Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 04:58

Vendredi 24 août : c'est le début de mes aventures en vraie routarde (au passage, je signale que j'aurais dû choisir le Lonely Planet pour partir en Chine et non pas le Petit Futé qui n'évoque même pas Chengde !). A Beijing, j'avais réservé mon hôtel, je savais comment me déplacer, où se situaient les offices de tourisme. En revanche, je n'ai rien de prévu et pratiquement aucun renseignement pour Chengde, je possède juste mon billet de train Beijing-Chengde que j'ai fait réserver par mon hôtel à Beijing. Inutile de tergiverser, on verra sur place.
5h45 : je quitte le Sleepy-In, mon hôtel de Beijing, pour prendre le métro : direction la gare de Beijing, départ pour Chengde à 6h30. J'ai dû mal calculer mon temps, j'arrive à la gare à 6h20. Or, c'est la première fois que je prends le train en Chine et j'ignorais qu'il fallait passer un contrôle des bagages, trouver la salle d'attente (les gares sont conçues comme des aéroports : on ne peut pas aller sur le quai, il faut attendre le contrôle des billets "le check-in" qui donne lieu à de belles bousculades, soit dit en passant)... Tout ça, fait que je ne suis pas très en avance, bien que j'ai réussi à trouver la bonne porte d'embarquement (pur hasard, en fait) du premier coup. Le contrôle des billets est déjà terminé, je crois bien que je suis la dernière (en fait, il faut toujours arriver en avance en Chine, ce n'est pas comme en France où l'on peut monter au dernier moment dans le wagon). En tout cas, on me laisse passer et je m'engouffre dans mon wagon (facile à trouver car le numéro est indiqué clairement à l'extérieur de celui-ci) qui n'était pas très loin. Ouf, il était temps : le train démarre une minute plus tard ! Moi, qui déteste être en retard et me faire remarquer : c'est réussi ! Je trouve ma place sans difficultés, non plus, les chiffres sont clairement indiqués. Les banquettes sont toutes disposées en vis-à-vis, trois par trois d'un côté et deux par deux de l'autre. Je me retrouve assise entre deux Chinoises et faisant face à trois Chinois. L'un d'eux, très galant, m'aide à soulever mon sac à dos pour le mettre sur le porte-bagages. Evidemment, la curiosité l'emporte et me voici rapidement questionnée sur ma présence dans ce train, toute seule apparemement. Ils ne parlent pas anglais, donc je dois faire avec mon maigre bagage chinois. C'est laborieux mais avec l'aide de mon dictionnaire, je m'en sors. Bien sûr, la conversation ne peut pas se prolonger indéfiniment, c'est trop fastidieux. Je me mets donc à observer l'ambiance dans le wagon. Cela n'a rien à voir avec le T.G.V en France. 
Première différence : la vitesse. Certes, le train Beijing-Chengde est un train normal, donc ce n'est pas comparable avec le T.G.V, mais il faut noter la remarquable vitesse qu'il fait le trajet (soit 256 km) en .... 4h30 ! Je crois que je serais arrivée 1h plus tôt si j'avais pris le car. 
Deuxième différence : dans le T.G.V (c'est vrai que je n'ai pas une grande expérience des trains en France, je n'ai presque jamais fait que Paris-Rennes en T.G.V) en France, on ne peut pas utiliser notre téléphone. Ici, les Chinois ne se gênent pas pour l'utiliser et pour faire profiter tout le monde de leur conversation. D'ailleurs, ça m'étonne beaucoup : est-ce que cela ne les gêne pas que tout le monde entende ce qu'ils racontent ? Bon, moi, je ne comprends rien, c'est vrai, mais les autres Chinois ? A moins que ceux-ci parviennent à faire abstraction puisque tous agissent ainsi, de toute façon...
Troisième différence : c'est rare que, dans le train en France, il y ait beaucoup de bruits. En général, les gens chuchotent ou parlent à voix basse. Ici, de la même façon qu'avec le téléphone, tout le monde parle, joue aux cartes ou à d'autres jeux, crie, mange, se déplace.... C'est incroyable, d'ailleurs, j'ai l'impression que les Chinois grignotent tout le temps. Lorsqu'ils prennent le train, ils arrivent les bras chargés de sacs plastiques remplis de victuailles pour le trajet. Moi, avec ma petite bouteille d'eau, je dois leur faire pitié. C'est peut-être pour cela que je me suis toujours vue proposer à manger (des sucreries, des fruits...) ! Finalement, je fais bien de ne rien prévoir à manger ... 
Donc, 4h30 plus tard et après ce premier voyage en train, me voici sur le quai de la gare de Chengde. Première chose : trouver la sortie, ensuite j'aviserai. Pour la sortie, je suis tout le monde (je mets souvent cette théorie en pratique, cela fonctionne plutôt bien). A la sortie, un employé vérifie nos tickets. Je me demande bien pourquoi. A l'extérieur de la gare, je suis assaillie par une marée de vieilles femmes qui me crient en chinois dans les oreilles en brandissant des brochures. En fait, elles essaient de trouver des clients pour des hôtels. Sur le coups, ça ne m'intéresse pas car je voudrais d'abord trouver le centre d'informations touristiques (en fait, il n'y en a pas vraiment, il s'agit plutôt du CITS : China Internation Travel Service, qui vend des circuits... mais qui pourrait peut-être m'aider à trouver un hôtel). Sauf que je ne suis pas certaine de pouvoir trouver ce fameux CITS, qu'il soit ouvert, sauf que mon sac à dos pèse lourd et que je serai plus rassurée de savoir dès maintenant où je vais dormir cette nuit. Je vais voir ce que je peux négocier comme prix et si ça ne me convient pas, j'essaierai de trouver le CITS. Je me laisse donc aborder par une des Chinoises. Elle me montre une brochure avec des chambres simples et doubles à 210 yuans (enfin, le prix n'est pas écrit, c'est elle qui le dit, en chinois, bien sûr ! personne ne parle anglais, ici, encore moins qu'à Beijing). Je fais la moue, elle me propose alors une chambre avec 4 lits pour 180 yuans. Je lui explique qu'à Beijing j'ai dormi pour moins de 50 yuans (bon, c'est un petit mensonge, mon hôtel coûtait 60 yuans la nuit), alors franchement, elle abuse (évidemment, lorsque j'ai dit ça en chinois, ça donnait plutôt : "moi, je aller à Beijing. Hotel pas cher. 5O yuans. Ici, pas bon marché. trop cher. moi peux pas."). Nous voilà parties à négocier, j'obtiens finalement une chambre double pour moi toute seule à 45 yuans. Je suis très contente de moi, mais je vais peut-être déchanter car je n'ai pas encore vu ni l'hôtel ni la chambre. Nous nous y rendons de suite. Elle n'avait pas menti sur un point : l'hôtel est tout près de la gare. La chambre n'est pas trop sale et plutôt correcte avec un ventilateur, une télé... 

P8240292.JPGVoici LA chambre ! 

Evidemment, les toilettes et les douches sont commnunes à tout l'étage, mais encore une fois, c'est relativement propre. Pour le prix, je m'attendais à quelque chose d'horrible. Ouf, je suis soulagée. La vieille femme qui ne m'a toujours pas lâchée, tente maintenant de négocier une visite des sites importants de Chengde. Elle me parle de 50 yuans pour voir les temples. J'essaie de lui demander si c'est seulement pour les voir de l'extérieur ou si c'est également pour les visiter (ce dont je doute). Nous ne parvenons pas à nous comprendre, alors je préfère renoncer : inutile de me lancer dans quelque chose dont je ne suis pas sûre. Je laisse donc mon sac à dos et retourne à la gare pour trouver un taxi. Je lui montre l'adresse du CITS, il a l'air d'hésiter mais il me fait signe de monter et me propose la course à 10 yuans, j'accepte sans négocier cette fois. Trop la flemme et ça me paraît raisonnable. En fait, il s'avère qu'il ne sait pas où se trouve le CITS, mais gentiment, il s'arrête devant un grand hôtel et va chercher un employé qui parle anglais pour répondre à mes questions. Cet employé me dit d'entrer dans le hall de l'hôtel et me désigne un responsable Bon, je suis les consignes et vais lui demander s'il sait où se trouve le CITS. Il remarque tout de suite que je suis français (j'ignore pourquoi, mon fantastique accent anglais, peut-être?) et me demande ce que je veux demander au CITS. Je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'il ne va pas m'aider beaucoup (après tout, je ne suis pas cliente de son hôtel et il n'a rien à y gagner; or, comme tout ce qui compte pour les Chinois, c'est l'argent....). Je lui explique que je voudrais un plan de la ville, savoir où se trouve la gare routière, l'horaire des bus, ... Bref, ce genre de renseignements pratiques. Il me répond que l'hôtel vend des plans de la ville et que la gare routière n'est pas loin de la gare ferroviaire. Ok, mais où ???? et qu'il y a souvent des bus qui partent pour Beijing. Je le remercie mais lui dit que je préférerais quand même avoir des renseignements un peu plus précis. Je lui demande donc s'il n'y a personne qui sait où se trouve le CITS et il me répond que, si, bien sûr, il sait où il se trouve. Ah ? et pourquoi il ne me l'a pas dit tout à l'heure ? Je lui demande s'il peut m'expliquer comment m'y rendre. Il se met alors à débiter une tirade dans un anglais effroyable (alors que jusqu'ici, c'était plutôt clair). Résultat : je n'ai rien compris. Il me demande, l'air narquois (je me fais peut-être des idées, mais je suis sûre qu'il se moquait de moi), si c'était clair. Je n'ai même pas envie de lui répondre, je hausse les épaules, renouvelle mes remerciements (pas question de perdre la face !) et m'en vais rejoindre mon chauffeur de taxi qui m'avait attendu pendant ce temps-là. Je le paie car j'ai remarqué sur les panneaux que nous ne sommes pas loin des sites touristiques et que je peux y aller à pieds. Avec du recul, je crois que l'employé de cet hôtel est la personne la plus désagréable, disons la moins gentille, que j'ai rencontrée pendant mon voyage de 15 jours. 
Bref, je renonce à trouver le CITS (je décide que je reprendrai le train pour Beijing et que j'irai acheter mon billet le lendemain matin) et trouve le palais d'été et le parc impérial que je compte voir cet après-midi. Je garde les temples pour demain matin car je devrai reprendre le train pour Beijing l'après-midi (pour ensuite prendre un train de nuit Beijing-Datong, dont j'ai déjà le billet, réservé par mon hôtel à Beijing).

Partager cet article

Repost 0
Published by armel - dans Hebei
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Une prof de fle en Chine
  • Une prof de fle en Chine
  • : Récit de voyage en Chine et vie quotidienne d'une prof de fle
  • Contact

Rechercher

Archives