner les consignes. S'ils les comprennent, c'est uniquement par mes gestes et par les exemples que je donne, mais je me dis qu'à force de répéter toujours plus ou moins les mêmes choses, certains élèves feront peut-être un jour le lien entre mes gestes et mes mots. Je suis, en effet, surprise de constater à quel point certains sont incroyablement dégourdis et intuitif : je jurerais qu'ils ont déjà appris le français tellment ils captent presqu'immédiatement la consigne. Evidemment, comme je l'ai écrit précédemment, certains ne montrent malheureusement pas ces aptitudes. Mais, ce n'est pas grave parce qu'ils sont tous tellement mignons ! je craque complètement lorsuqe je vois leur petite bouille levée vers moi  ! Ils se montrent vraiment très motivés; c'est vraiment extra.

En sortant du cours, cet après-midi, j'étais heureuse. C'était un instant parfait, vous savez ce genre de moments éphémères, si rares ,où l'on se sent parfaitement serein et à notre place : j'étais là où je devais être, à faire ce que j'aime et à le faire bien, j'espère. Avec mon coeur, en tou cas. Bref, c'est après avoir vécu ces instants de bonheur que je me dis que le métier de professeur est l'un des plus beaux du monde !!

Vous aurez compris une chose, je n'ai qu'une hâte, retrouver mes chers petits élèves mardi prochain. Cette journée sera certainement intéressante puisque j'irai également observer une classe d'anglais donnée par une de mes observatrices.

En tout cas, il paraît que je suis très jolie (allez en Chine, rien de mieux pour flatter votre ego !), que je suis élégante et que lorsque je parle français, j'ai une très jolie voix, toute douce et que dans ma bouche, le français semble être une musique.... Désolée, je ne me lance pas de fleurs, je répète simplement  ce que m'a dit l'une des institutrices en anglais. A vous de décider ce qui relève de la politesse ou non.... 

Enfin, une petite anecdote. Lorsque j'ai pris le bus pour me rendre à l'école, j'ai vu à l'intérieur un petit panneau en chinois ,sous-titré en anglais : "Please speak mandarin chinese". J'étais soufflée : franchement, me suis-je dit, ils exagèrent ! Ce n'est pas de notre faute si nous ne parlons pas tous chinois, ils n'ont qu'à faire un effort eux-aussi pour parler un peu anglais. J'ai donc fait part de ma surprise à l'une des institutrices qui m'a expliqué que j'avais mal interprété les choses. On peut lire cette phrase dans les bus où il y a un préposé dans le bus qui vous délivre le billet, or cette phrase indique aux Chinois qu'ils ne doivent pas utiliser leur dialecte car l'employé ne le comprendrait peut-être pas. Ah !!! je comprends mieux ! J'aime beaucoup relever ce genre de petits détails qui illustrent les particularités d'une culture. Les langues régionales - les dialectes - en Chine sont tellement importantes et différentes; ce que souligne cette petite phrase dans le bus.

 Puisque j'évoque le sujet de l'interculturalité, cela me rappelle une blague faite par un de mes élèves en 2ème année qui ne m'a pas du tout fait rire. Il racontait une histoire qui se passait au zoo et il a finit par une chute qu'il voulait originale, je crois, en disant qu"un Français en voyant un singe s'est mis à vomir parce qu'il le trouvait laid et que lorsqu'un Chinois a vu un Japonais, il s'est mit également à vomir car il le trouvait laid" (ou que le japonais était comme le singe, laid, - je n'ai pas tout bien compris mais cela revenait au même). Tous les élèves se sont mis à rire. Pourquoi interculturalité ? parce que cette anecdote montre les sentiments de certains Chinois à l'égard des Japonais. Je me souviens d'ailleurs avoir lu sur leur fiche de présentation que certains détestaient les Japonais ou qu'ils n'avaient pas oublié le passée. En même temps, j'en connais d'autres qui aiment la culture japonaise (la musique ou les manga). En tout cas, les sentiments à l'égard du Japon et des Japonais sont assez exacerbés, comme on le voit... En France, on imagine pas de jeunes Français de 20 ans dirent qu'ils détestent les Allemands. Mais le contexte est différent: avec l'Europe, les programmes d'échanges linguistiques, Erasmus...et l'Allemagne qui a fait son mea-culpa, contrairement au Japon, la donne n'est pas la même et les conséquences n'ont plus, au final.
C'est incroyable comme de petites phrases anodines peuvent être révélatrices. Par exemple, sur l'une des copies, j'ai vu que l'élève qui racontait un fait divers sur un voleur qui avait fait un casse dans une banque a terminé l'histoire en écrivant  que "il a été condamné à mort évidemment"; ce qui ne serait pas forcément se évident pour un Français....  Oui, je suis bien en Chine même si j'ai parfois tendance à l'oublier !

Pour finir sur des pensées plus positives, replongeons-nous dans les vacances le temps de quelques photos....


DSC07105.jpg
Sur l'une des plages de Qingdao, du vélo sur l'eau avec une amie chinoise qui découvrait Qingdao et la plage !

PA030047.JPG


DSC07123.jpg


PA040104.JPG

Quelques images de la vieille ville de Qingdao et de ses bâtiments d'architecture occidentale lorsque la ville était encore une colonie allemande.

PA040089.JPG Eglise catholique St Michel (1934)

PA040076.JPGAncien bâtiment officiel des Gouverneurs Allemands.(1904-1906)

PA040109.JPG Ancienne résidence du Gouverneur Général Allemand (1905)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives