Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 14:25

Tous les ans, au moment de la fête Nationale (le 1er octobre, je le rappelle), les Chinois bénéficient d'une semaine de vacances. A l'université, nous faisons partie des privilégiés car nous avons 9 jours. Vous allez me dire : pourquoi 9 jours puisque le 1er octobre tombe un lundi et que les week-ends ne comptent pas ? C'est là, toute la subtilité de l'histoire. J'ai demandé à différentes personnes mais je ne suis pas certaine d'avoir compris. En réalité, il s'agit vraiment de 7 jours strico sensu et donc les week-ends ne sont pas pris en compte. C'est pourquoi ce week-end, la plupart des Chinois travaillaient puisque les vacances ne débuteront réellement que demain, c'est-à-dire le 1er octobre. Ainsi, même dans les écoles primaires, les enfants avaient cours ce week-end (samedi ET dimanche). Je ne sais par quelle chance notre université a échappé à la règle des 7 jours mais je ne vais pas m'en plaindre (même si j'adore mes étudiants !).

Mes vacances ont commencé avec deux festins. Vendredi soir : la directrice du département de français a invité les 4 profs à dîner dans un petit restaurant à côté de l'université. Le restaurant ne paye pas de mine mais le repas était presque aussi bon que le banquet officiel de la veille ! Nous avons mangé pas moins de 7 plats : une soupe au boeuf et aux tomates, des aubergines et pommes de terre fries, du poisson poêlé, des ailes de poulet panées, des aubergines dans une délicieuse sauce, des pâtes (toujours servies en soupe), des crevettes. 

Et hier soir, rebelote, nouveau festin organisé, cette fois-ci, en l'honneur de tous les professeurs étrangers de l'université en guise de bienvenue. En fait, la cérémonie a débuté en fin d'après-midi avec une photo de tous les profs, puis pendant un heure, les divers dirigeants (le vice-président, le chef de la sécurité de l'université, le directeurs des études...) et directeurs de départements ont fait un petit discours. J'ai noté la visible absence de la directrice de notre département : voilà qui illustre la faible implication de certains dans leur travail.... Ils nous ont ensuite remis à chacun un beau certificat de travail qui ressemble à un diplôme. D'ailleurs, cela ressemblait fort à une remise de diplôme : quelqu'un appelait notre nom et nous devions nous lever et aller chercher le certificat que nous remettait l'un des "grands pontes" présents.

R0011373.JPGEnfin, nous avons fini la soirée au restaurant. C'était peut-être le festin qui m'a le moins plu alors que - ou, peut-être, justement parce que - c'est celui où nous avons eu le plus de plats. Cela faisait vraiment trop et devenait presque écoeurant. On nous a servi beaucoup de viande : groin de porc (euh.... ce n'est pas ce que je préfère : c'est trop gélatineux, on a l'impression de manger du gras !), tranches de boeuf froides, boeuf dans une sauce un peu pimentée, morceaux de poulet froids, du porc pané; du poisson avec une sorte de limande panée, des crevettes avec des brocolis, des crevettes dans une sauce un peu pimentée; des légumes : des sortes de mange-tout, des crudités, des raviolis. Et j'en ai oublié un ! 

R0011394.JPGma description est très approximative car je ne sais pas exactement ce que c'est et, en outre, je dois bien avouer que je suis un cas désespéré en cuisine et que je ne sais pas reconnaître les différents poissons, par exemple, même s'ils sont entiers.










Bilan : j'ai dû prendre 15kg ! La nourriture chinoise me semble plus lourde et moins saine que la nourriture japonaise (toujours ma fameuse partialité envers mon pays de coeur....) mais, c'est vrai qu'ici, en Chine, tout est toujours préparé et, surtout, servi dans des sauces. D'autre part, les Chinois mangent toutes les parties du corps des animaux (par exemple, le groin, mais également les pattes, les ailes de poulet, les différents os....). Cette façon de faire a pour conséquence une habitude qui a tendance à choquer les étrangers : les Chinois mangent tout ce qu'ils peuvent puis, lorsqu'ils ne leur reste que les os, ils les posent  - dans le meilleur des cas - ou simplement le crachent sur la table ! Mais, en fait, je n'y prête même plus attention : c'est pour dire à quel point je me suis adaptée - moi, qui suis tellement maniaque sur la propeté et qui déteste que quelqu'un boive dans mon verre ! Désormais, je me contente de la vaisselle plus ou moins propre de la cantine ou des petits restaurants, je pioche avec mes baguettes dans le même plat que tout le monde...  Toujours dans le chapitre des habitudes au restaurant : il est courant de voir les Chinois verser du thé (dans un restaurant, on pose toujours une théière sur la table, c'est gratuit; cela remplace la carafe d'eau que l'on a en France) sur les couverts, dans la tasse et la petite assiette devant nous et de tout jeter ensuite dans un autre récipient ou de demander au serveur de jeter le thé. Pourquoi ? pour laver  - disons, rincer - la vaisselle, bien sûr. C'est le genre de petits détails amusants qui intriguent beaucoup au début !

Sinon, pour en revenir à ma journée d'hier, avant la soirée, j'ai passé une partie de la journée avec deux de mes élèves à faire du shopping. Elles m'ont emmenée dans des petites rues avec plein de minuscules boutiques partout et, surtout, dans un marché sur 3 étages de boutiques entassées qui vendent toutes plus ou moins la même chose. Là-bas, aucun prix d'indiqué et pour cause, il faut tout marchander. J'étais bien contente d'avoir deux Chinoises avec moi ! C'est incroyable à quel point le marchandage peut être une perte de temps : elles ont mis, à chaque fois, de longues minutes pour réussir à faire baisser le prix de moitié. Ce que cela peut m'agacer : tout le monde sait que le prix est gonflé artificiellement et que l'on peut généralement le faire descendre de moitié et, pourtant, tout le monde continue cette pratique du marchandage. Cela m'agace d'autant plus que je sais que si j'y allais toute seule, le marchand m'annoncerait certainement un prix encore plus grand que celui qu'il propose aux Chinois. De toute façon, je n'ai pas acheté beaucoup de choses car j'ai du mal à apprécier la mode chinoise. Les vêtements féminins sont trop - je ne sais pas quel adjectif employer féminins ? enfantins ? ridicules ? - en tout cas, ils ont trop de dentelles, de petits noeuds, de froufrous, de volants...  Un seul magasin a trouvé grâce à mes yeux : un magasin de vêtements traditionnels chinois (avec plein de jolies robes et de hauts chinois). A Carrefour et Jusco (deux des grands supermarchés de Qingdao), j'ai, par contre, vu que les vêtements sont plus "classiques" mais sans doute plus chers (entre 10 et 20 euros environ pour des hauts, pulls légers et gilets).

Dernière chose que je voulais évoquer et qui n'a rien avoir avec ce qui précède  : la façon dont sont vêtus les bébés chinois. Ils ne portent pas de couches car ils ont tous une sorte de pantalon ouvert au niveau des fesses; ce qui est donc très pratique car ils peuvent faire leurs besoins à tout moment et partout ! Ne soyez donc pas surpris de voir plein de petits enfants qui se promènent les fesses à l'air ou d'en voir d'autres faire leurs besoins n'importe où (j'en ai vu à Carrefour, dans le supermarché lui-même, par exemple) ! N'est-ce-pas la preuve que les Chinois participent à la protection de l'environnement à leur manière (quand on pense au nombre de couches que l'on utilise en France) ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives