Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 18:36

Voici ma première semaine de cours terminée. Elle s'est bien passée : j'ai l'impression d'avoir fait ça toute ma vie. Il faut préciser que travailler avec des étudiants chinois est toujours un plaisir : gentils, respecteux, serviables, studieux... N'est-ce pas ce que tout professeur espère de ses élèves ? Et cette timidité dont on les accuse si souvent ? Certes, ils sont peut-être plus introvertis que les étudiants en France mais, encore une fois, il ne faut pas généraliser. Mes étudiants de 2ème année sont, paradoxalement, plus actifs et participent beaucoup plus que mes étudiants de 4ème année qui ont pourtant un meilleur niveau. A quoi cela est-il dû ? Je ne sais trop : je crois que cela est lié au contenu du cours car avec les 4ème année, je travaille beaucoup plus la compréhension et l'expression écrite. 
Et si je commençais dans l'ordre ? J'enseigne 12h par semaine, 6h aux étudiants de 4ème année et 6h à ceux de 2ème année. Les effectifs sont petits, seulement une vingtaine d'élèves dans chaque niveau; ce qui est également le rêve pour un professeur (surtout lorsque je compare ma situation avec celle de certains professeurs américains que j'ai rencontrés qui ont des classes de 30, 60, voire de 100 étudiants !). Mais ce petit nombre d'étudiants est la preuve que le département français de l'université de Qingdao n'est pas forcément très prisé. En réalité, j'ai fait un petit sondage auprès de mes étudiants dont certains ont avoué qu'ils avaient pris le français par défaut car ils n'avaient pas pu entrer dans l'université ou le département qu'ils souhaitaient, par exemple. Seules 3 de mes étudiants sont venus en France (à l'université Rennes 2) dans le cadre d'un échange entre les deux villes et peu d'entre eux souhaitent réellement travailler en France ou trouver un travail en rapport avec la France ou le français. En fait, presqu'aucun n'a réellement envisagé le métier qu'il voudrait faire après ses études. Ainsi, s'ils ne sont pas tous mus par l'amour du français, ils travaillent sérieusement car leur motivation est commune à tous les étudiants du monde : le désir de réussir ses études (et de réussir le concours leur permettant de faire un master). 
En ce qui concerne le corps professoral, nous ne sommes que des professeures (5 ou 6, je ne les connais pas toutes encore). Il semble que l'organisation à l'université soit assez .... floue. (restons vague, on ne sait jamais qui pourrait tomber sur mon blog .... ). Par exemple, la directrice du département était incapable de me dire mon emploi du temps : j'ai dû l'attendre jusqu'au dimanche après-midi sachant que je commençais les cours le lendemain et alors même que nous étions convoqués le dimanche matin à 9h pour le recevoir. En fait, elle ne connaissaît pas nos emplois du temps qui n'étaient disponibles que sur le site internet de l'université et le serveur avait un problème ce jour-là.... Il n'y a aucune réunion pédagogique, pas de concertations entre les programmes et les contenus de cours des professeurs.... Sur mon emploi du temps, on m'a donné des intitulés de cours sans que personne ne puisse me préciser quel devait être, sinon le contenu, au moins les objectifs ou les grandes lignes de ce que je devais enseigner dans ces matières. Sans manuel, sans consignes, sans connaître le niveau des élèves et celui qu'ils devraient atteindre en fin d'année, comment savoir que faire dans mes cours ? Cette première semaine a donc été celle de la mise au point.
D'autre part, étant la seule d'origine française, c'est à moi qu'il est incombé de prendre en charge les cours qui exigent une parfaite maîtrise de la langue (cours sur la presse, de civilisation, d'audiovisuel et de français général pour les 4ème année). Lorsque j'ai demandé si l'on pouvait m'en dire un peu plus sur ce que j'étais censée enseigner dans ces matières, on m'a fait comprendre que ces cours étaient l'apanage du professeur français et qu'ils étaient donc incapables de me répondre car chacun les menait à son gré. Voilà qui est très pédagogique. Comment savoir si ce que je vais faire cette année n'a pas été déjà étudié en classe les années passées ? 
Néanmoins, j'adore mon métier et, avec mes stages et cette première expérience, je me dis que les difficultés que peut rencontrer un professeur est moins lié aux élèves qu'au cadre institutionnel....
Pour finir sur ce sujet, je vous répéterai juste quelques clichés sur la France que mes étudiants de 2ème année m'ont donnés lorsque je leur ai demandé ce qu'ils pensaient de la France ou des Français. Pour eux, la France se résume à Paris et à ses monuments (dont ils peuvent citer tous les noms !), à la mode, à la gastronomie (fromage, foie gras, vin....) et les Français à Zidane, Sophie Marceau (quelqu'un peut-il me dire pourquoi est-ce la seule actrice française connue en Chine ? Ce n'est pas la première fois que des Chinois me citent son nom...), Charlemagne (!), Napoléon.... Et, évidemment, le français est une très belle langue et les Français sont beaux et romantiques !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marjane 19/09/2007 16:41

Je suis toujours en attente d'une suite (votre circuit touristique) mais aussi, pourriez-vous donner quelques informations sur:
- la démarche qui vous a conduit à faire ce "métier",
- la (ou les formations),
- les conditions juridiques, sociales et financières de son exercice,
- les formalités (et les frais) pour intégrer cet emploi...

Cela pourrait peut-être intéresser d'autres visiteurs.


MERCI

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives