Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 17:07

Samedi 1er septembre : il est 5h du matin, je débarque sur le quai de la gare de Luoyang accueillie par la fraîcheur de l'aube. Je me sens étrangement mélancolique, voire même triste. Est-ce parce que mon périple touche à sa fin ? Parce que j'ai dû quitter mes compagnons de voyage de quelques jours et que je me retrouve de nouveau seule, livrée à moi-même ? Ou peut-être est-ce l'angoisse de ne pas trouver un train pour Qingdao... 
Inutile de tergiverser, je passe à l'action et me dirige résolument vers la sortie où je suis assaillie par des dizaines de Chinois qui me proposent une chambre d'hôtel,... Seigneur ! Ces Chinois ne dorment-ils donc jamais ? Il est 5h du matin !!! Je vous en prie, laissez-moi tranquille !!!! Je suis fatiguée, un peu démoralisée et en plus je ne comprends rien à ce que vous racontez, alors laissez-moi !!!! Evidemment, je crie tout cela en silence.... 
Je leur explique poliment que leurs propositions ne m'intéressent pas car j'ai l'intention de repartir aujourd'hui même pour Qingdao. Ils me rétorquent que c'est impossible qu'il n'y a pas de trains pour cette destination. Et pour Jinan, alors (qui est sur le chemin de Qingdao) ? Non, il n'y en a pas non plus. Ah, génial. Je sens la panique me gagner. Je me raisonne : au pire, je dors une nuit ici, De toute façon, je veux en avoir le coeur net, alors je vais demander au guichet. Pendant que j'attends dans la file, un Chinois, assis non loin, s'approche, commence à discuter avec moi (questions habituelles) et me demande où je compte aller. Je lui explique à nouveau mon intention. Quand mon tour arrive, le Chinois prend alors gentiment les choses en main et c'est lui qui formule ma demande à l'employée de la gare. Elle confirme qu'il n'y a pas de trains aujourd'hui pour Jinan ou Qingdao, il faut que j'attende demain. Je remercie mon aimable interlocuteur et m'éloigne lentement, bien ennuyée. A ce moment-là, le Chinois me rejoint; j'en profite pour lui demander s'il sait où se trouve la gare routière qui, par chance, est à côté de la gare. Mon ange-gardien m'y conduit et se propose à nouveau de m'aider en demandant à l'employée de la gare routière, cette fois-ci. Réponse : pas de bus pour Qingdao mais un bus pour Jinan, départ 18h43. Ouf, je sens la chape d'inquiétude qui pesait sur moi disparaître : Jinan étant assez proche de Qingdao, je suis certaine de pouvoir  trouver facilement  un moyen de gagner ma destination finale en bus ou en train. J'ai omis de préciser que les choses ne se sont pas passées aussi facilement car le "troupeau" de Chinois qui m'avait assailli à la sortie de la gare avait continué de me suivre lors de mes pérégrinations entre la gare et la gare routière et je ne sais pas ce qu'ils ont raconté à mon aimable compagnon, mais au début, il pensait qu'il n'y avait pas de car pour Jinan ou Qingdao. C'est sur mon insistance que nous sommes allés demander à la gare routière. Une fois mon billet en poche, mon sauveur m'a laissée car il avait un train à prendre. A ce moment-là, le groupe infernal (qui s'était un peu éloigné après s'être fait enguirlander par mon gentil Chinois) a de nouveau fondu sur moi. Ne pouvant plus espérer que je passerai la nuit dans un de leur hôtel puisque je partais le soir même, ils ont cherché à grapiller quelques yuans en me faisant des propositions complètement saugrenues, du genre : on vous garde votre sac-à-dos toute la journée pour 60 yuans (je précise que je l'ai laissé à la consigne à la gare pour seulement 5 yuans !), vous avez passé la nuit dans le train : vous avez sûrement envie de vous reposer et de prendre une douche (je ne me souviens plus du prix honteux proposé)... Ah, ces Chinois, des marchands dans l'âme, il n'y a pas à dire....prêts à commercer et vendre tout et n'importe quoi...

Le problème de la suite de mon voyage étant réglé, je me suis dirigée sans grande conviction vers l'arrêt de bus le plus proche pour voir si je pouvais en trouver un qui m'amènerait aux grottes de Longmen, situées à 15 km de Luoyang. Evidemment, mes "nouveaux amis" continuaient de me suivre et d'autres se sont rajoutés au groupe, notamment des chauffeurs de taxi. Ceux-ci proposent de me conduire dans divers lieux touristiques dont les grottes de Longmen. Je fais mine de ne pas paraître intéressée : "non, non, merci, je vais prendre le bus (même si je n'ai aucune idée où le trouver et quel numéro de bus je dois prendre..., mais ça vous n'avez pas besoin de le savoir !)". Ils insistent, je fais semblant de commencer à réfléchir, ils m'annoncent un prix (35 yuans). Je prends un air outragé, du genre : "vous vous moquez de moi ? vous me prenez pour une touriste (ce que je suis, mais bon....) ?". "Combien ?" me demandent-ils alors. Je déteste cette question car je ne sais jamais quel chiffre annoncer. Je lance : "15 yuans". Et tous de se récrier : "c'est impossible, vous vous rendez compte, c'est loin ! ce n'est vraiment pas possible !". Je prends un air indifférent :"Bah, tant pis pour vous, alors, je vais prendre le bus". "Non, non, attendez, je peux vous proposer 30 yuans mais c'est vraiment un grand sacrifice". Je reprends mon air indigné : "30 yuans, vous trouvez que c'est un bon prix ,vraiment ? Non, décidément, je vais prendre le bus". Et je commmence à m'éloigner. "Attendez, attendez, 27 yuans, d'accord ?" "Non, vraiment, c'est trop cher", rétorqué-je. Et le petit jeu continue, nous arrivons à 25 yuans, le chauffeur n'a pas l'air de vouloir descendre plus bas. J'hésite à poursuivre le marchandage : vais-je trop loin ? Et si j'annonce un prix trop bas et qu'il me laisse tomber, de quoi vais-je avoir l'air devant la bonne dizaine de Chinois qui assistent à notre joute verbale, aussi passionnés que s'il s'agissait d'un match de ping-pong (bien qu'en réalité, j'ignore si le ping-pong passionne réellement les Chinois....). Tant pis, j'essaie. Je lui annonce que j'accepte pour 20 yuans. Il hoche négativement la tête d'un air affligé. Mince, me dis-je in petto, il va refuser. J'enfonce le clou en m'éloignant une énième fois... Quelque pas encore et là, heureusement, il me rappelle d'un ton plaintif en me disant que c'est d'accord. Ouf ! je ne me suis pas ridiculisée ! Je suis très contente de ma négociation qui a duré une bonne dizaine de minutes, ai-je l'impression. A voir leur mine réjouie, je dirais que mon groupe d"admirateurs" semble avoir passé un petit quart d'heure très amusant. Je me mets à leur place : on n'a pas la chance de voir tous les jours une jeune occidentale qui parle un sabir anglo-sino-japonais (et oui car lorsque je cherche mes mots dans une langue, ce sont toujours ceux d'une autre langue qui me viennent les premiers à l'esprit !) avec un accent à faire se retourner Confucius dans sa tombe. Cela dit, chinois déplorable ou pas, apparemment c'était suffisant pour que je me fasse comprendre et c'est bien, là, le principal !

Installée dans le taxi, je peux enfin respirer. 30 minutes plus tard, le taxi me dépose sur le parking. Il est 6h15 et les grottes n'ouvrent qu'à 7h. Je profite du pâle soleil et de la tranquillité matinale des lieux pour me dégourdir les jambes le long de la rive de la rivière Yi.
Au détour d'un chemin, je tombe sur un groupe de Chinois en train de pratiquer leur séance matinale de Tai qi chuan (mais si vous connaissez ! le "taï tchi chuanne", cet art martial qui vise à détendre les muscles en les faisant travailler en étirements). Cela me fait plus penser à une sorte de danse qu'à un art martial, il y a une certaine élégance dans le mouvement et une certaine beauté dans la lenteur d'exécution de ce mouvement...



P9011261.JPGA 7h, je me dirige enfin vers l'entrée des grottes de Longmen. Il s'agit de grottes rupestres comme celles de Yungang à Datong, excepté que les sculptures sont moins bien conservées et que l'on ne peut y admirer de statues colorées. Plus de 100 000 représentations bouddhistes et plus de 2000 grottes et niches ont été creusées ici du 5ème siècle jusqu'à l'époque des Tang (618-907) et cela le long d'une falaise sur plus d'un kilomètre des deux côtés de la rivière Yi. 





P9011224.JPGLe cadre est très agréable, au bord d'une rivière, en pleine nature, et surtout lorsque l'on vient au point du jour car la falaise est orientée vers le soleil levant et l'on peut donc admirer la lumière éclairant progressivement les statues....









P9011250.JPGJe vous entends dire d'ici "mais que trouve-t-elle donc à ces boudhhas ? n'est-elle pas lasse d'en voir partout ?". Après tout, c'est vrai que j'en ai vu un bon millier entre le Japon et la Corée et la Chine, et pourtant, non je suis toujours aussi fascinée par les sculptures et statues de Bouddhas...
J'aime leur simplicité, leur gigantisme (celui-ci fait plus de 17m de hauteur), leur air bienveillant, leur douceur, les idées qu'ils représentent, leur symbolisme....



P9011252.JPGObservez celui-ci, aux traits délicats, ne lui trouvez-vous pas l'air mystérieux, à la fois serein et lointain, bienveillant et sévère, ?










P9011265.JPGBref, une bien agréable promenade matinale que je poursuis dans un temple et un jardins qui jouxtent les grottes.











P9011269.JPG

















Fin de la visite, je pense regagner la ville de Luoyang bien que je ne sache pas encore trop ce que je vais pouvoir y faire (il n'y a pas grand chose de noté dans mon guide sur la ville). Et, là, j'ai de la chance, pendant que j'attends le bus qui doit me ramener en ville (que j'ai réussi à trouver toute seule comme une grande), un couple de chinois m'aborde.... en anglais ! Questions habituelles ect...; c'est alors qu'ils me conseillent trois temples à voir dans les environs de Luoyang. Ils montent dans le même bus que moi pour me montrer où se trouve le premier temple qu'ils me suggèrent de visiter et m'indiquent quels bus je dois prendre pour les autres. Me voilà arrivée au premier temple, ils me font de grands signes lorsque je descends du bus. Sincèrement, comment critiquer les Chinois après de tels témoignages de gentillesse ?


P9011280.JPGLe temple Guanlin est dédié à un héros populaire, Guan Yu, l'un des plus grands justiciers chinois.












P9011289.JPGJe me suis rendue ensuite au temple du Cheval Blanc qui a dû être restauré à plusieurs reprises. A chaque fois que je parle de temple, ne vous y trompez pas, il s'agit toujours d'un ensemble de bâtiments. Ce temple est la plus ancienne fondation bouddhique en Chine. J'aurais sûrement apprécié ce site à sa juste valeur si des soucis gastriques n'avaient pas commencé à me "distraire". J'ai renoncé dès lors à aller voir le temple de Shaolin (où fut développée une des formes d'arts martiaux qu'on appelle en français "kongfu", selon l'appellation cantonnaise, en fait). Sans vouloir épiloguer sur le sujet, je dirais simplement que je ne me voyais pas faire des dizaines de kilomètre dans un bus chaotant et sans toilettes... Je suis donc revenue en ville et me suis reposée le reste de l'après-midi.

Le soir, j'ai donc pris mon fameux bus en direction de Jinan. Il s'agissait, en fait, d'un bus couchette ! Je n'avais encore jamais expérimenté ce moyen de transport. Et j'ai notamment beaucoup apprécié un petit détail : un petit coffre sous chaque lit est aménagé pour y enfermer nos chaussures ! Délicate attention pour les voisins.... C'est aussi confortable que les couchettes dans le train et j'y ai très bien dormi. Etant, en outre, la seule passagère étrangère, j'ai été chouchoutée par tout le monde, les uns m'offrant des gâteaux, d'autres des fruits, d'autres encore, des biscuits.... Nous avons quitté Luoyang vers 19h et sommes arrivés à Jinan vers 6h du matin. Puisque j'étais à la gare routière, je ne voyais pas de raison de me compliquer l'existence en cherchant la gare ferroviaire, donc je suis simplement allée acheter un billet pour Qingdao. Le car n'est parti que vers 8h et je n'ai atteint Qingdao qu'à 13h (des problèmes de circulation ont ralenti le car); à destination, j'ai écarté tous les chauffeurs de taxi prêts à me harponner et j'ai sauté dans le premier bus que j'ai trouvé pour me ramener à l'université. 

Fin de mon voyage (de mon premier périple touristique en Chine, devrais-je dire....)

Partager cet article

Repost 0
Published by armel - dans Henan
commenter cet article

commentaires

yassine 06/03/2009 00:24

salut
La chine c’est un endroit parmi les plus beaux endroits ou tu trouve des miracles.

 si tu reste 1 année tu apprends ce que tu ne peux pas voire dans des années.

-Un joli blog bravo au plaisir

M. R. 27/05/2008 16:21

Récit très drôle. On imagine déjà les DUPONt/d dans Tintin et le Lotus Bleu...

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives